Le Conseil consultatif sur la divulgation recommande la divulgation complète de tous les actionnaires des sociétés ouvertes



    Le deuxième livre blanc de ce groupe tenu en haute estime demande la
    transparence pour l'identité des actionnaires afin que la divulgation
    soit bilatérale

    NEW YORK, le 4 juin /CNW/ - Le Conseil consultatif sur la divulgation
(Disclosure Advisory Board), comité organisé par PR Newswire et composé de 15
chefs de file des communautés d'entreprises, d'organismes de réglementation,
d'investisseurs, de sociétés de communication et d'universités, a annoncé
aujourd'hui des recommandations pour la divulgation de renseignements sur les
actionnaires, faisant ainsi part de sa préoccupation quant à la dissimulation
de l'identité des actionnaires qui entraîne la désorganisation du marché aux
Etats-Unis.

    (Photo : http://www.newscom.com/cgi-bin/prnh/20070604/NYM101 )
    (Logo : http://www.newscom.com/cgi-bin/prnh/20000306/PRNLOGO )

    Dans son livre blanc nouvellement publié "Shareholder ID: The Resounding
Silence of Non-Disclosure", le Conseil demande aux investisseurs de suivre les
meilleures pratiques émergentes mondiales et de révéler leur identité, ainsi
qu'aux organismes de réglementation de réexaminer les règles de divulgation
existantes concernant les actionnaires, désormais dépassées par les nouveaux
investissements en produits dérivés. De plus, le Conseil prétend que le manque
de renseignements divulgués sur l'identité des actionnaires a des effets
négatifs sur les marchés financiers américains en permettant que des
comportements destructeurs demeurent invérifiés, désavantageant ainsi les
Etats-Unis sur le plan de la concurrence à l'échelle mondiale.
    Le livre blanc, le deuxième d'une série préparée par le Conseil
consultatif sur la divulgation, a été publié en collaboration avec le plus
grand groupe de professionnels des relations avec les investisseurs qui soit
lors de la conférence annuelle du National Investor Relations Institute (NIRI)
tenue à Orlando, en Floride, du 3 au 6 juin.
    "Le dynamisme des marchés boursiers dépend de la participation active des
investisseurs. Cependant, certaines pratiques aux Etats-Unis envoient divers
messages contradictoires et placent de nombreux investisseurs dans une
situation désavantageuse", a affirmé Mark Hynes, président et porte-parole du
Conseil consultatif sur la divulgation, et directeur général des services
mondiaux de relations avec les investisseurs de PR Newswire. "La
non-divulgation de la part des investisseurs ne représente pas seulement un
problème pour les sociétés ouvertes. Elle désorganise en fait le marché pour
toutes les parties impliquées."
    "C'est toutefois la société qui assume la plus grande part du risque. Le
manque de renseignements sur les investisseurs expose les actions à une
manipulation potentielle du cours par des détenteurs inconnus aux intentions
tout aussi inconnues, ce qui a pour effet d'accroître la vulnérabilité d'une
société aux prises de contrôle et aux courses aux procurations. Le secret
entourant l'identité des investisseurs rend également les sociétés plus
sensibles aux priorités des fonds spéculatifs et des autres détenteurs à court
terme qui peuvent causer des actions défavorables aux objectifs commerciaux à
long terme."
    "Par conséquent, nous croyons qu'il est temps pour les investisseurs
américains ayant gardé leur identité secrète de briser le silence. Nous
appelons à la transparence pour l'identité des actionnaires afin que la
divulgation soit un processus bilatéral. A une époque où l'on plaide pour le
"droit d'accès à l'information", les sociétés ouvertes américaines devraient
avoir le droit de connaître le nom de leurs actionnaires."
    En exprimant son opinion sur la divulgation de l'identité des
actionnaires, le Conseil consultatif sur la divulgation a remarqué les sources
d'inquiétude suivantes, qui doivent à son avis être dissipées afin
d'uniformiser à nouveau les règles du jeu pour les marchés financiers des
Etats-Unis :

    (*) Le manque de connaissances des actionnaires, ainsi que des recours
    légaux ou réglementaires, place les sociétés en situation de risque
    considérable.

