Le CCATM publie le bilan mi-mandat de la Vision de sécurité routière 2010



    OTTAWA, le 22 janv. /CNW Telbec/ - Les routes du Canada deviennent de
plus en plus sûres, résultat des efforts de tous les intervenants de la
sécurité routière qui oeuvrent à la Vision de sécurité routière 2010. Si cette
amélioration progressive est encourageante, un examen mi-mandat mené récemment
par des consultants indépendants indique par contre que les routes canadiennes
pourraient devenir plus sûres encore avec un effort additionnel des organismes
responsables de la sécurité routière.
    Ce plan national contient une vision voulant "que le Canada possède les
routes les plus sûres au monde" et un objectif quantitatif visant "à réduire
de 30 % les décès et blessures graves durant la période 2008-2010, comparé aux
données de la période 1996-2001." L'indice de sécurité routière au Canada est
mesuré selon "les décès par milliards de véhicules-kilomètres parcourus". Le
taux de décès est ensuite comparé aux autres pays industrialisés dominants
pour déterminer si le Canada est en bonne voie d'atteindre son objectif
d'avoir "les routes les plus sûres au monde."
    La Vision de sécurité routière 2010 est un plan d'action d'une durée de
neuf ans (2002 à 2010) qui vise une réduction des décès par l'intermédiaire
d'interventions ciblées, élaborées et mises sur pied par des organismes
gouvernementaux et non-gouvernementaux et adaptées aux problèmes de sécurité
routière les plus critiques, tels que la conduite en état d'ébriété, le refus
de porter la ceinture de sécurité et les excès de vitesse.
    Les auteurs de l'examen mi-mandat ont vérifié les rapports d'étape et les
données de collisions des provinces et territoires; ils ont mené des sondages
par téléphone et des groupes de réflexion, ainsi qu'un atelier rassemblant les
experts-clés en matière de sécurité routière.
    Les consultants ont pu observer que des améliorations remarquables ont eu
lieu dans plusieurs volets de la Vision de sécurité routière 2010. En
particulier, un progrès substantiel a été noté à l'égard du nombre de victimes
d'accidents de la route (morts et gravement blessés) qui ne portaient pas leur
ceinture de sécurité, et au niveau du nombre de jeunes conducteurs impliqués
dans des collisions aux intersections ou sur des routes rurales.
    Les consultants ont indiqué qu'encore plus de progrès pourrait être
réalisé en développant une stratégie de sécurité routière, ainsi que des plans
d'action avec modèles d'objectifs et consultations communautaires; une
approche "système sûr" pour rendre la circulation moins dangereuse; une
participation multisectorielle accrue, en particulier dans le domaine des
infrastructures; des ressources additionnelles pour le contrôle policier, les
programmes d'infrastructure, la promotion de la sécurité des véhicules, et la
sensibilisation aux risques associés au transport routier; un plus grand
effort d'évaluation et de suivi des programmes et de l'estimation des risques
à la grandeur du réseau routier national; et l'introduction de projets de loi
appropriés et l'ajustement des lois inefficaces lorsque jugé nécessaire.
    Les administrations canadiennes ont déjà commencé à réagir aux
conclusions de cette revue. Plusieurs d'entre elles ont préparé ou commencent
à mettre en place quelques recommandations des consultants. Par exemple, la
majorité des administrations ont développé des plans d'action triennaux pour
améliorer la sécurité routière et cherchent l'engagement de leurs ministres
respectifs pour l'implantation de ces stratégies.
    Le Canada est classé onzième parmi le premier rang des économies
mondiales dans ses efforts pour créer les routes les plus sûres au monde,
derrière entre autres la Suède, les Pays-Bas et la Grande-Bretagne.
    Les leaders mondials de la sécurité routière ont plusieurs
caractéristiques en commun, notamment :

    
    - un champion politique qui promouvoie la sécurité routière comme étant
      une priorité publique;
    - une agence de la sécurité routière chargée de la responsabilité globale
      d'obtenir les résultats espérés; et
    - une coordination et des mécanismes de gestion efficaces au sein du
      gouvernement.

    En plus, ces pays ont adopté des mesures sévères et pas toujours
populaires. Quelques exemples :

    - un rehaussement du contrôle de la vitesse, incluant l'utilisation d'un
      plus grand nombre de caméras radar et l'imposition d'amendes plus
      élevées pour excès de vitesse;
    - des limites de vitesse réduites sur certains tronçons de routes
      urbaines et rurales;
    - un plus grand nombre de programmes "taches noires" - en particulier sur
      les routes rurales - pour identifier les endroits à risque plus élevé;
    - des améliorations à l'infrastructure routière pour éviter les
      collisions frontales et les accidents provoqués par les sorties de
      route;
    - la conception d'intersections plus sécuritaires;
    - un meilleur contrôle de la conduite avec facultés affaiblies;
    - de meilleurs programmes d'éducation publique encourageant la sécurité
      routière, ciblant les jeunes et les aînés en particulier;
    - l'expansion du contrôle policier et des programmes d'éducation à
      l'endroit des récalcitrants de la ceinture de sécurité.
    

    Un renouveau de l'engagement de tous les intervenants de la sécurité
routière et l'adoption de mesures sévères devraient avoir comme résultat une
circulation routière plus sûre pour tous les Canadiens et Canadiennes dans un
proche avenir.

    Pour des renseignements supplémentaires sur l'Examen mi-mandat de la
Vision de sécurité routière 2010, veuillez visiter www.ccmta.ca.




Renseignements :

Renseignements: auprès des provinces et territoires et du gouvernement
fédéral, veuillez contacter: COLOMBIE-BRITANNIQUE: Lisa Howie, Ministère de la
Sécurité publique et du solliciteur général, (250) 387-5692; ALBERTA: Jeanette
Espie, Ministère de l'Infrastructure et des Transports de l'Alberta, (780)
427-6588; SASKATCHEWAN: Kwei Quaye, Saskatchewan Government Insurance, (306)
775-6182; MANITOBA: Dianne DeKock, Infrastructure et Transports Manitoba,
(204) 945-5776; ONTARIO: Sue Lo, Ministère des Transports de l'Ontario, (416)
235-4050; QUEBEC: Audrey Chaput ou Gino Desrosiers, Société de l'assurance
automobile du Québec, (418) 528-4894; NOUVEAU-BRUNSWICK: Chrystiane Mallaleym
Ministère de la Sécurité publique, (506) 444-5267; NOUVELLE-ECOSSE: Bernie
Clancy, Ministère des Transports et du Renouveau des infrastructures, (902)
424-3541; ILE-DU-PRINCE-EDOUARD: Andrew Sprague, Ministère des Transports et
des Travaux publics,  (902) 368 5112; TERRE-NEUVE-ET-LABRADOR: Vanessa
Colman-Sadd, Ministère des Services gouvernementaux, (709) 729-4860;
TERRITOIRES DU NORD-OUEST: Earl Blacklock, Ministère des Transports, (867)
873-7712; YUKON: Kira Steen, Ministère de la Voirie et des Travaux publics,
(867) 661-3146; NUNAVUT: Lorna Gee, Ministère du Développement économique et
des Transports, (867) 360-4614; TRANSPORTS CANADA: Jessie Chauhan, Transports
Canada, (613) 991-5933

Profil de l'entreprise

Conseil canadien des administrateurs en transport motorisé

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.