Le gouvernement du Canada annonce 11 nouveaux Centres d'excellence en commercialisation et en recherche



    
    Ces centres de classe mondiale partagent 163 millions de dollars pour
         lancer sur le marché les découvertes faites en laboratoire
    

    OTTAWA, le 14 fév. /CNW Telbec/ - L'honorable Jim Prentice, ministre de
l'Industrie, a aujourd'hui annoncé la création de 11 Centres d'excellence en
commercialisation et en recherche (CECR). Ces centres partageront 163 millions
de dollars pour lancer sur le marché, au cours des cinq prochaines années, les
découvertes importantes qu'ils auront faites en laboratoire.
    "L'annonce d'aujourd'hui est un événement important dans l'histoire de la
recherche au Canada, a déclaré le ministre Prentice. Les technologies,
thérapies, services et produits issus de ces nouveaux centres contribueront à
améliorer le bien-être de toute la population du pays tout en positionnant le
Canada à l'avant-garde des domaines de recherche prioritaires. Comme il est
indiqué dans la stratégie des sciences et de la technologie, le gouvernement
est déterminé à encourager l'établissement de ces passionnants partenariats
multidisciplinaires entre le secteur privé, le milieu universitaire et le
secteur public."

    Voici les 11 CECR ainsi que le montant octroyé à chacun :

    
    - Centre pour la commercialisation de la recherche (CCR), Ottawa
      (Ontario)-14,95 millions de dollars
    - Centre pour le développement et la commercialisation des traceurs
      (CDCT), Hamilton (Ontario)-14,95 millions de dollars
    - Centre d'excellence en médecine personnalisée (CEMP), Montréal
      (Québec)-13,8 millions de dollars
    - Centre d'innovation bioindustrielle (CIB), Sarnia (Ontario)
      -14,95 millions de dollars
    - Le Centre de la prostate-initiative de recherche translationelle pour
      l'accéléraion et le développement des découvertes scientifiques
      (CP-IRTADDS), Vancouver (Colombie-Britannique)-14,95 millions
      de dollars
    - Centre pour la recherche et le développement des médicaments (CRDM),
      Vancouver (Colombie-Britannique)-14,95 millions de dollars
    - Exploitation des techniques de pointe en physique (ETPP), Vancouver
      (Colombie-Britannique)-14,95 millions de dollars
    - Institut de recherche en immunologie et en cancérologie (IRIC)/CECR en
      découverte thérapeutique (IRICoR), Montréal (Québec)-14,95 millions
      de dollars
    - MaRS Innovation (MI), Toronto (Ontario)-14,95 millions de dollars
    - Prévention de la propagation de l'insuffisance fonctionnelle des
      organes (PPIFO), Vancouver (Colombie-Britannique)-14,95 millions de
      dollars Pan Provincial Vaccine Enterprise (PREVENT), Saskatoon
      (Saskatchewan)-14,95 millions de dollars

    Le document d'information ci-joint contient davantage de renseignements
sur chaque centre.

    Dans le budget de 2007, le gouvernement a réservé 195 millions de dollars
pour les deux prochaines années afin de créer des centres d'excellence en
commercialisation et en recherche dans quatre domaines prioritaires : les
sciences et les technologies environnementales; les ressources naturelles et
l'énergie; les sciences et technologies de la santé et de la vie; et les
technologies de l'information et des communications. Le programme financera
les coûts de fonctionnement et de commercialisation des centres.
    Ces 11 CECR s'ajoutent aux sept centres d'excellence annoncés dans le
budget de 2007. Le gouvernement a investi 105 millions de dollars dans ces
sept centres, qui sont situés en Colombie-Britannique, en Alberta, en Ontario,
au Québec et en Nouvelle-Ecosse.
    Le programme des CECR est une pierre angulaire de la stratégie des
sciences et de la technologie du Canada. L'un des objectifs de cette
stratégie, qui a été lancée en mai 2007, est d'inciter le secteur privé à
investir davantage dans la recherche-développement. On y souligne aussi qu'il
faut exploiter notre avantage humain, notre avantage du savoir et notre
avantage entrepreneurial afin de solidifier notre société et notre économie.
    Le concours et le programme des CECR sont gérés par le Secrétariat des
Réseaux de centres d'excellence (RCE). Les RCE représentent de fructueux
partenariats en recherche qui ont été établis entre les universités,
l'industrie, des organisations sans but lucratif et le gouvernement. Le
programme des RCE est une initiative des trois conseils subventionnaires du
gouvernement fédéral - le Conseil de recherches en sciences naturelles et en
génie du Canada (CRSNG), le Conseil de recherches en sciences humaines du
Canada (CRSH) et les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) - en
partenariat avec Industrie Canada.
    "Nous sommes fiers que le programme des RCE fasse partie intégrante de la
vision du gouvernement qui vise à créer un Canada plus prospère, plus avancé
et plus concurrentiel, a déclaré la présidente du Comité directeur des RCE et
présidente du CRSNG, Suzanne Fortier. Nous accueillons ces 11 CECR dans la
grande famille des RCE. Nous avons hâte de travailler avec leurs directeurs,
chercheurs et partenaires pour les aider à exploiter au maximum leurs
capacités et leur impact."
    Aujourd'hui, Mme Fortier a aussi annoncé la composition du Comité
consultatif du secteur privé (CCSP), formé de leaders respectés de l'industrie
et du domaine de la recherche-développement. Ce groupe a été mis sur pied au
début du concours des CECR pour évaluer les avantages économiques et
commerciaux de chaque proposition et formuler des recommandations à
l'intention du Comité directeur des RCE, qui a fait la sélection finale. Les
membres du CCSP sont :

