Le danger pour les yeux est souvent invisible - Moins d'une personne sur dix au pays est au courant de la principale cause de la perte sévère de la vision



    TORONTO, le 21 nov. /CNW Telbec/ - Quatre-vingts pour cent des Canadiens
ne savent pas que la DMLA (dégénérescence maculaire liée à l'âge) constitue la
principale cause de perte significative de la vision au Canada, selon une
enquête récente réalisée par Haris/Decima pour le compte de l'INCA. De plus,
la vaste majorité de la population - plus de 75 pour cent - n'a jamais entendu
parler de la DMLA, une maladie de l'oeil dévastatrice qui affecte un million
de personnes à travers le pays. L'enquête a également démontré que même parmi
ceux qui croyaient être familiers avec la maladie, un quart ne pouvaient
affirmer que cette maladie affecte les yeux.
    "Les résultats de l'enquête sont alarmants, a déclaré
Sylvain-Jacques Desjardins, chef des communications de l'INCA. Peu de gens ont
entendu parler de la DMLA. Pourtant, il s'agit d'une maladie courante, et bon
nombre d'entre nous en souffriront un jour. Nous devons tous en apprendre
davantage sur la prévention de la DMLA et sur les options de traitement, qui
dans certains cas, peuvent restaurer la vision, et sur les organismes tels
l'INCA, qui offrent des services de soutien."
    Même si la DMLA est la principale cause de perte de la vision chez les
personnes de plus de 50 ans, lorsque l'on a demandé aux répondants quels
problèmes de santé ils associent au vieillissement, ces derniers étaient plus
susceptibles d'y lier des conditions de moindre prévalence telles la maladie
d'Alzheimer (citée par 41 pour cent), et le cancer du sein ou de la prostate
(cités par 33 pour cent). Un maigre 6 pour cent des répondants ont nommé la
DMLA.
    "Je me considère bien renseigné sur le plan de la santé, mais j'ignorais
que je devais me préoccuper de la DMLA en vieillissant. Le fait que j'en
savais si peu à propos d'une maladie aussi dévastatrice est inquiétant, a
déclaré Louise Chenel, une résidante de Montréal. Si je souffrais de DMLA et
que je perdais la vision, je devrais probablement quitter mon emploi, mais
surtout, je serais attristée de ne plus voir les gens qui m'entourent. Les
gens doivent absolument porter une attention particulière à la DMLA."
    La DMLA affecte presque autant la population que le diabète de type I et
beaucoup plus de personnes que le cancer du sein, le cancer de la prostate et
la maladie d'Alzheimer ou de Parkinson combinés. Les estimations les plus
précises indiquent qu'un million de gens vivent actuellement avec la DMLA au
pays - et on s'attend à ce que ce nombre double dans les 25 prochaines années.
Ironiquement, grâce à un diagnostic précoce et aux nouveaux traitements
disponibles, cette maladie dévastatrice peut être traitée, et dans certains
cas, renversée.
    "Les gens âgés de plus de 50 ans sont plus à risque de souffrir de la
DMLA, mais cela ne signifie pas pour autant qu'il s'agisse d'un processus
naturel du vieillissement, a déclaré le Dr Jean-Daniel Arbour, chirurgien de
la rétine à l'Hôpital Notre-Dame, président de l'association des médecins
ophtalmologistes du Québec et directeur de la recherche en ophtalmologie au
CHUM. La DMLA humide, est une condition médicale qui peut être traitée si elle
est diagnostiquée assez rapidement. Il est important que les gens soient bien
renseignés sur les symptômes de la DMLA et voient leur spécialiste de la
vision régulièrement afin de réduire les risques de perte sévère de la
vision."
    La DMLA se caractérise par une vision déformée impliquant le plus souvent
une perte de vision centrale dans un oeil ou dans les deux yeux. La maladie
peut frapper rapidement s'il s'agit de la forme humide de la DMLA, qui cause
la perte de vision la plus importante. Certains patients peuvent passer de
simples symptômes à une perte de la vision significative en quelques mois
seulement.
    L'enquête a révélé que bon nombre de gens ne savent pas que la prise de
simples mesures peut aider à prévenir la perte de la vision causée par des
maladies telles la DMLA. En fait, certains changements au style de vie peuvent
aider à réduire les risques de développer la maladie plus tard au cours de sa
vie; par exemple, arrêter de fumer, adopter un régime alimentaire équilibré et
passer un examen de la vue de façon régulière. Les gens devraient de plus
savoir qu'il existe des organismes tels l'INCA qui offrent une variété de
services de grande valeur afin d'aider ces derniers à recouvrer leur qualité
de vie lorsqu'ils doivent composer avec une perte de la vision.

    A propos de l'enquête

    En plus des statistiques trouvées dans le communiqué ci-dessus, l'enquête
à également démontré les résultats suivants:

    
       - Moins d'une personne sur dix au pays a peur de développer la DMLA.
       - Plusieurs personnes (38 pour cent) pensent que la rétinopathie
         diabètique est la principale cause de perte significative de vison.
       - 70 pour cent des gens sondés au pays, 74 pour cent des Québécois
         sondés, ne pourraient continuer à faire leur travail actuel s'ils
         perdaient la vue.
       - 85 pour cent des répondants au pays ont un membre de leur famille ou
         un ami qui pourrait les aider s'ils perdaient la majeure partie de
         leur vision.
       - 75 pour cent des personnes sondées au pays (80 pour cent des
         répondants québécois) pensent qu'il y aurait une réduction de leur
         qualité de vie s'ils devaient perdre la vue.
       - Le top trois des principales choses qui manqueraient le plus aux
         personnes sondées si elles perdaient le sens de la vue rapidement
         serait: 1- Ne plus être en mesure de voir leur famille ou les gens
         qui leur sont chers (27 pour cent), 2 - Tout dans leur vie
         (14 pour cent) 3 - La lecture (12 pour cent).
       - 24 pour cent des personnes sondées au pays disent être familiers
         avec la DMLA alors que seulement 15 pour cent des gens sondés au
         Québec le sont.
    

    L'enquête Harris/Decima a été réalisée pour le compte de l'INCA du 11 au
15 octobre 2007. Les données ont été amassées à l'aide du téléVox
Harris/Decima, une enquête téléphonique nationale. Des entretiens
téléphoniques ont été réalisés avec 1039 personnes d'un océan à l'autre; la
marge d'erreur obtenue était de 3 pour cent. Les répondants étaient âgés de
18 ans et plus.

    A propos de l'INCA

    L'INCA est un organisme caritatif communautaire national et enregistré
qui se consacre à l'éducation du public, à la recherche et à la santé visuelle
de tous les Canadiens. Elle fournit aux personnes vivant avec une perte de
vision les services et le soutien nécessaires à une bonne qualité de vie. Pour
de plus amples renseignements à propos de la santé de la vision ou de la DMLA,
veuillez visiter le www.cnib.ca ou appeler au 1-800-563-2642.

    Un VNR sera disponible par satellite le mercredi 21 novembre 2007:

    10:00 -10:30 and again at 14:00 - 14:30 firm, Eastern,
    Anik F2C/7B @ 111.1 West
    Vertical Polarization, D/L Freq. 3980 MHz.
    Audio subcarriers 6.8 left, 6.2 right




Renseignements :

Renseignements: Geneviève Déry, HKDP Communications et affaires
publiques, (514) 395-0375 poste 232, Cell.: (514) 219-2764, gdery@hkdp.qc.ca

Profil de l'entreprise

INSTITUT NATIONAL CANADIEN POUR LES AVEUGLES (INCA)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.