    (*) Les pratiques du marché empêchent les professionnels de la
    divulgation de communiquer directement avec certains investisseurs. Alors
    que les actionnaires réclament à grands cris le vote à la majorité ou "un
    droit de parole sur les rémunérations", l'embargo sur les communications
    directes avec les investisseurs défavorise les sociétés et les conseils
    d'administration, et même les actionnaires.

    (*) Le manque d'identité des investisseurs et de communications directes
    avec ceux-ci contribue à des pratiques telles que le vote vide qui, outre
    son effet sur le résultat des élections des administrateurs, peut
    également accorder des avantages injustes à certains investisseurs
    pouvant même avoir adopté une position négative.

    (*) La pratique de plus en plus répandue d'"emprunt" d'actions permet aux
    actionnaires dont le nom n'a pas été dévoilé et sans participation
    financière ou à la participation limitée de disposer d'un droit de parole
    démesuré dans le cadre des élections qui affectent des émetteurs et
    d'autres investisseurs. Une fois que les emprunteurs ont émis leur vote
    afin d'atteindre leurs objectifs et de rendre les actions, ils laissent
    les autres investisseurs et les sociétés ouvertes faire face aux
    conséquences.

    (*) Les sociétés sont soumises à une pression croissante pour divulguer
    les renseignements de façon simultanée depuis la promulgation du
    Regulation Fair Disclosure en 2002, mais le font à un public qu'elles
    peuvent ne connaître que partiellement. Cela a pour résultat que les
    communications efficaces et ciblées sont plus difficiles à réaliser.

    (*) Des contradictions flagrantes existent entre les marchés financiers
    des Etats-Unis et ceux du reste du monde. Par exemple, les émetteurs
    étrangers peuvent en savoir davantage sur leurs investisseurs américains
    que les émetteurs américains ne peuvent en savoir sur les investisseurs
    américains. Si l'on ne corrige pas le tir, ces paradoxes pourraient
    laisser les marchés financiers des Etats-Unis en dehors de la
    compétition.

    (*) De nouveaux produits et pratiques financiers, comme la popularité
    croissante des produits dérivés reposant sur des liquidités, permettent
    aux investisseurs de regrouper des actions sans avoir l'obligation de
    divulguer quoi que ce soit aux émetteurs ou aux autres participants du
    marché. La prévalence et l'ampleur de cette pratique a eu un effet
    considérable sur les marchés.

    William A. Relyea, directeur général de H.C. Wainwright & Co., Inc. et
membre du Conseil consultatif sur la divulgation, a commenté : "Le résultat
final de ce syndrome de l'actionnaire à l'identité secrète est qu'il procure
aux investisseurs soutenus par une quantité de capitaux un certain anonymat
qui leur permet de prendre des décisions qui secouent le marché, notamment en
ce qui concerne les actions individuelles. Cela provoque souvent des
répercussions négatives sur la société, ses actionnaires ainsi que ses
employés et d'autres personnes qui dépendent des services fournis par la
société."
    M. Hynes a conclu : "Le problème de l'identité des actionnaires
américains nous incite à prendre des mesures immédiates. La non-divulgation de
l'identité désorganise le marché aux Etats-Unis, ce qui le rend moins
séduisant que d'autres lieux d'investissement dans d'autres régions du monde."
    "Il est temps pour les actionnaires dont l'identité a été gardée secrète
de briser le silence et de dévoiler leur nom. Le silence collectif à ce sujet
n'est plus une option valable."
    Le livre blanc, le deuxième publié par le Conseil consultatif sur la
divulgation, est disponible dans son intégralité à l'adresse
http://disclosureadvisoryboard.mediaroom.com/. Pour lire le blogue de Mark
Hynes, Transparency Matters, veuillez consulter le
http://transparencymatters.blogspot.com/.