    - L'honorable Perrin Beatty (président), président de la Chambre de
      commerce du Canada
    - Mme Sue Abu-Hakima, présidente et chef de la direction, Amika Mobile
      Corporation
    - M. Alan Bernardi (remplaçant), directeur des Laboratories
      universitaires Bell
    - M. James E.C. Carter, ancien président de Syncrude Canada Ltée.
    - M. J. Haig deB. Farris, président, Fractal Capital Corporation
    - Mme Kevin O'Brien Fehr, directrice de recherche fondamentale et de
      génétique, GlaxoSmithKline Inc.
    - M. Fred Hemphill (remplaçant), ancien vice-président de la recherche-
      développement technologique, Syncrude Canada Ltée.
    - Mme Francine Laurent, ancienne présidente d'Innovatech Québec
    - M. Raymond Leduc, directeur de l'usine IBM à Bromont (Québec)
    - M. Donald Lush, président, Environmental Bio-detection Products Inc.
    - M. Keith Stoodley, vice-président principal du marketing, Provincial
      Aerospace Group of Companies
    - M. Jeff Turner, chef de la direction, Tissue Regeneration
      Therapeutics Inc.

    Le document d'information ci-joint contient des renseignements
biographiques.


                           DOCUMENT D'INFORMATION

                     Comité consultatif du secteur privé

    Le Comité consultatif du secteur privé (CCSP) a été créé en août 2007 par
le Secrétariat des Réseaux de centres d'excellence (RCE), en vue de donner
suite à un engagement pris à cet effet par le gouvernement du Canada dans le
budget de 2007.
    Le rôle du CCSP consistait à présenter au Comité directeur des RCE,
composé des présidents des trois conseils subventionnaires du gouvernement
fédéral (CRSNG, CRSH et IRSC), des avis d'expert et des recommandations dans
le cadre du concours pour les Centres d'excellence en commercialisation et en
recherche (CECR). Il devait plus particulièrement évaluer la qualité de
l'entreprise des candidats, ainsi que les avantages économiques et commerciaux
de chaque centre (des experts scientifiques ont examiné séparément la qualité
des travaux de recherche proposés).
    En outre, le CCSP participera au processus d'évaluation par les pairs qui
sera mis en place pour le concours des RCE dirigés par les entreprises et le
Programme d'innovation dans les collèges et la communauté du CRSNG.
    Après avoir consulté la communauté de la recherche-développement, on a
dressé une liste initiale qui contenait environ 100 noms. Les membres du
Comité directeur des RCE ont choisi 12 membres (dix membres permanents et deux
remplaçants) après avoir tenu compte de la pertinence et de la disponibilité.

    Voici les membres du CCSP de 2007-2008.

