Le FRAPRU débute sa caravane pour le logement social, en dénonçant la cherté des loyers

GATINEAU, QC, le 14 févr. /CNW Telbec/ - La caravane de locataires, organisée par le Front d'action populaire en réaménagement urbain, a pris son départ, ce matin, à Gatineau. Elle parcourra le Québec jusqu'au samedi 19 février pour réclamer que le prochain budget du ministre des Finances, Raymond Bachand, finance de nouveaux logements sociaux en nombre suffisant pour répondre plus adéquatement aux besoins.

C'est par l'appropriation symbolique d'un terrain que le FRAPRU et son groupe-membre en Outaouais, Logemen'occupe, ont voulu mettre en lumière la difficulté d'un nombre grandissant de locataires à faire face à la cherté des loyers. Un panneau géant, à l'image de ceux utilisés par le gouvernement québécois pour annoncer ses investissements, y a été installé pour demander le financement de 50 000 logements sociaux en cinq ans, dont 1400 à Gatineau même.

La caravane s'est par la suite dirigée vers Montréal où une manifestation débutera à 15 heures au Carré Saint-Louis. Elle sera suivie d'une action directe dans un lieu hautement symbolique, mais gardé secret pour le moment.

Des loyers trop élevés

Citant des chiffres de la Société canadienne d'hypothèques et de logement, le FRAPRU a révélé que, parmi les 260 700 ménages qui ont des besoins urgents de logement au Québec, 77 % vivent cette situation uniquement parce qu'ils sont incapables de faire face au coût des loyers sur le marché privé de l'habitation. Selon l'organisme, cette situation est appelée à s'aggraver, compte tenu de la hausse continuelle des loyers depuis le début des années 2000. Au Québec, le coût moyen d'un logement de deux chambres à coucher a augmenté de pas moins de 34,5 % entre l'automne 2000 et l'automne 2010.

« Mois après mois, des personnes et des familles se retrouvent devant le choix de payer le loyer ou de manger », a affirmé le coordonnateur du FRAPRU, François Saillant. C'est ce qui explique, à son avis, que le nombre de causes pour non-paiement de loyer ait augmenté de 16 % à la Régie du logement depuis 2000 : « Au bureau régional de la Régie à Gatineau, le nombre de causes pour non-paiement a augmenté de 23,5 % au cours des quatre dernières années. Comment ne pas y voir un signe de l'aggravation du problème d'incapacité de payer? »

François Roy, coordonnateur de Logemen'occupe, a ajouté que, parmi les régions métropolitaines du Québec, c'est à Gatineau que le prix moyen des loyers est le plus élevé, atteignant 711 $ par mois pour un logement de deux chambres à coucher : « Ni les prestations d'aide sociale, ni le salaire minimum ne sont plus élevés à Gatineau qu'ailleurs au Québec. Ce que ça signifie, c'est que les locataires à faible et modeste revenus doivent s'y serrer encore plus la ceinture ».

Il a précisé que 9000 ménages locataires sont aux prises avec des besoins impérieux de logement à Gatineau : « C'est 25 % des locataires qui se retrouvent dans cette situation périlleuse, ce qui les rend du même coup admissibles à une subvention dans un logement social. Ce pourcentage est aussi le plus élevé parmi les régions métropolitaines du Québec ».

50 000 logements sociaux dont 1400 à Gatineau

Pour le FRAPRU, la situation des locataires de Gatineau est révélatrice de l'ampleur et de l'urgence des besoins en logement social. C'est pourquoi il réclamera, tout au long de sa caravane, que le budget du ministre des Finances, Raymond Bachand, annonce de nouveaux investissements en logement social, qu'il le fasse pour les années à venir et non seulement pour un an, comme le gouvernement Charest en a pris l'habitude, et que ces investissements soient à la hauteur des besoins.

Dans cette perspective, le regroupement national de défense du droit au logement réclame le financement de 50 000 logements sociaux en cinq ans, dont au moins 1400 à Gatineau. À titre de comparaison, le gouvernement québécois a annoncé 3000 logements dans son budget du 30 mars 2010, dont 175 ont été par la suite octroyés à Gatineau.

La caravane poursuit son chemin

Après son passage à Montréal, la caravane du FRAPRU se rendra successivement à Châteauguay, Sherbrooke, Trois-Rivières, La Tuque, Saguenay et finalement Québec. Elle s'y terminera par une grande manifestation nationale, le samedi 19 février. La distance n'empêchera pas plusieurs dizaines de personnes de Gatineau de participer à l'événement.

SOURCE FRONT D'ACTION POPULAIRE EN REAMENAGEMENT URBAIN (FRAPRU)

Renseignements :

François Saillant, FRAPRU, (514) 919-2843 (cellulaire)
François Roy, Logemen'occupe, (514) 277-6507 (cellulaire)

Profil de l'entreprise

FRONT D'ACTION POPULAIRE EN REAMENAGEMENT URBAIN (FRAPRU)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.