Le conseil d'administration de la SMCC refuse de rencontrer ses propres
employés

    
    Le conseil fait la sourde oreille et appelle les services de sécurité en
    renfort
    

OTTAWA, le 21 oct. /CNW Telbec/ - Des grévistes du Musée canadien des civilisations et du Musée de la guerre se sont rendus à Toronto afin de rencontrer les membres du conseil d'administration de la SMCC, qui étaient réunis à l'hôtel Royal York. Ils n'ont pu entrer dans la salle où se déroulait la réunion du conseil d'administration et ont été escortés à l'extérieur de l'hôtel par des gardes de sécurité.

Les travailleuses et les travailleurs de ces deux musées sont en grève depuis le 21 septembre. À la fin du mois d'août, ils avaient voté à 92 % pour la grève. Le 18 septembre, les pourparlers se sont enlisés. Le 7 octobre, les parties se sont réunies de nouveau au bureau du médiateur fédéral, mais n'ont pu conclure d'entente, car l'employeur a rejeté la principale revendication des employés sur la sécurité d'emploi. C'est la cinquième semaine de grève.

Denise Corbett, Audrey Vermette et Guy Gagnon se sont rendus à Toronto en compagnie de Maria Fitzpatrick, la vice-présidente exécutive régionale de l'AFPC. Le but de ce voyage était de faire connaître les préoccupations des travailleuses et travailleurs aux 11 membres du conseil d'administration.

La semaine dernière, Daniel Poulin, le président de la section locale 70396 de l'AFPC, a reçu une lettre de l'avocat de la SMCC dans laquelle on peut lire qu'"aucun membre du conseil d'administration ne rencontrera des représentants de l'AFPC, pas plus que les membres de ce conseil n'assisteront à toute autre réunion ou séance d'information organisée par l'AFPC relativement à ces questions". Outrés par cette "consigne du silence", les travailleuses et travailleurs ont décidé de porter leur cause directement devant les membres du conseil d'administration.

Lorsque les employés sont arrivés à la salle de conférence où se tenait la réunion, des représentants de la haute direction de la SMCC les attendaient de pied ferme. Ils ont déclaré de façon péremptoire que le conseil d'administration avait "un ordre du jour chargé" et qu'il "n'avait pas le temps de rencontrer les employés". Lorsque ces derniers ont répondu que cela ne prendrait qu'un instant, les représentants de la Société ont appelé le service de sécurité de l'hôtel.

En réponse, les trois grévistes, ainsi qu'une douzaine de militantes et militants de Toronto, ont piqueté devant le Royal York pendant une heure. Et la police n'est pas intervenue, malgré les efforts répétés du service de sécurité de l'hôtel.

"J'ose croire qu'il incombe aux membres d'une société d'État de recevoir de l'information et de débattre des questions avec les parties intéressées des musées, y compris les membres du personnel, a déclaré Maria Fitzpatrick. Les travailleuses et travailleurs ont indiqué à plusieurs reprises qu'ils sont prêts à négocier, à condition que la SMCC accepte de protéger leurs emplois et de ne pas les vendre au plus bas soumissionnaire. En laissant perdurer ce conflit de travail, la SMCC abdique ses responsabilités envers ses employés et la population canadienne."

/AVIS AUX RESPONSABLES DE LA SECTION PHOTOGRAPHIQUE : Une photo accompagnant ce communiqué est disponible à l'adresse http://photos.newswire.ca. Ces images sont gratuites pour les représentants accrédités des médias/

SOURCE AFPC

Renseignements : Renseignements: et entrevues: Ariel Troster, Communications, AFPC - (613) 292-8363 (cellulaire)


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.