Le gouvernement McGuinty vise à rendre les écoles plus sûres



    Les changements proposés considèrent l'intimidation comme une infraction
    et prévoient de nouveaux programmes

    TORONTO, le 17 avril /CNW/ - Le gouvernement McGuinty propose de
considérer l'intimidation comme une infraction pouvant mener à la suspension
aux termes de la Loi sur l'éducation.
    Cette proposition s'accompagne de nombreuses autres modifications
législatives aux dispositions sur la sécurité dans les écoles, prévues par la
Loi, qui combineraient plus efficacement la discipline et les possibilités
offertes aux élèves pour qu'ils poursuivent leurs études.
    "Notre plus haute priorité est d'avoir des écoles plus sûres et une
discipline qui marche, a expliqué Mme Wynne. Les changements que nous
proposons seraient le juste milieu entre les conséquences d'un comportement
inapproprié et ses causes et offriraient des programmes permettant aux élèves
de retourner dans salle de classe pour terminer leurs études."

    
    Voici ce que propose le gouvernement provincial :
    -   Ajouter l'intimidation à la liste des infractions pour lesquelles une
        suspension doit être considérée;
    -   Utiliser une méthode de discipline progressive qui permet de choisir
        la ligne d'action qui convient au cas de comportement inapproprié;
    -   Remplacer les suspensions et les renvois obligatoires imposés aux
        élèves (sauf dans des circonstances particulières) par l'obligation
        des directions d'école et des conseils scolaires de considérer toutes
        les infractions commises et d'y répondre de la façon la plus
        appropriée;
    -   Exiger que les facteurs atténuants soient pris en considération avant
        d'imposer la suspension ou le renvoi de l'élève;
    -   Clarifier le pouvoir décisionnel des directions d'école et des
        conseils scolaires entourant les suspensions et les renvois.
    

    Pour appuyer les changements proposés, le gouvernement a affecté, la
somme de 31 millions de dollars par an, à compter de 2007-2008, à l'initiative
pour rendre les écoles de l'Ontario plus sûres. Cela inclut la somme de 23
millions de dollars pour offrir des programmes aux élèves faisant l'objet d'un
renvoi ou d'une suspension à long terme. Le gouvernement provincial fournira
une formation aux directrices ou directeurs d'école et aux directrices
adjointes et directeurs adjoints sur la façon d'appliquer une discipline non
discriminatoire.
    Ces propositions de modifications à la Loi donnent suite aux
recommandations formulées par l'Equipe d'action pour la sécurité dans les
écoles, dirigée par Liz Sandals, adjointe parlementaire à la ministre de
l'Education. L'Equipe d'action a mené des consultations publiques générales et
a rédigé un rapport basé sur les idées exprimées par des centaines de
personnes d'un bout à l'autre de la province.
    "Nous avons appris lors de ces consultations que, lorsqu'il s'agissait
d'appliquer la loi, il existait des écarts importants dans l'uniformité,
l'équité et les méthodes de discipline. De plus, on n'insistait pas
suffisamment sur la prévention, a indiqué Mme Sandals. Les changements
proposés offrent une meilleure façon, plus juste et plus équitable, d'assurer
la sécurité dans nos écoles et visent aussi à ce que tous nos élèves puissent
atteindre leur potentiel."
    "Les changements proposés correspondent à l'esprit de compassion et de
sollicitude qui est à la base de l'approche traditionnelle en matière de
discipline dans nos écoles", a dit Bernard Murray, président de l'Ontario
Catholic School Trustees' Association.
    "Nous sommes heureux de voir qu'on met l'accent sur les programmes
alternatifs qui aideront les jeunes à ne pas traîner dans les rues et qui les
ramèneront dans les programmes d'apprentissage, a dit Dave Clark, président de
la commission des services policiers de Guelph et président du Community Task
Force on Youth Violence. L'importance accrue accordée à la prévention, à
l'intervention et aux partenariats avec la police et les organismes
communautaires est une approche plus efficace pour aborder les problèmes de
comportements."
    Les modifications proposées et le financement connexe renforceraient
l'investissement actuel du gouvernement, qui est de 28,7 millions de dollars,
pour rendre les écoles plus sûres, notamment :
    
    -   Un financement de 3 millions de dollars pour établir un partenariat
        de trois ans avec Jeunesse, J'écoute afin d'offrir davantage de
        ressources pour prévenir l'intimidation et la cyberintimidation;
    -   Un financement de 6 millions de dollars dans des projets pilotes
        visant à promouvoir les comportements positifs chez les élèves;
    -   Un financement de 7,8 millions de dollars pour doter les écoles et
        les conseils de ressources et de programmes de prévention de
        l'intimidation;
    -   Un financement de 4,5 millions de dollars pour donner une formation
        en matière de prévention de l'intimidation à plus de 25 000
        enseignantes et enseignants;
    -   Un financement de 1,2 million de dollars pour offrir une formation en
        matière de prévention de l'intimidation à environ 7 500 membres de la
        direction et de la direction adjointe des écoles;
    -   Un financement de 3,2 millions de dollars pour installer des
        dispositifs d'accès sécuritaire dans les écoles, dans le cadre du
        Programme d'accueil pour la sécurité, afin d'aider le personnel
        scolaire à mieux surveiller les personnes en visite à l'école et à
        limiter les points d'accès à l'école;
    -   Un financement de 3 millions de dollars octroyé par l'intermédiaire
        du Special Circumstances Bullying and Violence Prevention Fund de la
        CSEO aux écoles ayant des défis supplémentaires.
    