    L'honorable Perrin Beatty (président) est le président et le premier
dirigeant de la Chambre de Commerce du Canada, qui compte 170 000 membres et
qui constitue la plus grosse et la plus représentative association commerciale
nationale. Avant de se joindre à cette association en août 2007, il était
président et premier dirigeant de Manufacturiers et Exportateurs du Canada
(MEC). Il a été président et premier dirigeant de la Société Radio-Canada
(SRC) et responsable de divers portefeuilles dans des gouvernements
progressistes-conservateurs, notamment dans les organisations suivantes :
Conseil du Trésor, Revenu national, Solliciteur général, Défense nationale,
Santé et Bien-être social et Communications. Il a aussi été secrétaire d'Etat
aux Affaires extérieures. Il a fait partie de divers comités consultatifs du
gouvernement du Canada, qui se sont penchés sur des questions telles que la
sécurité nationale, la gestion de la frontière, la protection des
renseignements personnels et le commerce international. Il est membre du
Conseil consultatif du Canadian Defence and Foreign Affairs Institute et a été
pendant cinq ans coprésident patronal du Centre syndical et patronal du
Canada.

    Sue Abu-Hakima est cofondatrice, présidente et première dirigeante de la
société Amika Mobile Corporation qui a commencé ses activités en 2007. C'est
la deuxième entreprise qu'elle a démarrée. Elle est professeure auxiliaire à
l'Université d'Ottawa, et membre du conseil d'administration des Centres
d'excellence de l'Ontario et du conseil d'administration du Centre
d'excellence des technologies des communications et de l'information. En
outre, elle fait partie du conseil d'administration de la grappe logicielle
d'Ottawa. En 2003, elle a participé au Groupe de travail du premier ministre
sur les femmes entrepreneures. Elle détient 19 brevets internationaux en
messagerie et en analyse de contenu et en attend un vingtième. Elle a publié
et présenté plus de 100 communications. Elle a obtenu une maîtrise et un
doctorat avec spécialisation en intelligence artificielle de l'Université
Carleton.

    Alan Bernardi (remplaçant) est directeur des Laboratoires universitaires
Bell (LUB) et gère, dans le cadre de l'initiative des LUB au Canada, plus de
60 projets de recherche-développement. En 2005, il a reçu le First Invention
Award, qui est remis à des innovateurs des Entreprises Bell Canada Inc. pour
avoir créé et développé une première invention brevetable. Il a travaillé chez
CAE Electronic, Bell-Northern Research (BNR), Nortel et Bell Emergis, ainsi
qu'au Centre de recherche informatique de Montréal (CRIM), où il était
directeur des équipes de recherche en télécommunications, en génie logiciel et
en systèmes à base de connaissances. Il a établi deux partenariats
internationaux au CRIM. De 1993 à 1996, il a enseigné au programme de MBA de
l'Université McGill et enseigne présentement au département de génie
industriel de l'Ecole polytechnique de Montréal. Il est membre du Comité
scientifique du Réseau de centres d'excellence des mathématiques des
technologies de l'information et des systèmes complexes (MITACS).

    James E.C. Carter a travaillé à Syncrude Canada Ltée pendant plus de
27 ans, dont dix à titre de président et 18 à titre de chef des opérations. Il
a joué un rôle important dans diverses initiatives qui visaient à améliorer la
sécurité, la fiabilité, les coûts de production, les coûts unitaires et la
qualité des produits. Avant de se joindre à cette société, il a occupé des
postes de cadre supérieur chez McIntyre Mines Ltd. et à la Compagnie minière
IOC. Il a fait partie du conseil d'administration d'EPCOR Inc. et de
l'organisation Careers: The Next Generation. Il est l'un des directeurs et
l'ancien président de l'Association minière du Canada et a été membre,
directeur et membre exécutif de l'Alberta Chamber of Resources. En 2005, il a
été nommé personne-ressource de l'année par cette organisation et membre de
l'Académie canadienne du génie.

    J. Haig de B. Farris est président de Fractal Capital Corporation, une
société privée d'investissement en capital de risque qui finance de nouvelles
entreprises de haute technologie et des entreprises qui développent des
technologies destinées au secteur des ressources naturelles. Il a été
professeur auxiliaire à l'Université de la Colombie-Britannique, et est l'un
des fondateurs et directeurs de deux entreprises dérivées de cette
université : D-Wave Systems Inc., une entreprise d'informatique quantique et
Zymeworks Inc., une entreprise qui développe des technologies du génie
enzymatique et des biosciences. Il est membre du Conseil du Conseil de
recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG) et a été président du
Science Council of British Columbia. Il a cofondé une entreprise de
consultation financière, ainsi que le plus gros consortium de capital de
risque dans l'Ouest du Canada. Il a reçu de nombreux prix, notamment le Friend
of Science World Award, le Bill Thompson Award remis par la BC Technology
Industries Association pour une carrière exceptionnelle et le Pioneer of
Innovation Award remis par le Vancouver Board of Trade.