    A propos du Conseil consultatif sur la divulgation

    Le Conseil consultatif sur la divulgation (Disclosure Advisory Board) a
été créé par PR Newswire en juin 2006 pour évaluer et commenter la situation
de la divulgation et de la transparence des entreprises. Composé de 15
individus et comptant une expérience cumulée de 450 ans en matière de
règlementation et de contrôle de conformité, ce Conseil a pour mission de
débattre les questions actuelles de divulgation et de gouvernance et, en se
basant sur ces discussions, de proposer les "meilleures pratiques" visant à
améliorer la communication des renseignements financiers et d'entreprise. Le
Conseil consultatif sur la divulgation croit que la communication, soit la
divulgation et la transparence, est l'élément clé qui permettra de regagner le
consentement du public.
    Les membres du Conseil sont : John Bierbusse, directeur d'entreprise et
analyste de recherche de gestion d'avoir à la retraite pour A G Edwards ;
Janet L. Fisher, partenaire, Cleary Gottlieb Steen & Hamilton LLP ; Valerie
Haertel, VP/directrice des relations avec les investisseurs, Medco Health
Solutions, Inc. ; Jerry Hostetter, VP/directeur des relations publiques et des
relations avec les investisseurs, Smithfield Foods Inc. ; Deborah Kelly,
partenaire, Genesis Inc. ; Mark Hynes, directeur général des Services mondiaux
des relations avec les investisseurs pour PR Newswire ; Jack L. Kelly,
co-directeur de l'équipe de recherche industrielle, Goldman Sachs ; Mary Beth
Kissane, présidente et fondatrice, Corporate Perception Research ; Sam
Levenson, vice-président directeur aux relations avec les investisseurs, Sony
Corporation of America ; William A. Relyea, directeur général, H.C. Wainwright
& Co., Inc. ; Diane Salucci, vice-présidente directrice, Bear Wagner
Specialists LLC ; Martin Shea, premier vice-président des relations avec les
investisseurs, CBS Corporation ; Kurt Stocker, membre du conseil
d'administration de NYSE Regulation, Inc. et président du comité consultatif
des investisseurs individuels de la Bourse de New York ; Anna Sussman,
directrice des relations avec les investisseurs et des communications
d'entreprise, Pharmion Corporation ; Louis M. Thompson, Jr., partenaire,
Genesis Inc., et directeur général, Kalorama Partners, et ancien président et
chef de la direction, président et membre du conseil de National Investor
Relations Institute.

    A propos de PR Newswire

    PR Newswire Association LLC (http://www.prnewswire.com) fournit des
services de diffusion, de mesure, de ciblage et de distribution électronique
pour des dizaines de milliers d'entreprises, de gouvernements, d'associations,
d'organisations ouvrières, d'organismes à but non lucratif ainsi que d'autres
clients dans le monde entier. Grâce à PR Newswire, ces organisations touchent
une foule de publics importants, y compris les médias d'information, la
communauté d'investisseurs, les décideurs gouvernementaux ainsi que le grand
public, en leur diffusant de l'information à jour en texte intégral.
    Créée en 1954, PR Newswire possède des bureaux dans 11 pays et envoie
régulièrement les communiqués de ses clients à des organes de presse dans 135
pays et en plus de 40 langues. Ayant recours aux technologies de
communications les plus évoluées, PR Newswire diffuse des informations
considérées comme essentielles pour les journalistes, les investisseurs et les
individus qui cherchent les nouvelles de dernière heure à la source. Les
services de premier plan de PR Newswire comprennent ProfNet ExpertsSM,
eWatch(TM), MEDIAtlas(TM), Search Engine Optimization, MediaRoom,
MediaSense(TM), MultiVu(TM), U.S. Newswire, l'agence de transmission
prééminente du secteur, et Vintage Filings, la société de dépôt Edgar ayant la
croissance la plus rapide.
    PR Newswire est une filiale d'United Business Media plc de Londres.

    /Photo : NewsCom : http://www.newscom.com/cgi-bin/prnh/20070604/NYM101
    NewsCom : http://www.newscom.com/cgi-bin/prnh/20000306/PRNLOGO
    AP Archive : http://photoarchive.ap.org
    AP PhotoExpress Network : PRN10
    PRN Photo Desk, photodesk@prnewswire.com/
    /Site Internet : http://www.prnewswire.com
    http://disclosureadvisoryboard.mediaroom.com
    http://transparencymatters.blogspot.com /





Renseignements :

Renseignements: Rachel Meranus, vice-présidente des relations publiques,
PR Newswire, (212) 282-1929 ou rachel.meranus@prnewswire.com

Profil de l'entreprise

PR NEWSWIRE ASSOCIATION LLC

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.