    "La sécurité dans les écoles est un élément clé de la réussite des
élèves, dans leurs études et dans leur vie, a dit Mme Wynne. Les changements
proposés sont les bonnes mesures à prendre, tant pour les jeunes qu'ils visent
que pour la société dans son ensemble."

    
    Available in English

                              www.edu.gov.on.ca
                             ontario.ca/progress


    Document d'information
    -------------------------------------------------------------------------

             REVISION DE LA LOI SUR LA SECURITE DANS LES ECOLES
    

    La Loi sur la sécurité dans les écoles a été adoptée en 2000 par le
gouvernement précédent et, depuis sa mise en oeuvre, elle a suscité diverses
préoccupations.
    Le gouvernement McGuinty s'est engagé à effectuer un examen de la Loi
afin de répondre aux préoccupations exprimées par des parents, des éducatrices
et éducateurs, des groupes communautaires et des résidents de collectivités de
tout l'Ontario. Cet examen s'est inscrit dans le plan d'action global du
gouvernement pour assurer la sécurité dans les écoles.

    L'examen a porté sur plusieurs sujets, notamment :

    
    -   L'uniformité : Selon les données, la Loi sur la sécurité dans les
        écoles n'est pas appliquée de façon uniforme partout en Ontario. Les
        taux de suspension et de renvois varient énormément d'un endroit à
        l'autre.
    -   L'équité : Il semble que certains groupes soient plus susceptibles
        que d'autres de faire l'objet de suspension ou de renvoi. Selon les
        préoccupations exprimées, les lois sur la discipline et les
        politiques qui en découlent auraient des conséquences
        disproportionnées sur les élèves handicapés et sur ceux qui
        appartiennent à une minorité raciale.
    -   La discipline : Selon les opinions exprimées, il faudrait faire
        preuve d'un meilleur jugement pour prendre des décisions concernant
        la suspension ou le renvoi d'un élève.
    -   La prévention : Selon les opinions recueillies, la Loi sur la
        sécurité dans les écoles privilégie la discipline au détriment de la
        prévention des comportements qui mènent à la suspension ou au renvoi.
        Plus de 60 % des élèves qui font l'objet d'une suspension modifient
        leur comportement et ne sont plus suspendus ni renvoyés. On
        s'inquiète toutefois que les efforts pour prévenir les comportements
        qui mènent à la suspension ou au renvoi soient insuffisants.
    

    Dans le cadre de cet examen, l'Equipe d'action pour la sécurité dans les
écoles, nommée par le gouvernement, s'est rendue dans différentes
collectivités de l'Ontario pour étudier la sécurité dans les écoles ainsi que
les retombées de la Loi sur la sécurité dans les écoles et pour écouter les
préoccupations exprimées.
    Les consultations ont eu lieu en novembre et décembre 2005, à Ottawa,
London, Etobicoke, Scarborough, Sudbury et Thunder Bay, où les participants
ont assisté à plus de 100 groupes de discussion sous forme de table ronde pour
échanger des idées. Il était également possible de soumettre des commentaires
à l'Equipe d'action par la poste ou par courriel jusqu'à la fin de janvier
2006. Plus de 700 personnes ont ainsi pu se faire entendre et plus de 100
mémoires ont été reçus.
    Le rapport, intitulé Politiques et pratiques pour la sécurité dans les
écoles : un programme d'action, a été présenté à la ministre en juin 2006.

    Equipe d'action pour la sécurité dans les écoles

    Voici les membres de l'Equipe d'action :
    
    -   Liz Sandals, adjointe parlementaire à la ministre de l'Education;
    -   Debra Pepler, professeure de psychologie à l'Université York et
        scientifique agrégée au Hospital for Sick Children;
    -   Stu Auty, président du Canadian Safe School Network;
    -   Ray Hughes, coordonnateur national de l'éducation pour le projet
        "Fourth R", Centre de toxicomanie et de santé mentale, Centre for
        Prevention Science;
    -   Inez Elliston, membre du conseil d'administration de la Fondation
        canadienne des relations raciales;
    -   Lynn Ziraldo, directrice générale de la Learning Disabilities
        Association of Ontario, région de York, et ancienne présidente du
        Conseil consultatif ministériel de l'éducation de l'enfance en
        difficulté.

    Available in English

                              www.edu.gov.on.ca
                             ontario.ca/progress
    




Renseignements :

Renseignements: Michelle Despault, Bureau de la ministre, (416)
212-3747; Patricia MacNeil, Direction des communications, (416) 325-2676;
Renseignements au public: (416) 325-2929 ou 1-800-387-5514, ATS:
1-800-263-2892

Profil de l'entreprise

Ministère de l'Education de l'Ontario

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.