Le dépotoir de Lachenaie met la santé de la population en danger selon Amir Khadir



    MONTREAL, le 31 juill. /CNW Telbec/ - Québec solidaire déplore le feu
vert donné par le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) pour
la poursuite des activités du dépotoir de Lachenaie jusqu'en 2012. Malgré
qu'il y ait lieu de se réjouir du refus du BAPE d'autoriser le gigantesque
projet d'agrandissement du dépotoir de Lachenaie, Amir Khadir, porte-parole de
Québec solidaire, s'inquiète que le BAPE n'ait pas tenu compte des dangers que
pouvait représenter l'état actuel de ce site d'enfouissement pour la santé des
riverains.
    Le BAPE estime le dépotoir de Lachenaie est un mal nécessaire. Pourtant,
le site d'enfouissement initial de Lachenaie est déjà saturé depuis mai 2008.
En 2003, le BAPE estimait qu'une analyse de risques, notamment "de
l'exposition chronique aux composés cancérigènes et non cancérigènes issus du
(dépotoir) actuel et du projet d'agrandissement" constituait un préalable à
l'autorisation de l'agrandissement de ce site d'enfouissement. Or des biogaz
dangereux dont une vingtaine de composés organiques volatils et 6 composés de
soufres réduits ont été détectés au site de Lachenaie.
    "Une synthèse récente de ce qui a été publié sur les sites
d'enfouissement entre 1980 et 1998 indique une augmentation des problèmes de
reproduction, des cancers et de la prévalence de symptômes tels que la
fatigue, l'insomnie et les maux de tête chez les personnes résidant à
proximité des dépotoirs.", s'inquiète le docteur Amir Khadir, porte-parole de
Québec solidaire.
    Le dépotoir de Lachenaie ne fait pas exception. En 2006 on y a enregistré
des concentrations très élevées de chlorure de vinyle, de dichloroéthylène, de
tétrachloroéthylène et de trichloroéthylène, tous reconnus comme très nocifs
pour la santé, proportionnels aux doses d'exposition. Le Guide canadien
d'évaluation des incidences sur la santé (Tome 4 - Impacts sur la santé par
secteur industriel), publié par Santé Canada en 2004, a inscrit le benzène, le
dichlorométhane et le trichloroéthylène comme substances toxiques dans la
liste prioritaire annexée à la Loi canadienne sur la protection de
l'environnement, en raison de leurs risques pour la santé humaine.
    "De façon irresponsable le gouvernement a décrété d'urgence
l'agrandissement du site en avril dernier, alors que de nombreux experts ont
insisté devant le BAPE que conformément à la toute dernière recommandation de
l'Organisation mondiale de la santé, le devoir de précaution s'impose en
matière de gestion des matières résiduelles et des sites d'enfouissement quand
il s'agit de juger de l'impact sur la santé des populations. Il faut que le
ministre de la Santé intervienne pour mettre fin à toute agrandissement du
dépotoir. Il offrirait ainsi à son gouvernement l'opportunité d'agir de
manière responsable pour chercher une alternative au statu quo.", propose
Amir Khadir.
    Québec solidaire, propose une meilleure gestion des matières résiduelles.
"Il faut nous sortir du piège qui consiste à continuer à faire ce qu'on fait
encore trop dans des grandes villes comme Montréal et Laval, c'est-à-dire une
gestion irresponsable des déchets. Si Victoriaville, si Coaticook, si des
centaines de villes au Québec font des efforts pour atteindre l'objectif de
60% de recyclage des matières résiduelles, pourquoi Montréal et Laval ne
pourraient pas le faire?", s'interroge le porte-parole de Québec solidaire.




Renseignements :

Renseignements: Simon Tremblay-Pepin, (514) 984-9366


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.