    Kevin O'Brien Fehr a une formation en pharmacologie et gère, depuis 1992,
des études de génétique et de recherche fondamentale réalisées dans des
entreprises et des universités canadiennes au nom de GlaxoSmithKline (GSK).
Elle obtient aussi du financement de sources internationales afin d'aider les
chercheurs canadiens. Elle est conseillère au sein de plusieurs conseils
d'administration, notamment celui du Réseau de centres d'excellence AllerGen
et de la Fondation canadienne pour l'innovation. Après avoir travaillé pendant
dix ans à la Fondation de la recherche sur la toxicomanie de l'Ontario à titre
de scientifique et d'instructrice, elle s'est jointe à l'équipe du service de
liaison médicale de Sandoz Canada. Elle y a passé cinq ans à faire le lien
entre l'entreprise et la communauté canadienne de la recherche médicale dans
les domaines de la psychiatrie et de la neurologie.

    Fred Hemphill (remplaçant) a joué un rôle majeur dans la transformation de
l'industrie albertaine des sables bitumineux. Toute sa carrière s'est déroulée
à Syncrude Canada Ltée. Quand il a pris sa retraite, il était vice-président
de la recherche-développement technologique. Il était chargé de la
recherche-développement sur des innovations technologiques, ainsi que de la
conception et de la construction de ces technologies. Au cours de cette longue
et prestigieuse carrière, il a occupé de nombreux postes de cadre supérieur,
notamment celui de vice-président des processus du bitume et de vice-président
des services de soutien et de ressources humaines. Il a été président de
Centraide de Fort McMurray et a fait partie de conseils et de comités du
Collège Keyano et de l'Alberta Science Centre. Enfin, il a été membre du
Comité consultatif du Oil Sands Discovery Centre.

    Francine Laurent a 20 ans d'expérience de la technologie, de la gestion et
du financement. En 1996, elle s'est jointe à l'équipe d'Innovatech Québec -
une société de capital de risque dotée d'un fonds de 125 millions de dollars
qui se spécialise dans le financement de prédémarrage et de démarrage - à
titre d'analyste des investissements. Elle en est devenue la présidente en
1998. Elle a été responsable d'investissements en technologie d'une valeur de
plus de 100 millions de dollars. Elle a fait partie du conseil
d'administration de nombreuses entreprises privées et organisations publiques.
En 2008, elle a quitté Innovatech afin de devenir conseillère en matière
d'investissement et de développement économique au bureau du maire de Québec.
Elle est membre du Conseil des sciences et de la technologie du Québec.

    Raymond Leduc dirige la plus importante usine d'essai et d'assemblage de
semi-conducteurs d'IBM, qui est située à Bromont (Québec) et qui produit des
composants microélectroniques pour tous les principaux produits d'IBM, ainsi
que les composants des microprocesseurs pour le Wii de Nintendo, le XBox 360
de Microsoft et la Playstation 3 de Sony. Il est à l'emploi d'IBM depuis 1981.
Il a occupé divers postes de direction dans le service d'ingénierie et le
service des finances avant d'être nommé directeur de l'usine de Bromont en
2003.

    Donald Lush est président de la société Environmental Bio-detection
Products Inc., située à Mississauga (Ontario). Cette société crée et fabrique
une gamme de trousses d'essai biologique pour évaluer la toxicité des
contaminants présents dans certains milieux, les échantillons chimiques et les
échantillons du milieu. Au cours des 30 années qu'il a passées dans le milieu
de la consultation environnementale, il a tour à tour assumé des rôles
techniques, administratifs et consultatifs à titre de fondateur, de dirigeant
et de président d'un certain nombre d'entreprises canadiennes, américaines et
européennes axées sur l'environnement et la technologie. La plus grande partie
de sa carrière de consultant s'est déroulée chez Beak International, où il a
été directeur principal, membre du conseil d'administration et président du
conseil d'administration pendant 15 ans. Il est président de la société
Microbial Insights Inc., installée à Knoxville (Tennessee).

