Le gouvernement doit interdire la possession et l'usage du tabac chez les jeunes; selon une nouvelle étude, cette interdiction aiderait à réduire l'usage du tabac chez les jeunes



    
    -  L'interdiction agirait en complément aux restrictions reliées à la
       vente du tabac déjà en vigueur et permettrait d'atténuer l'attrait du
       tabac de contrebande

    -  La nouvelle étude démontre une baisse de l'usage du tabac chez les
       jeunes lorsque les interdictions de possession et d'usage sont
       combinées à l'application de la loi
    

    MONTREAL, le 19 janv. /CNW/ - L'Association canadienne des dépanneurs en
alimentation (ACDA) demande aux gouvernements provinciaux d'introduire une loi
interdisant la possession et l'usage du tabac chez les jeunes afin d'aider à
réduire l'usage du tabac dans ce groupe d'âge. La demande de l'ACDA est
appuyée par une nouvelle étude publiée en 2009 par l'Université DePaul,
l'Université de la Floride ainsi que par le US National Cancer Institute
(http://www.mdpi.com/1660-4601/6/1/1/), qui démontre que des lois sur l'achat
du tabac, son usage et sa possession, combinées à des mesures de contrôle sur
le tabac déjà en vigueur, peuvent réduire l'usage du tabac chez les jeunes.
    Les lois actuelles interdisent aux détaillants en règle de vendre du
tabac aux mineurs. Cependant, le commerce grandissant de la contrebande des
cigarettes signifie que les jeunes ont largement accès à des cigarettes bon
marché, non réglementées et non taxées. Les études publiées en 2008 démontrent
clairement que près de 50% des cigarettes en Ontario étaient illégales.
    "Les jeunes ne devraient pas fumer et c'est pourquoi, chaque jour, les
détaillants du Québec effectuent plus de 100 000 validations de l'âge, afin de
s'assurer que les enfants n'achètent pas de cigarettes", a déclaré Michel
Gadbois, vice-président de l'ACDA et président de l'Association québécoise des
dépanneurs en alimentation (AQDA). "Toutefois, lorsqu'on observe la croissance
du tabac de contrebande et qu'on remarque que le taux de tabagisme chez les
jeunes a cessé de diminuer, il est temps de trouver des alternatives pour
prévenir le tabagisme de ce groupe d'âge. De plus en plus de juridictions au
Canada, incluant l'Alberta et la Nouvelle Ecosse ainsi que plusieurs états
américains tels l'Ohio, le New Hampshire, le Minnesota et le Colorado, ont
décidé de se tourner vers l'interdiction légale."
    L'étude dirigée par l'Université DePaul a évalué les effets qu'ont les
lois AUP sur le tabac (achat, usage et possession) sur les comportements
reliés à l'usage du tabac chez les étudiants de 24 municipalités, choisis au
hasard, et assignés à deux groupes distincts: un groupe de recherche et un
groupe de contrôle. Dans le groupe de recherche, on a évalué l'effet de
l'application des lois AUP combinée à la réduction d'accès à des sources
commerciales de tabac. Dans le groupe de contrôle, seul l'accès à des sources
commerciales de tabac a été évalué. L'étude a démontré que le groupe de
contrôle avait une incidence plus élevée de jeunes fumant 20 cigarettes ou
plus par jour, que pour le groupe de recherche.(1)
    L'ACDA a constaté que l'usage du tabac de contrebande chez les jeunes est
un problème qui continue à envahir les collectivités de l'Ontario et du
Québec. A la fin de 2008, une étude effectuée par l'ACDA, dans le cadre du
programme Pièce d'identité, qui a permis de ramasser des mégots de cigarettes
dans les espaces publics autour de 155 écoles secondaires de l'Ontario et du
Québec, a révélé la présence alarmante du tabac de contrebande. L'étude a
démontré qu'en Ontario, 26% des mégots de cigarettes des écoles secondaires
provenaient de la contrebande, alors qu'au Québec, cette proportion était de
36%.
    "S'il est illégal pour quiconque n'a pas 19 ans de boire une bière, les
mêmes règles devraient s'appliquer pour les cigarettes, c'est une question de
bon sens", a ajouté M. Gadbois. "Il est clair que l'interdiction de possession
à elle seule ne réussira pas à enrayer le problème, mais l'expérience que nous
avons acquise avec le programme Pièce d'identité, combinée aux résultants
comme ceux de l'étude de l'Université DePaul, nous indiquent qu'une
interdiction sur la possession et l'usage du tabac chez les jeunes, de concert
avec la validation de l'âge de la part du détaillant, de mesures de prévention
et de lois de contrôle sur le tabac peuvent avoir un impact très important.
Ceci est particulièrement essentiel dans un environnement où les cigarettes de
contrebande sont bon marché et facilement accessibles pour les jeunes."

    Le programme 'Pièce d'identité'

    Lancé en 2007, le programme Pièce d'identité est un programme sévère de
validation de l'âge afin de contrôler la vente de produits dont l'accès est
limité par l'âge. Etabli dans plus de 7 500 magasins en Ontario et plus de
3 000 au Québec, le programme adopte une attitude de tolérance zéro afin de
garder hors de la portée des jeunes, les produits dont la vente est limitée
par l'âge. Grâce à ce programme, quiconque semble avoir moins de 25 ans et qui
essaie de se procurer un produit dont la vente est limitée par l'âge, doit
présenter son permis de conduire pour le faire valider afin de prouver son
âge.
    Dans chacun des cas, les employés du magasin doivent glisser le permis de
conduire dans le terminal de loterie. La bande magnétique, située à l'endos de
chacune des cartes et indiquant l'âge de l'individu, est lue par le terminal.
Cette information apparaît alors bien en vue sur l'écran du terminal. Une
petite minorité de détaillants membres de l'OCSA n'ayant pas de terminal,
doivent, dans chacun des cas, vérifier manuellement l'âge indiqué sur le
permis de conduire.

    
    -----------------------------
    (1) Jason L.A., Pokorny S.B., Adams M.L., Topliff A., Harris C.C.,
        Hunt Y. Effects of Youth Tobacco Access and Possession Policy
        Interventions on Heavy Adolescent Smokers. International Journal of
        Environmental Research and Public Health. 2009; 6(1):1-9.
    





Renseignements :

Renseignements: Personne-ressource pour les médias francophones: Guy
Leroux, (514) 993-1729

Profil de l'entreprise

Association canadienne des dépanneurs en alimentation (ACDA)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.