Le fanion rouge des boîtes aux lettres rurales pourrait continuer de flotter grâce au moratoire demandé par le STTP



    OTTAWA, le 28 fév. /CNW Telbec/ - "La fanion rouge qui flotte sur les
boîtes aux lettres rurales ne doit pas disparaître à jamais", a déclaré
Deborah Bourque, présidente nationale du Syndicat des travailleurs et
travailleuses des postes (STTP). Mme Bourque rendait publique la demande du
STTP en faveur d'un moratoire qui permettrait de maintenir la livraison du
courrier en milieu rural et de garantir la sécurité des travailleurs et
travailleuses qui livrent le courrier.
    Le STTP veut que Postes Canada cesse d'interrompre la livraison du
courrier aux boîtes aux lettres situées le long des routes. Avant d'en arriver
à cette solution, Postes Canada doit mener des consultations approfondies
auprès des populations rurales et des responsables syndicaux locaux pour
examiner toutes les options de livraison possibles. Le Syndicat veut aussi que
Postes Canada refasse ses devoirs dans les localités qui ont vu leur service
de livraison du courrier aux boîtes aux lettres rurales prendre fin à la suite
de consultations bâclées.
    "Les gens qui habitent en milieu rural sont frustrés et en colère parce
qu'ils apprennent, sans avoir été consultés, qu'ils ne recevront plus leur
courrier dans leur boîte aux lettres rurale et qu'ils devront désormais se
rendre à une boîte postale communautaire ou à une boîte postale située dans un
bureau de poste pour l'obtenir", a déclaré Mme Bourque.
    La demande du STTP pour l'imposition d'un moratoire sur la livraison du
courrier en milieu rural coincide avec les rencontres que les représentantes
et représentants du STTP de la région de l'Atlantique ont organisées pour
cette semaine avec les députés fédéraux de l'Atlantique afin de discuter de la
livraison du courrier en milieu rural.
    Les gens de l'extérieur de Charlottetown qui habitent en milieu rural ont
reçu dernièrement un avis de Postes Canada les informant de l'évaluation
prochaine de la sécurité de la livraison à leur boîte aux lettres. Quatre
jours plus tôt, ils avaient reçu une lettre dans laquelle Postes Canada leur
indiquait que, suite à l'évaluation de leur boîte aux lettres, leur courrier
serait dorénavant livré à une boîte postale communautaire. "Postes Canada
avait déjà amorcé l'installation de boîtes postales communautaires avant même
de nous avoir envoyé l'avis", a affirmé Edith Ling de North Winsloe, à
l'Ile-du-Prince-Edouard. "L'emplacement d'une de ces boîtes se trouve à un
mètre de la route, à une intersection située dans une courbe d'où l'on ne voit
pas les véhicules arriver. De quel genre d'évaluation s'agit-il? Ici, dans les
environs, bien des gens ont reçu de Postes Canada les clés d'une boîte postale
communautaire deux jours avant le changement. Postes Canada leur a dit que
leur boîte aux lettre n'avait pas passé le test simplement parce qu'elle était
située au bord d'une route marquée d'une ligne double."
    "La population de l'Atlantique, et d'autres régions du Canada, qui habite
en milieu rural estime que l'évaluation de Postes Canada en matière de
sécurité n'est qu'une excuse pour justifier le remplacement, à grande échelle,
des boîtes aux lettres rurales par des boîtes postales communautaires", a
soutenu Mme Bourque. "La sécurité est sans contredit un sujet de
préoc-cupation, mais nous ne sommes pas convaincus que cette évaluation
s'effectue correctement."




Renseignements :

Renseignements: Richard McGrath, spécialiste des communications, STTP,
(613) 222-3952 (cellulaire)


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.