    Keith Stoodley est vice-président principal du marketing chez Provincial
Aerospace Ltd., à St. John's, Terre-Neuve et Labrador, une entreprise
spécialisée dans la modification et l'exploitation des aéronefs à voilure fixe
de surveillance maritime. En outre, il préside un partenariat public-privé axé
sur la création d'une grappe océanographique à TNL. Avant 2005, il a été
vice-président et directeur du service des océans chez Lotek Group. Pendant
son mandat, cette société a reçu le Prix d'excellence à l'exportation
canadienne en 2002 et en 2003, ainsi que le Prix d'innovation du Conseil
national de recherches du Canada en 2004. Il a été directeur et membre de la
Newfoundland Environmental Industry Association, du conseil des exportations
en environnement de l'Association canadienne des industries de
l'environnement, du conseil de l'innovation de la Chambre de Commerce de
l'Atlantique, du Genesis Centre and International Business Advisory Council de
la Memorial University of Newfoundland and Labrador, ainsi que de la Table
ronde nationale sur l'environnement et l'économie.

    Jeff Turner est un cadre et un entrepreneur de l'industrie de la
biotechnologie qui a 20 ans d'expérience du développement et de la
commercialisation de produits des sciences de la vie. Il est premier dirigeant
de la société Tissue Regeneration Therapeutics Inc. et professeur auxiliaire à
la faculté de dentisterie de l'Université de Toronto. Il détient 34 brevets
nationaux et internationaux et a publié plus de 100 articles, chapitres de
livres et résumés qui ont été revus par des pairs. A titre de président et de
premier dirigeant de la société Nexia Biotechnologies Inc. - la deuxième
entreprise mondiale d'animaux transgéniques -, il a géré 124 employés au
Canada et aux Etats-Unis et obtenu des fonds privés et publics d'une valeur de
67 millions de dollars. En 2006, il a conclu un contrat de licence d'une
valeur de 20 millions de dollars pour la technologie de la cellule souche
embryonnaire produite par cette entreprise.


                           DOCUMENT D'INFORMATION

         11 Centres d'excellence en commercialisation et en recherche

    Le programme des centres d'excellence en commercialisation et en recherche
(CECR) a pour but de financer des centres d'expertise en commercialisation et
en recherche qui oeuvrent dans les domaines prioritaires. Ils réuniront des
personnes, des services et des infrastructures dans le but de maximiser les
avantages qui découleront des investissements faits par le gouvernement dans
l'acquisition de compétences et la recherche, ainsi que d'encourager le
secteur privé à investir davantage dans les sciences et la technologie.
    Le programme des CECR est une composante clé de la stratégie des sciences
et de la technologie du gouvernement du Canada - un cadre pluriannuel qui
créera un contexte favorable à l'établissement de partenariats entre le milieu
universitaire, le secteur privé et le secteur public aux fins de l'innovation
et qui orientera l'investissement stratégique et réfléchi des fonds publics.
    Par le biais de cette stratégie, le gouvernement fera la promotion de
l'excellence de calibre mondial, attribuera davantage de ressources aux
domaines prioritaires dans l'intérêt national, créera des partenariats,
travaillera en collaboration avec les gouvernements provinciaux et s'engagera
à offrir aux Canadiens des résultats significatifs.
    Le budget de 2007 prévoit l'attribution de 195 millions de dollars au
cours des deux prochaines années pour créer les CECR. De plus, les sept
centres d'excellence annoncés en mars 2007 (105 millions de dollars en
2007-2008) pourront participer aux futurs concours qui seront lancés dans le
cadre du programme des CECR.
    La surveillance des concours et du programme des CECR sera assurée par un
comité de direction tripartite, le Comité directeur des Réseaux de centres
d'excellence (RCE). Ce comité est composé du sous-ministre d'Industrie Canada,
des présidents des trois organismes subventionnaires (le Conseil de recherches
en sciences naturelles et en génie du Canada, le Conseil de recherches en
sciences humaines du Canada et les Instituts de recherche en santé du Canada),
ainsi que du président de la Fondation canadienne pour l'innovation (à titre
d'observateur).
    Le Comité consultatif du secteur privé (CCSP) a évalué les avantages
économiques et commerciaux de chaque centre proposé et formulé des conseils et
des recommandations de financement à l'intention du Comité directeur des RCE.
Des experts étrangers ont aussi évalué les propositions et conseillé le CCSP.
    Le premier concours pour les CECR a été lancé le 26 juin 2007 et
consistait en un appel de lettres d'intention. A la date d'échéance, le
20 août 2007, le Secrétariat des RCE avait reçu 110 lettres d'intention
admissibles. A la suite de l'évaluation initiale, 25 candidats ont été invités
à présenter des demandes complètes.

