LE PARTI QUEBECOIS S'INTERESSE AUX RESERVES DE GAZ NATUREL DANS LA VALLEE ET LE GOLFE DU SAINT-LAURENT



    QUEBEC, le 26 juin /CNW Telbec/ - "Selon les plus récentes données
disponibles, le Québec disposerait d'un potentiel gazier et pétrolier très
important. Les Québécois pourraient en tirer d'importantes redevances s'il
advenait que nous choisissions collectivement de l'exploiter de façon
intelligente, c'est-à-dire dans une perspective de développement durable. Les
hydrocarbures de notre sous-sol peuvent être des sources importantes de
création de richesse collective et il serait irresponsable de ne pas s'y
intéresser".
    C'est ce qu'à déclaré en conférence de presse la députée de Charlevoix et
chef du Parti Québécois, Pauline Marois, accompagnée du député de Vachon et
porte-parole en matière d'environnement, Camil Bouchard.
    La chef du Parti Québécois estime que les Québécois auraient tout à
gagner d'une exploitation intelligente des hydrocarbures présents dans
plusieurs sites identifiés en Gaspésie, dans les Basses-Terres et au large du
Golfe du Saint-Laurent. Selon certaines études, le potentiel gazier dans les
Basses-Terres, jumelé avec celui du site Old Harry situé dans le Golfe,
pourrait être une source de création de richesse atteignant 50 milliards de
dollars en cinq ans.
    Que le Québec puisse exploiter ses réserves gazières représente des
avantages considérables d'un point de vue économique et social. D'abord, les
revenus de l'Etat pourraient s'accroitre significativement du fait des
redevances, des impôts et de la création de centaines d'emplois.
Conséquemment, le Québec pourrait améliorer ses programmes de santé et
d'éducation et lui permettre de développer davantage ses ressources
renouvelables et de nouvelles technologies vertes.
    Toutefois, dans ce type d'exploitation, le défi environnemental est de
taille. Pour la chef du Parti Québécois, le respect des engagements du Québec
envers Kyoto et l'assurance d'une exploitation respectueuse des populations,
de la faune marine et de l'environnement sont primordiaux. "S'il est clair
qu'il serait irresponsable de ne pas s'intéresser à ce potentiel gazier et
pétrolier, il serait tout aussi irresponsable de s'y jeter tête première sans
égard aux populations, à l'environnement et aux engagements internationaux du
Québec en matière de réchauffement climatique", a prévenu Mme Marois.

    LA NORVEGE POURRAIT INSPIRER LE QUEBEC

    Afin de mieux évaluer les possibilités que le Québec puisse un jour
exploiter, dans une perspective de développement durable, son potentiel gazier
et pétrolier, la chef du Parti Québécois et le député de Vachon se rendront en
Norvège, entre le 20 et le 26 juillet, à leurs frais. L'objectif est de
prendre connaissance des dispositions que la Norvège a mises de l'avant pour
exploiter, de façon respectueuse de l'environnement, ses vastes ressources
pétrolières.
    "La Norvège aurait réussi ce que plusieurs pourraient penser
inimaginable : elle arriverait à la fois à extraire ses ressources pétrolières
et à améliorer son bilan énergétique. Ce pays, dont la taille de la population
est semblable à celle du Québec, s'est doté d'un Fonds du pétrole de près de
400 milliards de dollars, et ceci dans le respect de l'environnement et en
prévision des besoins des générations futures. Il y a certainement lieu de
s'inspirer de l'expérience norvégienne", a poursuivi Mme Marois.
    "Il ne s'agit pas de calquer intégralement le modèle norvégien, mais de
s'en inspirer et de l'adapter à la réalité québécoise. Par ailleurs, en aucune
façon l'intérêt que nous portons à cette filière ne vient affaiblir ni renier
nos engagements envers Kyoto ou notre volonté de réduire substantiellement
notre dépendance au pétrole d'ici dix ans. Au contraire, il faut y voir là un
projet de création de richesse collective, notamment en réduisant le déficit
de plus en plus important de notre balance commerciale, qui pourrait servir
avantageusement les Québécois, en autant que l'environnement y trouve son
compte. Si les Norvégiens semblent avoir réussi à améliorer leur bilan
énergétique en exploitant son pétrole, pourquoi ne pourrions-nous pas y
arriver nous aussi avec notre gaz naturel ?", a conclu Pauline Marois.
    -%SU: CPN,RNT
    -%RE: 1




Renseignements :

Renseignements: Eric Gamache, Attaché de presse, Aile parlementaire du
Parti Québécois, (418) 644-9318


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.