Le pessimisme des consommateurs a-t-il culminé?



    WINNIPEG, le 28 août /CNW/ - Le nouvel indice de confiance des
consommateurs canadiens de Harris/Décima-Groupe Investors révèle que:

    
    -   Au Canada, l'indice global de confiance des consommateurs affiche une
        légère hausse pour la période de mai à août. L'indice se fonde sur
        une série de cinq questions grâce auxquelles il est possible
        d'obtenir le point de vue des gens par rapport aux conjonctures
        économiques actuelles et futures. Durant la même période, l'indice de
        l'Université du Michigan, son pendant américain, poursuit sa chute.

    Plusieurs des cinq composantes de l'indice démontrent des changements
statistiquement significatifs au cours des derniers mois :

    -   Le pessimisme concernant les perspectives économiques pour l'année
        prochaine est en baisse, 38 % des répondants disent que les choses se
        détérioreront, comparativement à 32 % pour le période précédente. La
        baisse du pessimisme est moins élevée à plus long terme alors que
        46 % des répondants s'attendent à une détérioration au cours des cinq
        prochaines années, comparativement à 43 % pour la période précédente.

    -   Le nombre de personne qui disent s'attendre à ce que leur situation
        financière personnelle se détériore au cours de l'année à venir a
        également diminué de 3 points, passant de 20 % à 17 %. Le nombre de
        personnes qui déclarent que leur situation s'est détériorée depuis
        l'année dernière demeure stable à 24 %.

    -   Le seul mouvement négatif observé a été pour la question de savoir si
        c'est maintenant un bon ou un mauvais moment pour faire des achats
        importants. Le nombre de personnes qui ont répondu que c'était "un
        mauvais moment" a très légèrement augmenté pour passer de 41 % à
        42 %.

    -   Bien que le pessimisme accuse un recul, il ne semble pas avoir fait
        place à plus d'optimisme. Aucun des cinq indicateurs n'affiche de
        gains statistiquement significatifs au chapitre de l'optimisme, ce
        qui pourrait signifier que la hausse de la crainte en mai s'est tout
        simplement transformée en hausse de l'incertitude en août.

    -   Les disparités régionales de la confiance des consommateurs demeurent
        intéressantes. A la même date l'année dernière, le niveau de
        confiance des Canadiens qui vivent à l'ouest de l'Ontario était 10
        points plus élevé que celui de leurs voisins de l'est. Aujourd'hui,
        les niveaux de confiance sont identiques à l'est et à l'ouest de
        cette province.

    -   Enfin, étant donné la possibilité d'une campagne électorale cet
        automne, il est utile d'évaluer quelle place occupera le sentiment
        économique dans le choix des électeurs. Parmi ceux qui pensent que
        l'économie canadienne sera bonne au cours de l'année à venir, 34 %
        d'entre eux voteraient pour le Parti conservateur alors que 31 %
        d'entre eux soutiennent le Parti libéral. Parmi ceux qui sont
        pessimistes quant à la prochaine année, autant voteraient pour le
        Parti conservateur que pour le Parti libéral (33 % chacun). Les
        personnes qui sont optimistes concernant les perspectives des cinq
        prochaines années, avantagent de deux points le Parti conservateur
        (36 % comparativement à 34 % pour le Parti libéral), alors que ceux
        qui s'attendent à une détérioration de l'économie au cours des cinq
        prochaines années penchent en faveur du Parti libéral (31% et 28 %).
    

    Selon Bruce Anderson, président de Harris/Décima : "Ces chiffres
suggèrent que les Canadiens sont craintifs par rapport à l'économie, mais
qu'ils ne cèdent pas à la panique. Le fait que 17 % des répondants pensent que
leur situation se détériorera au cours de l'année, alors que 25 % d'entre eux
pensent que leur situation s'améliorera, démontre que la plupart des gens
estiment qu'il n'y a pas péril en la demeure. Finalement, jusqu'à présent, les
conséquences politiques de l'humeur économique semblent modestes, mais étant
donné que la course nationale est serrée entre le Parti conservateur et le
Parti libéral, tous les petits points de pourcentages comptent. Toute preuve
démontrant que le pessimisme a déjà culminé, est une bonne nouvelle pour le
Parti conservateur de Stephen Harper, du moins pour le moment."
    Bill Chornous, vice-président et stratège en placement chez Groupe
Investors a déclaré : "Avec la récente baisse du prix du pétrole et la
perspective d'une baisse du prix de l'essence, les inquiétudes des
consommateurs canadiens à l'égard des prix se sont apaisées. L'influence de la
diminution de ces prix est renforcée par l'uniformité des réponses et par les
niveaux de confiance qui prévalent partout au pays. Cela explique également
pourquoi bien que l'optimisme ne soit pas en hausse, le pessimisme, lui,
décline."
    Chaque semaine, Harris/Décima sonde un peu plus de 1 000 Canadiens au
moyen du téléVox, un sondage omnibus effectué à l'échelle nationale. Les
données de ce sondage ont été recueillies du 7 au 17 août 2008. Un échantillon
de cette taille produit des résultats précis à 3,1 %, 19 fois sur 20.





Renseignements :

Renseignements: Alain J. Cusson, Vice-président principal, Tél.: (514)
288-0037, ajcusson@harrisdecima.com; Bruce Anderson, Président, Harris Décima,
Tél.: (613) 230-2200, banderson@harrisdecima.com, harrisdecima.com/fr


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.