    Voici les 11 CECR qui ont été retenus :

    1- Centre pour la commercialisation de la recherche (CCR),
       Ottawa (Ontario)

    Le Centre pour la commercialisation de la recherche contribuera à lancer
sur le marché mondial les nouvelles technologies créées dans les remarquables
universités de recherche canadiennes; créera une nouvelle économie très
innovatrice qui sera concurrentielle à l'échelle mondiale et respectueuse de
l'environnement; et formera la prochaine génération des innovateurs, des
entrepreneurs et des chefs d'entreprise canadiens. Il jouera aussi un rôle clé
dans d'autres domaines cruciaux, notamment le développement de technologies
complexes et convergentes qui nécessitent l'harmonisation de diverses
disciplines et la réalisation de projets de collaboration nationaux et
internationaux. Il s'inspirera de la réussite des cinq centres d'excellence de
l'Ontario, améliorant et élargissant leur modèle de commercialisation actuel,
qui a obtenu beaucoup de succès. Il sera d'abord axé sur la commercialisation
de nouvelles technologies liées aux domaines suivants : environnement,
ressources naturelles et énergie; sciences de la santé et sciences de la vie
connexes; et médias numériques.
    Directeur du centre : Ron Killeen, Centres d'excellence de l'Ontario

    2- Centre pour le développement et la commercialisation des
       traceurs (CDCT), Hamilton (Ontario)

    Le Canada a fait des investissements fructueux dans la recherche en vue de
créer des traceurs d'imagerie moléculaire, ces composés chimiques spéciaux qui
permettent de diagnostiquer rapidement une maladie ou d'évaluer les
changements survenus chez le patient pendant un traitement. Le Centre pour le
développement et la commercialisation des traceurs fera en sorte que ces
découvertes se transforment en nouveaux produits qui permettront d'obtenir des
diagnostics et des traitements plus efficaces pour les Canadiens. Il créera la
capacité de transformer les méthodes utilisées en laboratoire pour produire
des traceurs prometteurs aux fins d'une utilisation commerciale et clinique.
Pour faciliter la commercialisation, il validera la sûreté et l'efficacité des
traceurs prometteurs de façon à pouvoir les utiliser sur des sujets humains
dans les essais cliniques. En outre, il orientera la gestion des questions
réglementaires qui constituent un obstacle aux programmes de recherche. Enfin,
il jouera un rôle clé dans la gestion de la propriété intellectuelle associée
aux traceurs qui se sont révélés sûrs et efficaces, afin d'attirer des
investissements au Canada.
    Directeur du centre : John Valliant, McMaster University

    3- Centre d'excellence en médecine personnalisée (CEMP),
       Montréal (Québec)

    Compte tenu de l'importance cruciale que joue la génétique d'un patient
dans l'acceptation ou le rejet d'un médicament, il est urgent de mettre en
place des méthodes, des outils et des services basés sur les technologies
génomiques. Le Centre d'excellence en médecine personnalisée (CEMP) aura pour
effet d'optimiser les thérapies en tirant parti des découvertes récentes
faites dans le domaine de la génomique. Il fera appel aux talents et aux
infrastructures exceptionnels qui existent dans les institutions canadiennes
de santé et d'enseignement. Il travaillera en partenariat avec les industries
pharmaceutiques et biotechnologiques. Les chercheurs profiteront des
connaissances acquises par les entreprises à l'étape du développement du
produit et par les praticiens qui travaillent en institution. Les activités
seront en grande partie axées sur les essais cliniques. L'élaboration de
médicaments sûrs et efficaces qui ont le moins d'effets secondaires possible
est un objectif clé. Le CEMP sera installé à l'Institut de cardiologie de
Montréal (ICM), qui s'est associé avec Génome Québec aux fins de cette
entreprise.
    Directrice du centre : Carole Jabet, Génome Québec

    4- Centre d'innovation bioindustrielle (CIB), Sarnia (Ontario)

    L'objectif du Centre d'innovation bioindustrielle est que le Canada
devienne un chef de file mondial de la transformation de matières premières
renouvelables telles que les sous-produits et les déchets de l'agriculture et
de la foresterie en énergie et en produits chimiques à valeur ajoutée qui
peuvent être utilisés à diverses fins, des matériaux de construction aux
pièces automobiles. Il offrira des programmes et des installations pour la
construction, la démonstration et l'essai de technologies en partenariat avec
l'industrie. Il permettra au Canada d'entreprendre et d'accélérer la
commercialisation de technologies durables de pointe, afin de transporter les
solutions innovatrices du laboratoire à l'usine pilote et des installations de
démonstration à l'usine de fabrication à grande échelle. Situé au coeur des
plus importantes grappes chimiques du Canada, il jouera un rôle clé dans la
transformation de cette industrie en une centrale mondiale de production
d'énergie plus propre et moins polluante.
    Directeur du centre : William Hewson, County of Lambton Community
                          Development

