Le FRAPRU évalue que les Conservateurs et les Libéraux ont fait perdre 52 000 logements sociaux au Québec



    MONTREAL, le 15 sept. /CNW Telbec/ - Les gouvernements conservateurs et
libéraux qui se sont succédé à Ottawa au cours des quinze dernières années ont
privé le Québec de 52 000 logements sociaux, en retirant du financement de
nouveaux logements sociaux depuis le 1er janvier 1994. C'est à cette
conclusion que le Front d'action populaire en réaménagement urbain en arrive
dans une publication lancée à l'occasion des élections fédérales. Le FRAPRU
évalue qu'à elle seule la région métropolitaine de Montréal a perdu 30 000
logements sociaux, la perte se chiffrant à 22 500 pour l'île même de Montréal.
Dans la région métropolitaine de Québec, la perte est de plus de 5400
logements. A Gatineau, elle dépasse les 1500 logements, alors qu'elle est de
près de 1400 à Sherbrooke, de près de 1200 à Trois-Rivières et de plus de 1000
à Saguenay.
    Le coordonnateur du FRAPRU, François Saillant, estime que "les deux
grands partis fédéraux devront répondre des torts qu'ils ont causés aux
mal-logés et aux sans-abri du Québec et s'engager à les réparer".

    L'histoire d'un retrait

    Avant le 1er janvier 1994, tous les logements sociaux réalisés au Québec
étaient financés avec des argents fédéraux. Le gouvernement québécois se
contentait d'ajouter sa contribution à celle d'Ottawa. C'est à cette réalité
que le gouvernement conservateur de Brian Mulroney, qui avait déjà sabré dans
les sommes consacrées à de nouveaux logements sociaux dans les trois années
précédentes, a mis fin dans son budget du 26 avril 1993. Il y annonçait que,
dès le premier jour de l'année suivante, Ottawa se retirait totalement de ce
domaine. Le gouvernement libéral de Jean Chrétien, élu entre temps, a appliqué
la décision sur laquelle aucun des gouvernements qui se sont succédé à Ottawa
n'est revenu depuis.
    Tout au plus, les gouvernements libéraux de Jean Chrétien et Paul Martin
ont-ils pris, à partir du début des années 2000, de modestes initiatives dans
le logement abordable permettant aussi bien de financer des logements sociaux
que d'accorder des subventions à des promoteurs privés. Or, même ces
initiatives prendront fin en mars 2009 et, pour un, le gouvernement
conservateur de Stephen Harper n'a démontré aucune volonté de les poursuivre.

    52 000 logements sociaux de moins

    C'est en comparant le nombre de logements sociaux réalisés au Québec
entre 1985 et 1989 grâce à des fonds fédéraux avec le nombre financé depuis
1994 par le gouvernement québécois que le FRAPRU en arrive à l'évaluation de
52 000.
    De 1985 à 1989, avant que les premières compressions fédérales viennent
sérieusement réduire ce nombre, le fédéral a financé 26 733 logements au
Québec, pour une moyenne de 5347 unités par année. D'après les calculs du
FRAPRU, si Ottawa avait conservé le même rythme de réalisation de 1994 à
aujourd'hui, ce sont 80 205 logements qui auraient reçu des subventions
fédérales. En soustrayant les 28 217 appartements financés par tous les
programmes que le gouvernement québécois a depuis mis en place pour prendre la
relève du fédéral, y compris avec l'argent d'Ottawa pour le logement
abordable, le Québec se retrouve avec un manque à gagner de 51 988 logements
sociaux.

    Respecter les engagements internationaux du Canada

    Le FRAPRU réclame donc que tous les partis en lice aux élections du
14 octobre s'engagent à réinvestir massivement en logement social, ce qui
donnerait aux provinces, dont le Québec, les moyens de s'attaquer plus
efficacement aux problèmes de logement et d'itinérance. Selon le FRAPRU, le
Canada pourrait du même coup se conformer aux multiples recommandations que
différentes instances de l'Organisation des Nations unies lui ont faites à cet
effet, notamment en 2006 lors de sa dernière comparution devant le Comité sur
les droits sociaux, économiques et culturels et à l'automne 2007 à la fin
d'une mission d'observation au Canada du Rapporteur spécial de l'ONU sur le
droit au logement.
    Le FRAPRU réclame un investissement additionnel de 2 milliards $ par
année en logement social de la part du gouvernement fédéral. Il demande aussi
aux partis de s'engager à poursuivre toutes les initiatives en habitation qui
se termineront en mars 2009, dont celle pour le logement abordable.




Renseignements :

Renseignements: François Saillant, (514) 522-1010 ou (514) 919-2843
(cellulaire); Marie-José Corriveau, (514) 522-1010 ou 514-386-1040
(cellulaire)

Profil de l'entreprise

Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.