Le Mouvement Raelien se trompe de tribune - Le Syndicat des Métallos (FTQ) défend tous ses membres sans aucune discrimination



    BROSSARD, QC, le 3 févr. /CNW Telbec/ - Le Mouvement Raelien a entrepris
une campagne de dénigrement à l'endroit du Syndicat des Métallos (FTQ) qui
repose sur des faussetés. "Nous ne serons pas une tribune pour promouvoir le
Mouvement Raelien. Nous sommes là pour défendre sans discrimination tous les
travailleurs et toutes les travailleuses qui sont membres de notre syndicat.
C'est ce que nous avons fait et continuons de faire dans le cas d'un de nos
membres à l'usine Transformateur Delta du Canada à Granby qui est membre de ce
mouvement", a déclaré Denis Trottier, coordonnateur du Syndicat des Métallos
(FTQ).
    Rappelons les faits. En 2007, la compagnie demande à un travailleur,
membre du mouvement Raelien, de ne plus porter deux chandails perçus comme
offensant par les autres travailleurs de l'usine. En effet, plusieurs d'entre
eux se sont plaints auprès de l'employeur que les deux chandails heurtaient
leurs propres convictions religieuses. L'entreprise a une politique qui
interdit toute discrimination sur la base de la religion, du sexe, de la race,
etc.
    La direction de Transformateur Delta du Canada décide de retourner le
travailleur chez-lui, sans rémunération, pendant deux heures afin qu'il enlève
le chandail qu'il porte à ce moment-là. Le syndicat dépose deux griefs. Le
premier porte sur la discrimination et le deuxième réclame les deux heures
perdues.
    Le travailleur décide de poursuivre le syndicat devant la Commission des
relations de travail (CRT) alléguant que ce dernier ne l'a pas défendu. Un
conciliateur convoque une rencontre chez l'employeur. Suite à des discussions,
la compagnie est prête à rembourser les deux heures perdues. Le travailleur
refuse l'offre patronale, se désiste par écrit de sa plainte contre le
syndicat et indique qu'il va continuer à porter les deux chandails sur
lesquels sont inscrits "Dieu n'existe pas" et "Voici le vrai visage de Dieu"
avec une photo d'un extra-terrestre. L'employeur applique alors une gradation
des sanctions telle que le prévoit la convention collective. Il rencontre le
travailleur et lui donne trois jours de suspension, puis dix jours et
finalement le congédie.
    Le syndicat a déposé trois griefs suite au congédiement. "Il est faux de
prétendre comme le fait le Mouvement Raelien que le syndicat s'est rangé du
côté de l'employeur. Nous avons toujours défendu les droits de ce travailleur
tout en ne perdant pas de vue l'ensemble des membres. Notre syndicat défend la
liberté de conscience. Par contre, la promotion des convictions de chacun et
de chacune doit se faire sans brimer les autres. Nous allons défendre ce
travailleur comme nous l'avons toujours fait pour lui et pour tous ses autres
confrères et consoeurs de travail", a conclu Guy Gaudette, permanent du
Syndicat des Métallos (FTQ).




Renseignements :

Renseignements: Denis Trottier, Syndicat des Métallos (FTQ), (450)
656-1113; Guy Gaudette, Syndicat des Métallos (FTQ), (450) 656-1113


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.