Le Chef national de l'APN qualifie le budget fédéral d'"amère déception"



    OTTAWA, le 27 fév. /CNW Telbec/ - Phil Fontaine, Chef national de
l'Assemblée des Premières Nations, a qualifié le budget fédéral déposé hier
d'"amère déception pour les Premières Nations et d'occasion ratée pour
l'ensemble des Canadiens".
    "Il est décourageant de voir que le gouvernement estime que réduire le
coût d'un grille-pain de quelques cents constitue un objectif national, mais
que d'aider les jeunes des Premières Nations à terminer le secondaire et à
vivre dans des maisons où ils peuvent grandir en sécurité n'est est pas un. Il
est tout aussi décourageant de constater que le gouvernement peut se permettre
de dépenser des milliards de dollars pour reconstruire l'Afghanistan, mais pas
pour soutenir l'éducation, les soins de santé et l'emploi chez les Premières
Nations. Il est difficile de croire que les Canadiens appuient ces priorités",
a ajouté le Chef national.
    Le budget fédéral déposé hier par le ministre des Finances Jim Flaherty
prévoit très peu de nouvelles initiatives destinées aux Premières Nations et
s'appuie sur des annonces déjà faites ainsi que le report de ressources
existantes. Les ressources prévues pour la santé des Premières Nations sont
prometteuses, mais des détails restent à préciser; de plus, elles dépendent de
la conclusion d'ententes entre les Premières Nations et d'autres
gouvernements. Par conséquent, rien ne garantit que ces ressources seront
vraiment disponibles. D'autres investissements tout aussi importants sont
nécessaires pour s'attaquer aux causes des problèmes de santé chez les
Premières Nations.
    "Depuis qu'il a pris le pouvoir, le gouvernement conservateur a maintes
fois laissé tomber les Premières Nations", a déclaré le Chef national Phil
Fontaine. "Il a promis de "donner des ailes" à l'Accord de Kelowna. Depuis, il
a déposé trois budgets, et les Premières Nations attendent toujours. Nous ne
pouvons pas attendre plus longtemps. Les Canadiens savent que les Premières
Nations ont un rôle clé à jouer, si l'on veut que le Canada conserve son rang
en matière de compétitivité et de productivité. Le Canada a besoin de
travailleurs qualifiés pour occuper les nombreux emplois disponibles et, au
pays, c'est chez les Premières Nations que l'on trouve la population la plus
jeune et que l'on observe la plus forte croissance démographique. Voilà une
occasion rêvée de trouver une solution profitable pour l'économie canadienne,
pour les collectivités, pour les Premières Nations et pour l'ensemble du
Canada."
    En outre, le Chef national a cité une étude de 2007 du Centre d'étude des
niveaux de vie du Canada qui démontre que, si des investissements étaient
réalisés en vue d'élever les niveaux d'éducation chez les Premières Nations
aux niveaux observés dans l'ensemble de la population, les Canadiens verraient
71,1 milliards de dollars s'ajouter à l'économie du pays. Toutefois, dans le
système actuel, les élèves des écoles des Premières Nations reçoivent en
moyenne 2 000 $ de moins que ceux des autres écoles.
    "Malheureusement, le gouvernement ne voit rien de tout cela", a ajouté le
Chef national. "Il ne voit pas le potentiel qui pourrait être réalisé en
aidant des élèves à obtenir un diplôme, ou encore le rôle que les Premières
Nations pourraient jouer en contribuant à remédier à la pénurie de
main-d'oeuvre qui frappe durement certaines régions du pays. Au fond, il ne
considère pas qu'il devrait s'attaquer aux conditions de pauvreté semblables à
celles des pays du tiers monde que l'on peut observer ici même. Il est
inconcevable que le gouvernement ait pu trouver de nouvelles façons de
dépenser plus d'une centaine de milliards de dollars depuis son arrivée au
pouvoir, et que rien de cela n'ait mené à la mise en oeuvre d'un plan à la
fois complet et concret pour faire passer les Premières Nations de la pauvreté
à la prospérité."
    Le Chef national Phil Fontaine a souligné que le "budget fédéral
parallèle", publié plus tôt cette semaine par l'APN, est un plan axé sur des
politiques économiques progressistes qui serait bien accueilli par les
Premières Nations.
    "Le budget fédéral parallèle propose, pour les Premières Nations, des
solutions pratiques et responsables sur le plan financier qui peuvent être
mises en oeuvre dans le climat économique actuel", a ajouté le Chef national.
"Le gouvernement conservateur a choisi de ne pas adopter ces solutions. Je me
rends quotidiennement dans des collectivités des Premières Nations et j'y
rencontre des citoyens chez qui la frustration monte et qui se disent à bout
de patience. Les Premières Nations ont demandé à l'APN de planifier une
deuxième Journée nationale de protestation. Nous voulons créer une journée de
solidarité avec tous les Canadiens et une journée de protestation contre ce
gouvernement. Nous avons besoin de l'ensemble des Canadiens et nous leur
demandons de faire entendre leur voix, afin de dire au gouvernement
conservateur que de négliger les Premières Nations et de s'en désintéresser ne
reflète pas les valeurs de notre pays. Il ne s'agit plus que de l'avenir des
Premières Nations, mais de l'avenir de tous les Canadiens."




Renseignements :

Renseignements: Karyn Pugliese, Communications (santé et développement
social), APN, (613) 241-6789, poste 210, (613) 292-1877 (cell.),
kpugliese@afn.ca; Don Kelly, conseiller en communications, APN, (613)
241-6789, poste 341, (613) 292-2787 (cell.), dkelly@afn.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.