Le droit de 25 pour cent empêche l'industrie du transport d'investir dans d'autres améliorations environnementales



    L'industrie intérieure ne peut pas construire de navires pour le
    renouvellement de la flotte

    OTTAWA, le 2 juin /CNW Telbec/ - L'Association des armateurs
canadiens (AAC) a demandé aujourd'hui au gouvernement du Canada d'éliminer la
taxe de dissuasion inutile de 25 pour cent sur tout nouveau navire acheté à
l'étranger, déclarant que cette taxe faisait obstacle aux améliorations
environnementales et à la compétitivité de l'industrie canadienne.
    "La flotte de transport du Canada prend de l'âge et plus nous approchons
du moment de son renouvellement, plus il est manifeste que les chantiers
maritimes canadiens ne peuvent pas construire les nouveaux navires nécessaires
de façon rentable et à temps, déclarait Don Morrison, président et premier
dirigeant de l'Association des armateurs canadiens. Ces nouveaux navires
amélioreront la performance environnementale de l'industrie canadienne et
réduiront l'empreinte écologique de ce qui est déjà le mode de transport le
plus inoffensif sur le plan écologique."
    "Ce droit d'importation de 25 pour cent est une politique qui a échoué.
S'il avait pour but de compenser les subventions étrangères, ces dernières
n'existent plus depuis longtemps. S'il avait pour but de promouvoir la
construction des nouveaux navires au Canada, voilà maintenant 23 ans qu'aucun
navire de charge des Grands Lacs n'a été construit dans notre pays. Il est
grand temps d'agir - avec l'élimination de ce droit régressif, l'industrie
pourra renouveler la flotte en temps plus opportun et apporter plus rapidement
d'autres avantages écologiques au secteur du transport."
    L'Association des armateurs canadiens a proposé un plan en trois volets
pour ce droit de 25 pour cent :

    
    - l'élimination immédiate de ce droit sur les nouvelles mises en
      chantier;
    - son statu quo sur les navires usagés pendant les dix prochaines années,
      puis son élimination complète; et
    - son maintien pour une période indéterminée sur toute réparation de
      navire afin de protéger la capacité de l'industrie de réviser les
      navires.
    

    "Les membres de l'AAC ont souligné que les revenus du gouvernement
provenant de tous les paliers d'imposition des sociétés et des personnes
seraient supérieurs au revenu provenant de ce droit d'importation sur le même
navire, déclarait M. Morrison. Avec ce droit qui fait obstacle au
renouvellement nécessaire de la flotte, les gouvernements renoncent à ces
revenus permanents."
    L'industrie de la construction de navires est maintenant axée sur le
travail à l'appui des clients du gouvernement, à cause de l'activité
d'approvisionnement accrue du gouvernement et à sa politique planifiée de
construction des navires pour stabiliser les chantiers navals dont il a
besoin. Ce plan, avec le manque d'installations, l'absence de capacité et les
coûts désavantageux, fait qu'aucun chantier naval canadien n'est en mesure de
construire la flotte renouvelée dont les organisations membres de l'ACC ont
besoin. Ces membres devant acheter leurs navires à l'étranger, le droit de
25 pour cent ne fait qu'ajouter aux coûts des consommateurs canadiens et
retarde le renouvellement de la flotte canadienne.
    "Le dernier vraquier construit au Canada a été achevé en 1985. Par
conséquent, les membres de l'AAC auront besoin pour plus d'un milliard de
dollars de mises en chantier pendant les dix prochaines années. Il n'existe
malheureusement plus d'industrie canadienne en mesure de construire ces
navires à prix concurrentiel, déclarait M. Morrison. Nous proposons une
solution qui fera en sorte que les chantiers navals canadiens pourront
entretenir et réviser les nouveaux navires sans cette pénalité constante qui
nuit aux consommateurs canadiens en ajoutant au coût final."
    En 2006, aucune proposition canadienne n'est venue répondre à la demande
de construction de nouveaux navires des sociétés membres de l'AAC. Les
subventions ayant été éliminées à l'étranger, le but original de ce droit n'a
plus sa raison d'être.
    "Le transport maritime demeure un lien vital du système de transport, et
nos membres sont toujours prêts à faire tous les efforts nécessaires pour
améliorer également la performance environnementale, déclarait M. Morrison.
Malheureusement, le fait d'ajouter 25 pour cent au prix de tous les nouveaux
navires ne fait qu'augmenter les frais de transport des Canadiens et leur fait
perdre leur compétitivité. Pour le gouvernement du Canada et les citoyens
qu'il représente, il s'agit là d'un gain à court terme pour une perte à plus
long terme."
    "Il est temps que le gouvernement élimine cette taxe de dissuasion
imposée aux armateurs qui désirent offrir de nouvelles solutions efficaces en
matière de navires verts pour les Grands Lacs."

    L'Association des armateurs canadiens

    L'Association des armateurs canadiens (AAC) représente les intérêts des
sociétés canadiennes qui possèdent et exploitent les navires marchands portant
pavillon canadien. Ses membres sont : Algoma Central Corporation; Canada
Steamship Lines; Groupe Desgagnés inc.; Rigel Shipping Canada inc.; Seaway
Marine Transport et Upper Lakes Group inc. L'association favorise
l'élaboration de politiques, de règlements et des questions maritimes pour les
armateurs ayant des navires sur les Grands Lacs, la Voie navigable du
Saint-Laurent, l'Arctique et la côte est des Etats-Unis et du Canada.




Renseignements :

Renseignements: Bruce Bowie, Vice-président, Association des armateurs
canadiens, (613) 232-3539

Profil de l'entreprise

Association des armateurs canadiens

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.