Le Parti Québécois rectifie les fausses affirmations de Jean Charest



    MONTREAL, le 14 mars /CNW Telbec/ - La candidate du Parti Québécois dans
Hochelaga-Maisonneuve, Louise Harel, tient à rectifier trois fausses
affirmations faites par Jean Charest hier soir dans le cadre du débat des
chefs portant sur la santé.
    Jean Charest affirme que c'est son gouvernement qui a mis fin à la
pratique d'envoyer des patients se faire soigner aux Etats-Unis. Il soutient
que si le Parti libéral n'a pas réussi à réaliser ses engagements en santé
c'est en raison de la mise à la retraite des médecins faite par le
gouvernement précédent. Enfin, il a répété hier que c'est son gouvernement qui
a haussé le nombre d'admissions en médecine. C'est trois affirmations sont
complètement fausses.

    Des patients soignés hors du Québec

    Jean Charest a voulu détourner l'attention de son mauvais bilan en santé
en soutenant que son gouvernement, lui, n'envoyait plus de patients se faire
soigner aux Etats-Unis. Si Jean Charest est capable de faire une telle
affirmation, c'est que le gouvernement du Parti Québécois a mis fin à cette
pratique le 14 janvier 2002.
    Plutôt que de dire une telle fausseté, Jean Charest devrait plutôt
expliquer pourquoi 1800 résidentes de l'Outaouais ont dû aller accoucher en
Ontario depuis 2004 en raison du manque d'obstétriciens. Une pratique qui a
coûté 135 millions $ aux contribuables québécois et que Jean Charest a refusé
de dénoncer.

    Des médecins et des infirmières en retraite

    En 1996-1997 et 1997-1998, lorsque le gouvernement du Parti Québécois a
repris le contrôle des finances publiques en atteignant le déficit zéro, il a
été offert à l'ensemble des employés du secteur public et parapublic un
programme volontaire de départ à la retraite.
    Des 548 omnipraticiens partis à la retraite au cours de cette période,
70 % avaient plus de 60 ans. Des 878 médecins spécialistes partis à la
retraite, 98 % avaient plus de 65 ans, et le quart avait plus de 70 ans.
Inutile d'ajouter que ces médecins seraient à la retraite aujourd'hui.
Pourquoi Jean Charest cherche-t-il toujours à blâmer les autres pour expliquer
ses échecs.

    L'augmentation des admissions en médecine

    La hausse des admissions en médecine a débuté en 1999 sous le
gouvernement du Parti Québécois. En septembre 2003, le nombre d'admissions
était de 734, en 2006-2007, il est de 778. En tenant compte du fait qu'il faut
7 ans pour former un médecin, les libéraux commencent à jouir de notre
décision de rehausser les admissions en médecine. Une fois encore, Jean
Charest reprend à son compte des décisions éclairées prises par le Parti
Québécois.
    "Jean Charest aura beau faire des affirmations mensongères pour masquer
son bilan. Les Québécois sauront en juger le 26 mars en pensant aux
30 000 personnes en attente d'une chirurgie hors délai médicalement
acceptable, aux 1 607 674 Québécois âgés de 12 ans et plus qui n'ont pas accès
à un médecin de famille et à ceux et celles confrontés aux urgences qui
débordent toujours", a déclaré Louise Harel

    Payé et autorisé par Pierre-Luc Paquette, agent officiel du Parti
    Québécois.




Renseignements :

Renseignements: Bureau de presse du Parti Québécois, Permanence
nationale du Parti Québécois, (514) 526-0020

Profil de l'entreprise

Parti Québécois

Renseignements sur cet organisme

QUEBEC : ELECTIONS 2007

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.