Le Conseil provincial (International) réagit à l'article de La Presse sur un trou possible de 2,5 milliards dans le fonds de retraite de l'industrie de la construction



    MONTREAL, le 23 févr. /CNW Telbec/ - Depuis plus de 25 ans, le Conseil
provincial du Québec des métiers de la construction (International), qui
représente quelque 46 000 travailleurs et travailleuses de la construction,
suit de près la gestion de la Caisse de dépôt et placement du Québec qui a le
mandat de gérer le fonds de retraite des salariés de cette industrie. Après
avoir pris connaissance de l'article du journal La Presse intitulé
"Construction : un trou de 2,5 milliards dans le fonds de retraite", son
directeur général, Donald Fortin, a tenu à rectifier le tir concernant
certaines informations contenues dans le texte.
    "Le moins que l'on puisse dire, c'est que les rendements probables de la
Caisse de dépôt pour 2008 sont plus que préoccupants. Un nombre important de
personnes en seront affectées. Ce groupe ne se limite pas aux 130 000 employés
de notre industrie. C'est plus de 376 000 personnes qui sont concernées par ce
régime (travailleurs actifs, anciens travailleurs ayant quitté pour d'autres
industries, retraités, veuves)", affirme-t-il dans un premier temps.
    "Lorsqu'on aborde la question de l'augmentation marquée de la cotisation
des employeurs au régime en 2004, il faut aussi rappeler que les travailleurs
ont en contrepartie consenti à un gel de salaire d'un an et à la
transformation de la totalité de leur régime de retraite en régime à
cotisations déterminées. Les employeurs ont pu ainsi se dégager d'une très
grande responsabilité", ajoute Donald Fortin.
    Comme le rapporte Denis Lessard dans son article, depuis 2004,
l'industrie de la construction a mis les bouchées doubles pour combler un
déficit de 1,3 milliard. Cependant, ces efforts ne visent pas seulement à
garantir les rentes des personnes qui ont pris leur retraite avant janvier
2005, mais aussi de toutes celles accumulées par les travailleurs ayant cotisé
à ce régime avant cette date. Le plan de redressement prévoyait aussi la
création d'une réserve de 20 % afin de mieux faire face aux fluctuations du
marché.
    "Malheureusement, ces efforts risquent d'être anéantis si les
informations de M. Lessard s'avèrent justes, mais il faudra attendre à
mercredi pour le savoir, même si déjà nous avons une petite idée de la
situation", précise le syndicaliste.

    Des pistes de solutions pour régler la situation

    "Le régime de retraite des travailleurs de la construction devra-t-il
être géré ailleurs qu'à la Caisse? Peut-être, mais avant de décider des
actions à prendre, il faudra voir ce qui s'est passé et pourquoi nous nous
retrouvons dans la situation désastreuse décrite par M. Lessard", précise
encore Donald Fortin.
    Le directeur général du Conseil provincial International rappelle que son
organisation a été la première à réclamer de la Caisse de dépôt et placement
une plus grande ouverture face à la manière dont l'industrie de la
construction veut que l'argent de ses travailleurs soit géré. "Il fut un temps
où notre politique de placement était reléguée aux oubliettes. Maintenant, les
gestionnaires de la Caisse suivent les directives de placement adoptées par
l'industrie de la construction. D'ailleurs, c'est probablement cette politique
que nous avons voulu conservatrice qui nous permettra de nous en sortir un peu
mieux que les autres déposants de la Caisse."
    Donald Fortin poursuit en affirmant que le problème demeure toujours
entier dans la gestion quotidienne du régime. "Encore aujourd'hui, nous
n'avons pas une grande voix au chapitre."
    Cela dit, il insiste : la question ne pourra être analysée sérieusement
que lorsque toutes les données seront disponibles, ce qui, vraisemblablement,
ne pourra se faire avant le dépôt des résultats de la Caisse. "Contrairement à
ce qui est écrit dans l'article de La Presse, le Conseil d'administration de
la CCQ, qui se réunira mercredi, tiendra une séance régulière et non pas une
réunion extraordinaire. La question du régime de retraite n'est même pas à
l'ordre du jour, bien qu'il soit évident que les membres en discuteront. Il ne
serait pas sérieux de se prononcer avant d'avoir les données en main, car
seules ces données nous permettront de bien peser les tenants et aboutissants
de cet enjeu majeur pour l'industrie de la construction", conclut-il.

    A propos du Conseil provincial (International)

    Deuxième association syndicale en importance, le Conseil provincial
(International) est affilié au Département canadien des métiers de la
construction qui regroupe quelque 400 000 travailleurs de l'industrie de la
construction au Canada, dont 46 000 répartis dans toutes les régions du Québec
au sein de 27 sections locales.




Renseignements :

Renseignements: Ariane Gagné, (514) 723-6555, (514) 567-0140

Profil de l'entreprise

Conseil provincial du Québec des métiers de la construction (International) - CPQMC-I

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.