Le lundi 29 septembre à 11 h 30 - Les syndiqué-es d'Aleris "font le ménage" de l'usine de Trois-Rivières dans le cadre d'une opération relance



    MONTREAL, le 29 sept. /CNW Telbec/ - Tonte de gazon et érection d'une
banderole sur laquelle on pourra lire Relance de l'usine, faites votre
offre ! : les syndiqué-es (CSN) d'Aleris à Trois-Rivières font le ménage
devant leur usine le 29 septembre à 11 h 30 pour la rendre présentable et
vendable.
    "Notre action vise à annoncer que nous consacrerons nos énergies à la
relance de notre usine fermée depuis juillet dernier. Pour être attrayante,
celle-ci doit se refaire une beauté, d'où l'action de ce matin.", a indiqué le
président du syndicat regroupant 350 travailleurs, Daniel Goyette.
    "Spécialisée dans la transformation de l'aluminium, ailettes de
radiateurs d'automobiles et autres produits fins, notre main-d'oeuvre est
disponible et qualifiée, c'est ce que nous voulons également envoyer comme
message", a précisé le leader syndical.
    "Nous comptons frapper aux portes des différents intervenants économiques
et sociopolitiques dans l'espoir que cette relance s'accomplisse. Il y va de
nos emplois, de nos revenus et de ceux de nos familles, ainsi que de
l'économie de notre région", a aussi affirmé Daniel Goyette.

    Rappel des faits

    La compagnie américaine Aleris avait décrété un lock-out à son
établissement, le 2 juillet. Elle voulait sabrer dans les conditions de
travail acquises de haute lutte et le tout accompagné d'un plan de transfert
de la majorité de la production vers une usine étatsunienne. L'employeur
souhaitait récupérer plus de cinq millions de dollars à même une baisse des
salaires et autres avantages sociaux. Le 12 juillet, la direction de l'usine
du secteur Cap-de-la-Madeleine a annoncé sa fermeture, malgré des concessions
de plus de 3,2 M$ de la part du syndicat.
    Appuyé par le Service juridique CSN, le syndicat avait entrepris les
démarches pour que ses membres reçoivent des prestations d'assurance emploi et
16 semaines de salaire en vertu de la réglementation québécoise en cas de
fermeture.
    On se souviendra qu'Aleris tardait à émettre les avis de licenciement
collectif. Depuis, les syndiqué-es ont eu l'assurance qu'ils pourront recevoir
des prestations d'assurance emploi. De son côté, la Commission des normes du
travail (CNT) du Québec a envoyé un avis réclamant à l'entreprise de verser
16 semaines de salaire aux travailleurs, soit 5,6 M$.
    Dans l'hypothèse où l'employeur ne se conformerait pas à l'avis de
réclamation, la CNT a annoncé qu'elle attendrait jusqu'au 18 novembre avant
d'entreprendre des poursuites, soit à la date de fermeture définitive indiquée
par la compagnie.
    Crise forestière, incertitude à l'Alcan de Shawinigan, la fermeture
d'Aleris est un autre dur coup dont la Mauricie aurait pu se passer.




Renseignements :

Renseignements: Luc Bellemare, Conseil central du Coeur du Québec (CSN),
(819) 379-5419; Alain Cléroux, Fédération de la métallurgie de la CSN, (819)
536-4434; Michel Crête, CSN-Information, (514) 598-2454, (514) 703-0775;
Source: Conseil central du Coeur-du-Québec (CSN)


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.