Le Plan Nord : vers un modèle de développement durable

LÉVIS, QC, le 9 mai /CNW Telbec/ - L'Initiative boréale canadienne (IBC) reconnait les efforts consentis par le gouvernement dans le contenu du Plan Nord dévoilé aujourd'hui par le gouvernement Charest. Cette démarche, entamée depuis près de deux ans, permet aux Premières Nations et Inuits, au gouvernement du Québec, aux multiples intervenants sur le territoire, aux groupes environnementaux et aux représentants de l'industrie de poursuivre la mise en œuvre à la fois de l'engagement de protéger la moitié du territoire du Plan Nord pour assurer la protection de son environnement et la sauvegarde de sa biodiversité, mais aussi d'une nouvelle approche de partenariat dans le développement de projets économiques et sociaux.

D'ici 25 ans, une superficie de près de 600 000 km2 bénéficiera d'un statut de protection visant à sauvegarder l'intégrité écologique et la biodiversité de ce vaste et fragile territoire. « Le plan dévoilé par la ministre responsable du Plan Nord présente une démarche adéquate visant à élaborer une planification écologique et un aménagement intégré sur le territoire touché, soit 1,2 million de kilomètres carrés. Nous reconnaissons aussi la place attribuée au leadership autochtone et au respect du rapport nation à nation ainsi que de leurs droits ancestraux, tel que nous l'avons toujours souhaité » mentionne madame Suzann Méthot, directrice régionale - Québec pour l'IBC.

Le rôle des communautés autochtones

Bien que le texte du Plan Nord mentionne que le gouvernement du Québec fera preuve de la flexibilité nécessaire pour permettre aux nations autochtones qui n'ont pas participé à son élaboration de faire partie prenante des prises de décisions sur leur territoire, l'IBC tient à s'assurer que la mise en œuvre du Plan Nord soit réalisée à la satisfaction des préoccupations de l'ensemble des communautés touchées et puisse ainsi obtenir leur consentement.

« Pour que le Plan Nord puisse se déployer à la satisfaction des nations autochtones, il est impératif que le gouvernement aborde la planification de ce territoire en regard de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones. Pour ce faire, il doit développer une stratégie visant à entamer des négociations notamment avec les Innus de la Côte-Nord, qui seront directement touchés par les premiers projets de développement économique majeurs qui seront réalisés sur leur territoire, entre autres dans les domaines minier et énergétique » précise Valérie Courtois, conseillère principale affaires autochtones de l'IBC. « Le développement et l'épanouissement des communautés autochtones, c'est aussi le développement du Québec et un épanouissement qui bénéficie à l'ensemble des Québécois » ajoute-t-elle.

L'importance d'une planification intégrée

Le succès du Plan Nord repose aussi sur l'aboutissement de mesures non négligeables, soit la nécessité d'une réforme minière et de la révision de la stratégie énergétique permettant de répondre aux nouveaux paradigmes que le Plan Nord instaure désormais en matière d'aménagement et de développement du territoire nordique et dans l'attente, il convient d'appliquer le principe de précaution. Une évaluation environnementale stratégique s'impose également afin de mieux planifier le développement, notamment en mesurant d'avance les impacts sur les populations et sur les zones jusqu'ici intouchées. De plus, il importe que le gouvernement assure le support financier et l'expertise nécessaires aux communautés pour qu'elles puissent accueillir les projets industriels et les travailleurs qui les accompagnent. Cette planification est impérative afin d'éviter les conséquences qui peuvent s'avérer désastreuses, telles qu'observées présentement sur la Côte-Nord et dans d'autres juridictions canadiennes.

« En présentant aujourd'hui le Plan Nord, la ministre Normandeau a jeté les bases d'une nouvelle ère de collaboration entre tous les acteurs impliqués et a fixé d'ambitieux objectifs au chapitre de la conservation. Il faut maintenant penser au déploiement de ce projet et l'IBC demande au gouvernement de s'assurer de mettre en place non seulement une coordination du développement et des investissements mais aussi une structure qui permettra d'arrimer les divers efforts de planifications régionales et ceux de tous les ministères concernés afin de permettre un aménagement intégré sur le territoire et une mise en œuvre cohérente avec les orientations du Plan Nord plutôt qu'une gestion en silo » ajoute madame Méthot.

Vers un nouveau modèle de développement durable ?

L'IBC tient à féliciter l'ensemble des acteurs  qui ont mis tant d'effort à l'élaboration de ce plan ainsi que monsieur Jean Charest et madame Nathalie Normandeau, qui ont permis à tous les partenaires de se rassembler autour d'une vision commune. Cependant, c'est la mise en œuvre du Plan Nord qui fera en sorte qu'il soit, ou non, un modèle de développement durable. Nous tenons d'ailleurs à souligner le leadership du ministre Pierre Arcand qui, dès sont arrivée en poste, n'a pas tardé à mettre sur pied une table de travail sur la conservation qui, nous le souhaitons, permettra de mettre en œuvre la vision durable de ce plan.

« Nous avons jusqu'ici réussi à mettre sur pied un ensemble d'objectifs et de principes qui ont le potentiel de plaire à tous les acteurs concernés mais aussi de déranger l'ordre établi. Le réel défi de la démarche sera la mise en œuvre du Plan Nord. Nous souhaitons que tous les partenaires poursuivent leurs efforts afin de travailler en collaboration et ainsi trouver de nouvelles solutions face aux obstacles, notamment en ce qui a trait à la gouvernance territoriale en respect des titres et droits ancestraux. Nous espérons que notre discours permettra de sensibiliser d'autres partenaires potentiels de sorte que nos réalisations seront aussi inspirantes que nos ambitions aux yeux du monde entier. » a conclu Suzann Méthot

À propos de l'Initiative boréale canadienne

Créée en 2003 par le Pew Environment Group, l'Initiative boréale canadienne (IBC) travaille avec un vaste éventail d'organismes de conservation, de collectivités autochtones, d'industrie et d'autres parties intéressées à établir des liens entre les solutions scientifiques, politiques et de conservation envisageables pour l'ensemble de la forêt boréale du Canada. Pour en savoir plus, visitez http://www.borealcanada.ca/

SOURCE Initiative boréale canadienne

Renseignements :

Debbie Cabana, (514) 443-0706

Profil de l'entreprise

Initiative boréale canadienne

Renseignements sur cet organisme

NOUVELLES - ENVIRONNEMENT

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.