Le point sur ses résultats : un bilan transparent, non complaisant et réaliste

MONTRÉAL, le 23 nov. 2011 /CNW Telbec/ - La Commission scolaire de Montréal (CSDM) a fait aujourd'hui un bilan transparent, non complaisant et réaliste de l'effet de ses décisions et actions sur les résultats scolaires, l'environnement des élèves et sa gestion. En faisant le point sur ses résultats, pour la première fois, la CSDM rendait ainsi publique sa reddition de comptes devant des parents, des partenaires et des gestionnaires de la CSDM, comme promis il y a deux ans.

C'est à l'école secondaire Lucien-Pagé que la présidente et le directeur général de la CSDM, madame Diane De Courcy et monsieur Gilles Petitclerc, accompagnés de huit intervenants experts ont fait état des progrès réalisés depuis l'adoption du plan Réussir, du chemin parcouru, des obstacles rencontrés et des perspectives d'avenir.

Les résultats scolaires 2010-2011

Il faut rappeler qu'en 2009, la CSDM a adopté son plan Réussir avec des cibles chiffrées à atteindre en 2015. Pour l'année 2010-2011, les résultats en lecture et en écriture en français au primaire et au secondaire, priorité du plan Réussir, affichent une légère hausse.

À mi-parcours du plan Réussir, la CSDM a défini ses forces. Tout d'abord, l'engagement de son personnel qui, tous les jours, chemine avec ses élèves, les encourage, les fait réfléchir, rêver, leur transmet savoir et passion… Comme autres forces, mentionnons la cohérence des actions de la CSDM et l'amélioration de ses pratiques pédagogiques. Cependant, des éléments restent préoccupants : la réussite des garçons, les résultats en mathématique au premier cycle du secondaire, le grand nombre d'élèves de moins de 20 ans à l'éducation des adultes et, à l'inverse, le manque d'élèves de moins de 20 ans en formation professionnelle ainsi que le très grand nombre d'élèves qui possèdent une moyenne cumulative entre 60 % et 69 %.

Dans tous les cas, la CSDM a mis en place du soutien pour les équipes-écoles et plus particulièrement les enseignants. Cette mobilisation des enseignants et du personnel a connu un succès remarquable à l'école secondaire Pierre-Dupuy où le taux de décrochage est passé de 91 %, en 2006, à 65 %, en 2009, et l'amélioration se poursuit.

Naturellement, le français demeure notre priorité dans la classe, mais la CSDM fera du français la langue utilisée dans les autres lieux de l'école (corridors, cours d'école, activités parascolaires). L'orientation sera claire : le français est la langue commune, partout à la CSDM, tant pour les élèves, les parents et les employés.

Les actions pour un environnement sain

Outre la pédagogie, la CSDM coordonne une série d'actions qui ont un effet indirect, mais essentiel, sur la réussite des élèves.

Nous pensons ici aux mesures alimentaires, aux services de garde, au transport scolaire, à l'augmentation du nombre de classes, aux grands chantiers, mais aussi à toutes les communications, entre autres, celles avec les parents.

Nous pouvons qualifier ce bilan de positif malgré des difficultés manifestes : les besoins de nos élèves, les spécificités du milieu montréalais, la vétusté de nos immeubles et le sous-financement pour les élèves handicapés, en difficulté d'adaptation ou d'apprentissage (HDAA) et leur transport.

Les initiatives pour améliorer sa gestion

Dans cette période de mouvance et de questionnement autour de la gouvernance, la CSDM a pris plusieurs initiatives qui lui ont permis de faire des avancées vers une gestion transparente et responsable - même si la gestion financière et des ressources humaines est complexe. Il faut simplifier la Commission scolaire. Il faut lancer le débat sur l'autonomie des écoles et, surtout, le conclure. La CSDM se donne deux ans pour y arriver.

Grâce à son ouverture à la communauté et aux partenariats, plusieurs initiatives ont permis d'entreprendre des actions concrètes de soutien aux équipes-écoles. Pensons, par exemple, aux 231projets qui, en 2010-2011, ont émané des comités de quartier, cette nouvelle instance regroupant les directions d'établissement, des commissaires et des organismes du milieu.

« D'ici deux ans, nous aurons renouvelé la Commission scolaire. Mais nous ne le ferons pas à n'importe quel prix. Les changements que nous apportons doivent s'appuyer sur les valeurs de l'école publique : l'éthique, l'équité et la solidarité. L'école publique n'est pas une école de seconde zone. L'école publique est l'école de tous. Par-dessus tout, l'école publique doit être l'école de l'espoir, de toutes les possibilités. C'est l'école que nous voulons offrir aux Montréalais », de conclure la présidente, Diane De Courcy.

Rappelons qu'avec ses 200 établissements et ses 16 000 employés, la Commission scolaire de Montréal est le plus grand réseau d'écoles publiques du Québec. Entre autres responsabilités, elle organise les services éducatifs pour 110 000 élèves, elle gère les ressources humaines, financières et matérielles, elle coordonne le transport scolaire, les services de garde et les relations avec la communauté. Consultez csdm.qc.ca

SOURCE COMMISSION SCOLAIRE DE MONTREAL

Renseignements :

Alain Perron
Relations avec les médias
514 596-6118, poste 6117
514 573-9923
salledepresse@csdm.qc.ca

Profil de l'entreprise

COMMISSION SCOLAIRE DE MONTREAL

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.