LE CONSEIL DES AINES DU QUEBEC REAGIT - Des cours de conduites additionnels pour les aînés: mais pourquoi ?



    QUEBEC, le 31 janv. /CNW Telbec/ - "Des cours de conduite pour les aînés"
titrait La Presse de ce matin. Il semble que le Canadian Safety Council, une
organisation canadienne non gouvernementale qui s'intéresse à la sécurité en
général et l'Association québécoise des retraités de la fonction publique,
partagent cette perception que les aînés sont d'un danger tel au volant que
cela nécessite des cours d'apprentissage additionnels. Le moins que l'on
puisse dire c'est qu'heureusement ce n'est là l'opinion que de deux groupes,
qui sont sans doute de bonne foi, mais qui ne connaissent guère le sujet dont
ils parlent. Si la Société de l'assurance automobile du Québec ou le Club
automobile du Québec étaient également de cet avis, il faudrait y regarder de
plus près, mais ce n'est pas le cas.
    Tout d'abord, il est erroné, incorrect et abusif de stigmatiser les
conducteurs aînés, comme étant un groupe qui soudainement soit devenu à
risque. Les statistiques de la SAAQ sont pourtant assez révélatrices qu'il n'y
a pas eu d'augmentation du taux de survenance des accidents avec blessures et
décès, malgré une augmentation importante de personnes âgées qui sont au
volant, au contraire. Comme il y a un accroissement important du nombre de
personnes de 75 ans et plus, on aurait pu s'attendre à un accroissement
correspondant des accidents graves. Ce n'est pas le cas. Il y a, en revanche,
une augmentation des accidents légers (accrochages) qu'il ne faut pas
sous-estimer, mais il faudra le regarder en tenant compte du vieillissement de
la population. Il n'y a cependant là rien d'alarmant.
    Mais, il y a plus. Que le Canadian Safety Council qui cherche à
promouvoir son cours "55 alive" ou "55 au volant" profite de toutes les
occasions pour parler de ses programmes et développer des points d'ancrage au
Québec, peut se comprendre. Mais qu'une association québécoise d'aînés qui
regroupe quelque 20 000 membres décide de se poser en expert, en plus de
prétendre parler au nom de l'ensemble des aînés du Québec, est inquiétant. Les
grandes associations et organismes d'aînés au Québec, représentant quelque
500 000 personnes aînées et le Conseil des aînés du Québec ont, à maintes
reprises réaffirmé l'importance de considérer les aînés comme des citoyens et
citoyennes à part entière à l'égal de tout autre citoyen. Les aînés se
sentiront bien mal à l'aise de se faire ainsi marginaliser et être considérés,
par une association, comme des citoyens fragilisés et vulnérables qui sont
tout à coup devenus un danger sur les routes.
    "Le journal La Presse a soulevé un point important en relevant les
dangers de conduire alors que l'on est sous l'effet de certains médicaments ou
porteur de maladies pouvant influencer la conduite automobile. Nous partageons
cette inquiétude. Mais le danger existe pour toute personne présentant ces
conditions, et cela quelque soit son âge. Essayer de faire porter aux aînés
les effets d'un phénomène dont ils ne sont pas responsables est
discriminatoire à leur égard et fait sournoisement preuve d'âgisme", de
conclure le président du Conseil des aînés du Québec, M. Georges Lalande.
    -%SU: SOC,TRN
    -%RE: 37




Renseignements :

Renseignements: Suzanne Pilote, Conseil des aînés, (418) 643-0098,
1-877-657-2463

Profil de l'entreprise

CONSEIL DES AINES

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.