    5- Le Centre de la prostate-initiative de recherche translationnelle pour
       l'accélération et le développement des découvertes scientifiques
       (CP-IRTAADS), Vancouver (Colombie-Britannique)

    Le Centre de la prostate du Vancouver General Hospital, où travaille une
équipe exceptionnelle de scientifiques et de cliniciens renommés, est l'une
des installations de traitement du cancer de la prostate les plus complètes et
les plus réputées du monde. L'Initiative de recherche translationnelle pour
l'accélération et le développement des découvertes scientifiques du Centre de
la prostate regroupe des volets cruciaux de la recherche translationnelle et
favorise la gestion harmonieuse des processus complexes qui entrent en jeu au
moment de la découverte, du développement préclinique et de la recherche
clinique en partenariat étroit avec les réseaux nationaux de recherche et
d'essais cliniques, ainsi qu'avec l'industrie. Bien que la recherche soit axée
sur le cancer de la prostate, un grand nombre des services qui seront offerts
et des découvertes qui seront faites pourront être utilisés pour traiter
d'autres cancers.
    Directeur du centre : Martin Gleave, Centre de la prostate

    6- Centre pour la recherche et le développement des médicaments (CRDM),
       Vancouver (Colombie-Britannique)

    Grâce au Centre for Drug Research and Development (Centre pour le
développement et la recherche sur les médicaments), la probabilité de
transformer les découvertes des chercheurs canadiens en médicaments qui
amélioreront la santé et le bien-être de la population au Canada et partout
dans le monde est beaucoup plus grande. Le centre offrira une infrastructure
qui permettra de mieux valider, dans les universités, le potentiel
thérapeutique des découvertes médicales, réduisant ainsi les risques d'échec
au cours du développement subséquent. Il incitera les scientifiques de
diverses disciplines universitaires à réaliser la recherche sur les
médicaments en collaboration et en harmonie. Il comporte aussi un volet
commercial qui fera en sorte que les investissements requis soient attribués
aux découvertes prometteuses, afin qu'elles se transforment en nouveaux
médicaments. En outre, son modèle de formation est porteur de promesses :
former des travailleurs hautement qualifiés qui seront à l'avant-garde de
l'innovation thérapeutique; attirer au Canada des travailleurs étrangers
talentueux; et augmenter le nombre d'emplois et d'entreprises du savoir.
    Directrice du centre : Natalie Dakers, Centre for Drug Research and
                           Development

    7- Exploitation des techniques de pointe en physique (ETPP),
       Vancouver (Colombie-Britannique)

    Exploitation des techniques de pointe en physique est une filiale en
propriété exclusive et sans but lucratif de TRIUMF, le Laboratoire national
canadien pour la recherche en physique nucléaire et en physique des
particules. La mission du centre est d'améliorer la qualité de vie de tous les
habitants de la planète en développant les technologies issues de la recherche
mondiale en physique subatomique. Le centre collaborera avec les parties
intéressées des universités, du gouvernement et de l'industrie à la
recherche-développement de technologies prometteuses, afin qu'elles atteignent
l'étape de la viabilité commerciale. Ce faisant, il améliorera la capacité de
l'industrie canadienne en vue d'apporter au Canada des avantages sociaux et
économiques à long terme. Au cours de ses cinq premières années d'existence,
il prévoit former au moins six coentreprises. L'une de ces entreprises
élaborera un nouveau système d'imagerie souterraine, afin d'améliorer la
productivité dans le secteur des ressources naturelles. Les autres créeront
des technologies qui auront une gamme d'applications, notamment la production
d'isotopes médicaux et l'atténuation de la pollution.
    Directeur du centre : Philip Gardner, TRIUMF

    8- Institut de recherche en immunologie et en cancérologie (IRIC)/CECR en
       découverte thérapeutique (IRICoR), Montréal (Québec)

