Le changement d'heure affecte le sommeil des jeunes



    MONTREAL, le 12 mars /CNW Telbec/ - Le retour en classe n'est pas aisé
pour les nombreux adolescents qui viennent de terminer la semaine de relâche
scolaire. Avec le passage à "l'heure d'été", dimanche dernier, nous avons
perdu une heure de sommeil. Non seulement les adultes maugréent-ils, mais les
plus jeunes en souffrent également. "Pour la plupart d'entre eux, cette heure
perdue ne fait que s'ajouter à une dette de sommeil que l'on sait déjà
importante", d'affirmer le Dr Roger Godbout, chef du Service de recherche et
responsable du laboratoire de recherche sur le sommeil de l'Hôpital   
Rivière-des-Prairies.
    Nous savons d'ores et déjà que le cerveau humain incite le corps au
sommeil lorsque le soleil se couche. C'est l'obscurité qui favorise la
sécrétion de l'hormone du sommeil, la mélatonine, et le fait d'avancer l'heure
risque de reporter le moment de l'endormissement. Chez les adolescents, la
situation n'est que plus critique. Le Dr Godbout explique : "A l'adolescence,
l'horloge biologique qui tente de régler les horaires du coucher et du lever
se transforme et prend du retard, un peu comme lors d'un décalage horaire".
Ainsi, plusieurs adolescents ne s'endorment spontanément que souvent très
tard. L'heure avancée n'affecte pas autant le moment de leur endormissement
que celui de leur réveil. "Ils ressentent les contrecoups de cette heure de
sommeil perdue les matins suivants, car le cadran, lui aussi, sonnera une
heure plus tôt ! Les adultes se rappelleront peut-être avoir vécu la même
chose, plus jeunes", de dire le Dr Godbout.
    Le changement d'heure risque donc de venir compliquer, pour les prochains
jours ou du moins pour le temps que nécessitera l'adaptation à la nouvelle
heure, une situation déjà difficile. En effet, les adolescents ont besoin de
plus de sommeil que les adultes (autour de 9 heures - 9 heures et demie) et ce
besoin est très rarement comblé, sauf peut-être les week-ends. Il ne reste
qu'à espérer que cela n'affectera pas trop leur rendement scolaire. "C'est une
toute autre question, très importante, qui fait d'ailleurs l'objet de
plusieurs recherches en ce moment et dont les résultats seront publiés dès que
nous aurons des données probantes", conclut le Dr Godbout.
    Le sommeil est à la base même de notre équilibre psychophysiologique.
C'est pourquoi plusieurs recherches sur le sujet sont menées à l'Hôpital
Rivière-des-Prairies. Rappelons que ce centre hospitalier de soins
psychiatriques affilié à l'Université de Montréal offre des services
surspécialisés en pédopsychiatrie et en troubles neurodéveloppementaux à la
population du Québec.
    Pour contribuer à la santé mentale des jeunes, vous pouvez faire un don à
la Fondation les Petits Trésors de l'Hôpital Rivière-des-Prairies, 7070
boulevard Perras, Montréal, H1E 1A4 ou visiter le www.petitstresors.ca.




Renseignements :

Renseignements: Johanne Gagnon, Coordonnatrice des communications et du
partenariat, Hôpital Rivière-des-Prairies, (514) 323-7260 poste 2087

Profil de l'entreprise

Hôpital Rivière-des-Prairies

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.