Le CTC lance une campagne de boycottage complet de Petro-Canada - Les travailleurs sont en lock-out depuis près d'un an



    MONTREAL, le 28 oct. /CNW Telbec/ - Le Congrès du travail du Canada a
lancé une campagne nationale de boycottage complet des stations essence et des
biens de consommation de Petro-Canada.
    Le président du CTC, Ken Georgetti, a annoncé le boycottage lors d'une
présentation devant le congrès national du Syndicat canadien des
communications, de l'énergie et du papier (SCEP) à Montréal ce matin.
Petro-Canada a mis en lock-out 260 membres de la section locale 175 du SCEP,
il y a presque un an.
    "Nous allons demander à chaque membre de tous les syndicats de ce pays de
déchirer leurs cartes de Petro-Canada et de boycotter Petro-Canada à partir de
maintenant jusqu'à temps que ce conflit soit réglé et que chaque membre mis en
lock-out soit retourné au travail", a dit M. Georgetti aux 1 500 participantes
et participants au congrès.
    "... et si Petro-Canada veut pénaliser ces membres, nous verrons ce que
cela donne lorsque 3,2 millions de membres du CTC pénalisent leurs profits!"
    Lors d'une manifestation, ce midi, le président du SCEP, Dave Coles, va
souligner que le refus de la compagnie de négocier le même contrat type
négocié aux usines de Petro-Canada en Colombie-Britannique, en Alberta et en
Ontario, montre que "ce n'est pas un combat à propos des salaires ou des
avantages."
    "C'est une tentative de la compagnie de briser le système de négociation
par contrat type du syndicat."
    "Avec la claire intention de provoquer un conflit, la compagnie a demandé
une convention de six ans, cassant ainsi les deux principaux enjeux (les
salaires et la durée de la convention) acceptés par d'autres compagnies
appliquant le contrat type. Elle a aussi demandé une liste de concessions sur
des acquis syndicaux de longue date."
    Le vice-président administratif de la région du Québec, Joseph Gargiso,
affirme que "le personnel cadre et les briseurs de grève qui opèrent en
raffinerie sont fatigués et surmenés. Cette situation augmente le risque pour
la sécurité des gens qui vivent et travaillent autour de la raffinerie".
    M. Gargiso constate aussi que "la compagnie a envoyé promener la
Commission des relations de travail du Québec qui lui avait ordonné de
négocier de bonne foi après l'avoir trouvée coupable de recourir à des
briseurs de grève illégaux et d'avoir tenté d'intimider les travailleuses et
travailleurs. Si une compagnie mérite un boycottage, c'est bien elle!"




Renseignements :

Renseignements: Michelle Walsh, (613) 858-9144; Marie-Andrée L'Heureux,
(514) 916-7373

Profil de l'entreprise

Syndicat canadien des communications, de l'énergie et du papier

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.