    Le cancer compte parmi les problèmes de santé les plus destructeurs et les
plus coûteux que connaît le Canada. La plus récente percée dans la lutte
contre le cancer est la "thérapie ciblée", qui, contrairement à la
chimiothérapie et à la radiothérapie, est basée sur la compréhension de
l'évolution de la tumeur. IRICoR permettra d'accélérer la conception de
nouvelles thérapies ciblées pour le cancer en soutenant l'impressionnant
portefeuille de découvertes et les plateformes technologiques de l'unité de
recherche sur les médicaments de l'Université de Montréal, qui est reconnue à
l'échelle internationale, ainsi qu'en établissant des liens entre ce groupe et
de nouveaux partenaires, notamment l'industrie biopharmaceutique.
    Directeur du centre : Guy Sauvageau, Université de Montréal

    9- MaRS Innovation (MI), Toronto (Ontario)

    Le MaRS Discovery District situé au centre-ville de Toronto est la porte
d'entrée du plus gros complexe de recherche scientifique du Canada, incarné
par de grands hôpitaux d'enseignement, l'Université de Toronto et plus de deux
douzaines d'instituts de recherche affiliés. Il réunit de nouvelles
entreprises technologiques, des chercheurs universitaires dans le domaine de
la santé et une vaste gamme de services commerciaux. MaRS Innovation - une
association entre le Centre MaRS et les réputées universités de Toronto -
contribuera à transformer les résultats de la recherche en débouchés
économiques pour les Canadiens grâce aux efforts concertés déployés aux fins
de la commercialisation par une seule organisation intégrée. L'importance de
MaRS Innovation et de son portefeuille technologique permettra de recruter des
personnes qui ont l'habitude de travailler à la croisée des sciences et des
affaires. Des équipes dont les membres proviendront de MaRS Innovation et de
chaque organisation travailleront avec des chercheurs afin de déterminer les
découvertes qui peuvent être utilisées par des entreprises existantes ou de
créer des entreprises qui peuvent être reconnues à l'échelle mondiale.
    Directrice du centre : Ilse Treurnicht, MaRS Discovery District

    10- Prévention de la propagation de l'insuffisance fonctionnelle des
        organes (PPIFO), Vancouver (Colombie-Britannique)

    Le CECR pour la Prévention de la propagation l'insuffisance fonctionnelle
des organes sera un pionnier de la découverte de solutions pratiques qui
allégeront le fardeau qu'impose l'insuffisance fonctionnelle des organes à la
société canadienne et à son système de soins de santé. Il favorisera la
commercialisation rapide des résultats de la recherche qui atteindront
l'excellence. L'équipe de chercheurs, de scientifiques et de cliniciens de
classe mondiale qui se sont associés à ce centre est déterminée à améliorer la
qualité des soins offerts à tous les patients du Canada qui sont confrontés à
une insuffisance cardiaque, pulmonaire et rénale, ainsi que leur qualité de
vie. Selon le centre, l'abandon des traitements axés uniquement sur les
médicaments et l'adoption de méthodes de prévention à l'aide de biomarqueurs
et de dépistage précoce efficace des atteintes initiales représentent le moyen
le plus plausible de diminuer la propagation de l'insuffisance fonctionnelle
des organes vitaux et son impact socioéconomique.
    Directeur du centre : Bruce McManus, University of British Colombia

    11- Pan-Provincial Vaccine Enterprise (PREVENT), Saskatoon (Saskatchewan)

    En s'associant avec des parties intéressées du Canada et en assumant le
risque associé aux premières étapes du développement d'un vaccin, le
Pan-Provincial Vaccine Enterprise (Entreprise pan-provinciale pour les
vaccins) solidifiera l'industrie canadienne du vaccin, en favorisera la
croissance, encouragera les investissements dans cette industrie et améliorera
sa compétitivité mondiale. Il permettra de réaliser au Canada les étapes des
essais cliniques et de la fabrication, ce qui accélérera le taux de lancement
de vaccins essentiels sur le marché canadien et donnera à la population un
accès plus rapide. Il est issu du regroupement de l'expertise de trois
organisations : la Vaccine and Infectious Disease Organization à l'Université
de la Saskatchewan, le Canadian Centre for Vaccinology à Halifax et le B.C.
Centre for Disease Control. Le centre PREVENT réalisera des études
expérimentales sur les animaux et des essais cliniques de validation de
principe pour les vaccins prometteurs.
    Directeur du centre : Andrew Potter, University of Saskatchewan
    




Renseignements :

Renseignements: Deirdra McCracken, Attachée de presse, Cabinet de
l'honorable Jim Prentice Ministre de l'Industrie, (613) 995-9001; Natasha
Gauthier, Gestionnaire des communications, RCE, (613) 996-0390, (613) 668-0214
(cellulaire), natasha.gauthier@rce.gc.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.