LE FARDEAU DES DÉFICITS BUDGÉTAIRES PÈSE SUR LES ÉCONOMIES PROVINCIALES EN 2011

www.conferenceboard.ca

OTTAWA, le 18 févr. /CNW/ - La plupart des provinces canadiennes réorientent leurs efforts vers la réduction des déficits budgétaires cette année, d'où une plus faible contribution des dépenses publiques et l'assombrissement des perspectives de croissance économique en 2011, d'après la Note de conjoncture provinciale produite par Le Conference Board du Canada pour l'hiver 2011.

« Seules quatre provinces devraient afficher des excédents au cours de l'exercice 2010-2011 : la Saskatchewan, Terre-Neuve-et-Labrador, la Nouvelle-Écosse et l'Alberta, note Marie-Christine Bernard, directrice associée, Prévisions provinciales. Tandis que les gouvernements commencent à colmater les déficits, les postes de l'investissement et des dépenses publiques contribueront peu au redressement de la croissance économique provinciale ces prochaines années. »

Les dépenses des gouvernements provinciaux dans les programmes ont crû à un rythme intenable ces cinq dernières années. Les mesures de relance ont alourdi les déficits, et les gouvernements commencent maintenant à redresser le cap. Cependant, l'atteinte de l'équilibre budgétaire sera plus ardue pour les provinces que pour le gouvernement fédéral ces prochaines années, car les coûts des soins de santé ne cessent de grimper.

Les cours avantageux des ressources promettent à la Saskatchewan et à Terre-Neuve-et-Labrador la croissance la plus rapide à l'échelle provinciale en 2011. Forte de l'essor de l'industrie de la potasse et de gains constants dans le secteur de l'énergie, la Saskatchewan est sur le point de connaître une période de prospérité prolongée. La croissance de son produit intérieur brut (PIB) réel devrait être de 3,9 p. 100 en 2011 et de 4,5 p. 100 en 2012, ce qui en fera la plus vigoureuse, les deux années, dans l'ensemble des provinces.

On s'attend à ce que Terre-Neuve-et-Labrador affiche une croissance de 3,6 p. 100 cette année. De solides hausses de la production minière, plus particulièrement dans les secteurs du nickel et du minerai de fer, de même que les cours élevés du pétrole stimuleront l'activité économique. Le chômage devrait passer de 14 p. 100 en 2010 à 11 p. 100 en 2012 - le taux le plus bas depuis 40 ans.

L'Alberta déposera un budget équilibré cette année grâce à des réserves accumulées lui évitant un déficit. La croissance du secteur de l'énergie soutiendra les industries de la construction, de la fabrication et du transport, compensant le rendement plus faible du secteur des services. L'économie progressera de 2,4 p. 100 en 2011, et la province récupérera tous les emplois perdus durant la récession d'ici la fin de l'exercice.

L'économie ontarienne devrait croître de 2,1 p. 100 cette année. Un regain de confiance des entreprises et l'investissement contrebalanceront largement les diminutions des dépenses dans la construction résidentielle et l'infrastructure publique. Les exportations - surtout automobiles - poursuivront leur remontée alors que se relèvent les consommateurs américains.

Le Manitoba est l'une des rares provinces pour lesquelles on annonce une croissance plus forte en 2011 qu'en 2010. La croissance s'accélérera à 2 p. 100 grâce à l'amélioration soutenue du rendement des industries des mines, de la fabrication et des services publics.

La déprime « post-olympiques » compromettra les perspectives de la Colombie-Britannique - la faible croissance d'un certain nombre d'industries spécialisées dans les services fera chuter de moitié la croissance du PIB réel, qui n'atteindra que 1,9 p. 100 en 2011. Le recul toujours prononcé du marché du logement américain freinera la demande de produits forestiers et les autres exportations provinciales. Les dépenses dans la construction résidentielle et l'infrastructure publique diminueront cette année.

Au Québec, les hausses de taxes, qui s'inscrivent dans un effort pour mieux contrôler les finances publiques, grugeront le revenu disponible et le pourvoir de dépenser. La faiblesse de l'économie domestique limitera la croissance du PIB réel à 1,8 p. 100 en 2011.

Les provinces des Maritimes subiront aussi la tendance à la baisse de la croissance économique en 2011. La production d'énergie éolienne a toutefois aidé l'économie de l'Île-du-Prince-Édouard l'an dernier, et on s'attend à ce que ce soit encore le cas cette année, si bien que la croissance devrait s'élever à 2,5 p. 100 en 2011.

Les prévisions établies pour la Nouvelle-Écosse ces deux prochaines années sont ternes. Les mesures d'austérité adoptées par les gouvernements fédéral et provincial ainsi que la restriction de l'investissement, à la fois résidentiel et non résidentiel (commercial), se traduiront par un ralentissement de la croissance du PIB réel en 2011 à 1,6 p. 100.

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick reste déterminé à éliminer le déficit ces quatre prochaines années, et la contribution du secteur public à la croissance sera donc limitée. Comme les administrations publiques dépenseront moins dans l'infrastructure, l'industrie de la construction continuera d'éprouver des difficultés. Le Nouveau-Brunswick peut s'attendre à une croissance de 1,3 p. 100 cette année.


SOURCE LE CONFERENCE BOARD DU CANADA

Renseignements :

RENSEIGNEMENTS SUPPLÉMENTAIRES
Yvonne Squires, Relations avec les médias, tél. : 613-526-3090, poste 221
Courriel : corpcomm@conferenceboard.ca

Profil de l'entreprise

LE CONFERENCE BOARD DU CANADA

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.