Le plus important syndicat des pâtes et papier souhaite une nouvelle approche pour les négociations



    MONTREAL, le 27 févr. /CNW Telbec/ - Alors que leurs conventions
collectives expireront le 30 avril prochain, les membres du Syndicat canadien
des communications, de l'énergie et du papier (SCEP-FTQ) qui travaillent dans
les usines d'Ontario, du Québec et dans la région de l'Atlantique invitent les
compagnies de pâtes et papiers à se présenter à la table de négociation avec
une "nouvelle approche".
    Voilà ce que les délégués et déléguées des sections locales qui
représentent quelques 15 000 travailleurs et travailleuses, ont notamment
décidé au terme d'une rencontre de 3 jours à Montréal qui portait sur la
négociation du contrat modèle dans l'industrie papetière. Les discussions ont
aussi touché les stratégies et les choix de la compagne cible - AbitibiBowater
- pour cette ronde de négociation. Le syndicat souhaite obtenir une convention
collective de trois ans.
    Les délégués et déléguées ont aussi adopté une déclaration sur la
présente négociation dans laquelle, nous pouvons lire : "A ce moment crucial,
la négociation pour le renouvellement des conventions collectives ne se fera
pas de façon traditionnelle, mais permettra d'offrir une stabilité dans les
relations de travail ainsi qu'une augmentation de productivité...".
    "Le SCEP continuera d'aborder les questions de survie auxquelles font
face toutes les compagnies et de négocier une entente responsable pour
l'ensemble de l'industrie qui est équitable pour toutes les compagnies. Par
contre, nous nous attendons à ce que nos employeurs se joignent à nous pour
protéger les emplois et sauver notre industrie...".
    "Le SCEP invite AbitibiBowater et toutes les compagnies canadiennes de
pâtes et papiers à venir aux négociations de 2009 avec une nouvelle approche.
Nous croyons fermement que les emplois et les usines ne pourront être sauvés
en attaquant les salaires et les régimes de retraite des travailleurs et des
travailleuses ou en brisant les conditions de travail communes dans
l'industrie qui ont été établies par notre système de négociation par contrat
type. Nous proposons une entente de trois ans pour offrir une stabilité dans
les relations de travail ainsi que des augmentations de productivité. Nous
espérons que ces négociations se feront dans une atmosphère constructive qui
réassurera tous les intervenants et permettra de trouver des solutions
collectives afin que les compagnies et les travailleurs et travailleuses
survivent à cette récession."
    Le président du SCEP, Dave Coles, avise l'industrie qu'elle doit
commencer à penser avec "davantage de perspective".
    "La crise économique offre l'occasion de changer de vieilles façons de
penser qui ne fonctionnent plus maintenant, affirme-t-il. Nous devons examiner
toutes les avenues possibles pour sauver les emplois et les usines. Et ce
n'est certainement pas en s'attaquant aux salaires et aux avantages sociaux
que nous y arriverons. Si l'industrie pense que la solution passe par
l'autodestruction, la disparition des communautés, les travailleurs et
travailleuses sans emploi et la réduction de notre niveau de vie, nous ne
resterons pas sans rien faire".




Renseignements :

Renseignements: Michelle Walsh, (613) 230-5200 poste 222

Profil de l'entreprise

Syndicat canadien des communications, de l'énergie et du papier

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.