Le FRAPRU plante des tentes devant l'Ambassade de France et la résidence officielle de Stephen Harper, à Ottawa



    OTTAWA, le 20 nov. /CNW Telbec/ - Plusieurs dizaines de membres du Front
d'action populaire en réaménagement urbain ont planté des tentes aujourd'hui
devant l'Ambassade de France au Canada, puis devant la résidence officielle du
premier ministre Harper, toutes deux situées sur la Promenade Sussex à Ottawa.
Ce geste visait à interpeller les gouvernements français de Nicolas Sarkozy et
canadien de Stephen Harper sur leurs responsabilités respectives en matière de
respect du droit au logement.
    En installant une première tente devant l'Ambassade de France au Canada,
les membres du FRAPRU ont voulu faire connaître leur appui aux 215 familles
mal-logées qui, depuis le 3 octobre dernier, campent jour et nuit sur la rue
de la Banque, en plein coeur du quartier des affaires, à Paris. Ces familles,
qui étaient hébergées depuis des mois, sinon des années, dans des hôtels, des
foyers ou chez des proches, revendiquent leur droit à de véritables logements.
Depuis un mois et demi, elles résistent à la répression orchestrée par le
gouvernement Sarkozy qui, à plusieurs reprises, a fait démanteler leur
campement et confisquer les tentes, couvertures et bâches dont elles se
servaient pour s'abriter. Leur lutte, épaulée par l'association Droit au
logement (DAL), a reçu l'appui de nombreux organismes, dont la Fondation Abbé
Pierre, SOS Racisme et Emmaus France, ainsi que par plusieurs personnalités
dont les comédiens Gérard Depardieu, Emmanuelle Béart, Richard Bohringer et
Carole Bouquet, la réalisatrice Agnès Varda et l'évêque Jacques Gaillot.
    Si le FRAPRU a demandé au gouvernement français de Nicolas Sarkozy de
prendre ses responsabilités en relogeant les familles en lutte à Paris et en
travaillant à des solutions durables à la crise du logement, il ne voulait pas
non plus passer sous silence la propre indifférence du gouvernement canadien
de Stephen Harper. Celui-ci n'a même encore daigné répondre aux critiques
sévères que le Rapporteur spécial pour le droit au logement, Miloon Kothari, a
émises à son égard, le 22 octobre dernier, à Ottawa.
    Dans son rapport préliminaire rendu public à la fin d'une mission
d'observation de deux semaines au Canada et dont le FRAPRU a symboliquement
cherché à remettre copie à la résidence du premier ministre, le représentant
de l'ONU affirmait avoir constaté "l'impact profond et dévastateur que la
crise nationale du logement et de l'itinérance a sur les conditions de vie de
femmes, de jeunes, d'enfants et d'hommes". Il se disait d'autant plus troublé
que "le Canada est l'un des pays les plus riches de la planète".
    M. Kothari demandait spécifiquement au gouvernement Harper d'accompagner
ses déclarations du Discours du trône au sujet "de la question du logement
abordable et du nombre d'itinérants dans nos rues", de gestes et de budgets
concrets, notamment en relançant "la construction massive de logements sociaux
dans toutes les régions du pays". Or, depuis ce temps, le gouvernement
conservateur a confirmé des surplus budgétaires de 8,7 milliards $ pour les
cinq premiers mois de l'exercice budgétaire 2007-2008 et présenté un
mini-budget qui annonçait de nouvelles baisses d'impôts et de taxes totalisant
60 milliards $, mais n'a toujours pas investi un sou supplémentaire pour
lutter contre les problèmes de logement et d'itinérance.
    Selon le coordonnateur du FRAPRU, François Saillant, "les gouvernements
de Nicolas Sarkozy et de Stephen Harper obéissent à une même logique, celle de
l'abandon de plus en plus marqué du logement aux seules forces du marché,
celle du refus de faire jouer pleinement son rôle en l'Etat en matière de
logement social, celle de la négation du droit au logement pour toutes et
tous".
    Compte tenu du caractère international de la lutte pour le droit au
logement, le FRAPRU a décidé, lors de sa dernière assemblée générale tenue le
16 novembre, de s'impliquer encore plus activement dans des interventions à ce
niveau.




Renseignements :

Renseignements: François Saillant, FRAPRU, (514) 919-2843, (cellulaire);
François Roy, Logemen'occupe de l'Outaouais, (613) 277-6507 (cellulaire)

Profil de l'entreprise

Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.