Le personnel infirmier de Sacré-Coeur lance un cri d'alarme



    MONTREAL, le 26 juin /CNW Telbec/ - Pour une quatrième fois depuis le
début de l'année, le Syndicat des professionnel-les en soins infirmiers et
cardiorespiratoires de l'Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal CSN interpellera
les hautes instances de l'hôpital sur l'important problème de pénurie de
personnel infirmier qui y est vécu. Cette fois-ci, lassés du silence et de
l'immobilisme de la direction, plusieurs salariés se rendront au Conseil
d'administration, qui se réunit ce soir, pour obtenir des réponses et des
engagements formels.
    Plusieurs mois se sont écoulés depuis que le syndicat a engagé ses
premières discussions afin de prévenir une crise des ressources en personnel
infirmier pendant la saison estivale. Ses interventions n'ont pas été prises
en compte par l'établissement et la crise appréhendée est aujourd'hui bien
réelle. Au moins 125 postes d'infirmières ne sont pas comblés et les derniers
affichages n'ont pas trouvé preneurs.
    Le personnel en soins infirmiers et cardiorespiratoires est à bout de
souffle, mais continue toutefois à dispenser des soins de haut niveau aux
patients de Sacré-Coeur. Cependant, l'effet de la pénurie se répercute malgré
tout sur la clientèle.
    Des événements récents en témoignent:

    
    - Un patient souffrant de douleurs et nécessitant une médication qui
    tardait à venir à cause du manque de personnel, n'a trouvé d'autre
    solution que de lancer une chaise contre un mur pour réclamer une
    attention immédiate.

    - Un patient atteint d'une phlébite à une jambe attendant au triage de
    l'urgence, a quitté après 2 h15 sans avoir été traité ni même répondu par
    le personnel infirmier, lequel traitait des polytraumatisés.

    - Il y a quelques semaines, durant le quart de soir, la pouponnière a dû
    être fermée car il manquait de personnel. Les bébés instables qui
    requièrent des soins plus attentifs ont été relocalisés à la salle
    d'accouchement.

    Le personnel infirmier, bien qu'impuissant devant la hausse du
mécontentement des familles et de l'exaspération des patients, comprend
cependant leurs réactions.
    "La population a droit à des soins de santé de qualité et c'est ce que
nous tentons de faire malgré tout à Sacré-Coeur. Cependant, il est anormal
de se voir octroyer parfois les soins de près du double de patients. La
direction de l'hôpital sait très bien que dans une telle situation, les
patients ne pourront pas recevoir toute l'attention dont ils ont besoin",
commente Lise Therrien, présidente du Syndicat des professionnel-les en soins
infirmiers et cardiorespiratoires de l'Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal
(CSN).
    "Il est anormal aussi que la seule solution mise en place par la direction
soit le temps supplémentaire obligatoire, pouvant atteindre jusqu'à 16 heures
consécutives. Cette surcharge accélère l'épuisement et la détresse du
personnel infirmier. A cause de cette situation le recrutement du personnel en
soins infirmiers et cardiorespiratoires est laborieux et diminue, tandis que
les départs à la retraite augmentent. Il faut que cela cesse !", ajoute Lise
Therrien.
    Présentement, l'employeur préfère menacer de sanctionner son personnel
infirmier plutôt que de rechercher des solutions viables pour tous. Le
personnel en soins infirmiers et cardiorespiratoires se voit contraint, sur la
base de leur code d'éthique professionnel interprété selon l'entendement de
l'employeur, d'effectuer du temps supplémentaire obligatoire à la suite du
quart de travail régulier. La vie familiale et sociale de ces personnes est
constamment remise en cause et occultée par l'employeur. Des mères de famille
monoparentale s'inquiètent de ne pas pouvoir aller chercher leurs enfants à la
garderie à la suite d'une exigence imprévue de temps supplémentaire
obligatoire.
    Le syndicat ne peut que se rebeller devant le laxisme des gestionnaires
qui gèrent les ressources humaines. Ne pouvant plus agir autrement et voulant
lancer un cri d'alarme et de détresse, le personnel infirmier compte
interroger le conseil d'administration de l'hôpital Sacré-Coeur ce soir,
mardi 26 juin à 18 heures.
    "Nous exigeons des réponses à nos demandes répétées. La direction de
l'établissement doit assumer son rôle de gestionnaire, elle doit prendre ses
responsabilités plutôt que d'imposer au personnel l'obligation de porter le
fardeau et les conséquences de la pénurie du personnel infirmier. C'était
d'ailleurs l'essence du message du ministre de la Santé des Services sociaux,
M. Philipe Couillard, lors de ses dernières interventions dans les médias",
rappelle l'exécutif syndical.
    "Il ne faut pas oublier la relève. Il faut dire aux jeunes que OUI
effectivement les soins infirmiers c'est attirant. La dimension humaine de nos
professions est très valorisante et malgré toutes ces embûches plusieurs
d'entre nous y oeuvrent depuis 20, 30, 35 ans. Seules les conditions de
travail doivent changer. Cela fera toute la différence pour attirer les jeunes
dans les soins infirmiers et cardiorespiratoires", conclut Lise Therrien.
    




Renseignements :

Renseignements: Lise Therrien, Présidente, Syndicat des
professionnel-les en soins infirmiers et cardiorespiratoires de l'Hôpital du
Sacré-Coeur de Montréal (CSN), (514) 338-2046, Téléavertisseur (514) 801-5817


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.