Le Conseil interculturel de Montréal rend public son avis sur le programme d'accès à l'égalité en emploi de la Ville de Montréal

MONTRÉAL, le 9 sept. 2011 /CNW Telbec/ - Après plusieurs mois de réflexion et de consultation, le Conseil interculturel de Montréal (CIM) conclut que le programme d'accès à l'égalité en emploi de la Ville de Montréal (PAÉE) doit désormais être réexaminé, de manière à tenir compte des obstacles au recrutement, à l'intégration et à la promotion des personnes issues des minorités visibles et des minorités ethniques. Au centre de ce débat, la problématique actuelle établissant que le taux de chômage des immigrants est de 12,6 % et celui des minorités visibles est de 14,5 %, alors qu'il est seulement de 6,8 % pour les Canadiens de naissance. Ainsi, les immigrants arabes et ceux provenant du Moyen-Orient affichent le taux de chômage le plus élevé (20 %), suivi des Asiatiques du sud-est (16,2 %) et des Noirs (15 %).

Dans ce contexte, la présidente du CIM, Mme Danielle Gratton soumet que pour bien comprendre les résultats actuels du programme et les mesures d'amélioration recommandées, il faut savoir ce qu'est véritablement un PAÉE et bien connaître les clientèles visées par la loi, dont notamment, les minorités visibles et les minorités ethniques. Ainsi, le CIM trouve important de revenir sur la définition propre à chacune de ces catégories et qui soulève certaines limites. En effet, l'ethnicité recouvre plus qu'une langue autre que le français et l'anglais. Au plus simple, l'ethnicité renvoie  à la culture, soit à des « façons différentes de  voir, de penser, de dire et de faire qui sont spécifiques à des groupes et à des régions données ».
Ainsi, du point de vue du CIM, l'identification des personnes qui font partie de ces deux catégories, renvoie à des logiques occidentales et ne tient pas compte, en contextes pluriethniques de travail, d'écarts culturels possibles et dont il s'agit de comprendre les mécanismes pour réduire les embûches interculturels pouvant nuire à l'insertion et au maintien en emploi.

Rappelons qu'au niveau municipal, le CIM est un organisme autonome d'échanges et de consultation dont les fonctions principales consistent à donner son avis sur toute question d'intérêt concernant les relations interculturelles à Montréal.

Une fois ces précisions établies et parmi les mesures proposées, le Conseil recommande, notamment,  que la Ville intervienne auprès du gouvernement du Québec afin de faciliter l'analyse des embûches qui bloquent la reconnaissance des acquis des candidats immigrants, un problème international sur lequel se penche aussi l'Unesco.

La Ville devrait également revoir son programme de dotation actuellement sous la responsabilité des 15 services corporatifs et des 19 arrondissements pour en simplifier l'accès et intensifier son recrutement pour des postes de qualification supérieure. Par ailleurs, lors des examens et des entrevues, la Ville devrait évaluer les compétences génériques à la lumière des différences culturelles qui les fondent. Enfin, la Ville devrait rendre obligatoire à tous les gestionnaires et au personnel impliqué dans la sélection des candidats des formations sur la gestion de la diversité et sur la réduction des écarts interculturels.

Dans le cadre de cet avis, le CIM  a pu compter sur la collaboration de la  Direction du capital humain et de la Direction de la diversité sociale de la Ville de Montréal. Ce travail est également le fruit d'une collaboration soutenue avec les organismes communautaires en employabilité ainsi que les grands syndicats de la Ville de Montréal qui doivent, plus que jamais, devenir des partenaires actifs au niveau du recrutement, de la promotion et de l'intégration des nouveaux arrivants.  Ouvert au recrutement de nouveaux talents, la Direction du capital humain a déjà mis en place certaines mesures et propose un plan d'action incluant les recommandations du Conseil. Il invite déjà toute personne à postuler à partir de son nouveau site et dès cette demande d'emploi, à indiquer dans laquelle des catégories du PAÉE il se situe. Le Conseil estime que ces mesures devraient grandement favoriser l'insertion au travail et fournir des outils pour des analyses continues de la performance du PAÉE.

Enfin, le CIM considère que le programme d'accès à l'égalité en emploi figure parmi un ensemble de mesures qui doivent être envisagées afin de lutter contre le chômage qui afflige particulièrement les jeunes des minorités visibles. Quoiqu'essentiel, ce programme n'est toutefois pas suffisant, car comme nous le dit le Conseil de l'Europe : l'égalité des droits ne peut exister sans un dialogue interculturel.

SOURCE Conseil Interculturel de Montréal

Renseignements :

Gilles Gosselin,
Coordonnateur
Bureau : 514 868-4490

Profil de l'entreprise

Conseil Interculturel de Montréal

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.