Le Canada lance un fonds de relance de 16 milliards $ pour répondre au défi des infrastructures vieillissantes

Les dépenses exigées relativement aux infrastructures mondiales pourraient atteindre 50 billions de dollars US au cours des 25 prochaines années

MONTRÉAL, le 20 juin 2011 /CNW Telbec/ - Le Canada joint les rangs des pays qui injectent des fonds dans les infrastructures pour stimuler leur croissance dans un marché international concurrentiel et créer des emplois à court terme, selon un nouveau rapport d'Ernst & Young publié avec l'Urban Land Institute. Le recours au récent fonds de relance de 16 milliards $ permet au Canada de progresser face au vieillissement des infrastructures urbaines.

«Il est essentiel d'affronter la question des infrastructures vieillissantes pour que nos agglomérations puissent se mesurer à leurs concurrentes internationales, explique Daniel Roth, leader des Services en infrastructures d'Ernst & Young et œuvrant à partir du bureau de Montréal. Les pays qui poursuivent le programme d'infrastructures ne se préparent pas seulement à accueillir une population citadine grandissante. Ils renforcent aussi leur économie, stimulent la croissance et s'appliquent à assurer leur compétitivité à long terme sur la scène internationale.»

L'étude, intitulée Infrastructure 2011 : A Strategic Priority prévoit que le coût pour répondre aux exigences d'infrastructures mondiales au cours des 25 prochaines années pourrait atteindre 50 billions de dollars US. Le rapport se penche également sur les défis auxquels les villes font face pour fournir un système de transport et d'autres services d'infrastructure appropriés aux résidants, aux travailleurs et aux entreprises.

Le rapport nomme les cinq autres pays en tête du palmarès à l'égard des investissements en infrastructures :

  • La Chine investit plus de 1 billion de dollars US sur cinq ans dans un réseau ferroviaire historique à haute vitesse d'un peu plus de 16 000 km de long, un système d'autoroutes à péage national, d'aéroports et de ports maritimes dernier cri.
  • L'Inde doublera le montant alloué à ses infrastructures pour atteindre 1 billion de dollars US, soit près de 9 % de son produit intérieur brut, pour se donner les moyens de passer en tête des puissances économiques mondiales.
  • Le Brésil passe à la vitesse supérieure avec un plan d'infrastructure pluriannuel de 900 milliards de dollars US, comprenant la construction de lignes ferroviaires à haute vitesse, de nouvelles centrales électriques, de barrages hydroélectriques et d'un port.
  • L'Australie investit pour aider à établir des priorités nationales, à définir des réformes de la réglementation et à fixer des lignes directrices pour attirer plus de capitaux privés.
  • Le Royaume-Uni, malgré son budget d'austérité draconien, attribue 326 milliards de dollars US à son plan quinquennal national.

«De nombreux gouvernements de par le monde estiment que leur politique sur les infrastructures figure parmi leurs préoccupations les plus sérieuses, explique M. Roth. Ils formulent des plans nationaux, mettent à exécution des stratégies à long terme, évitent de réduire les budgets en période de difficultés budgétaires et, dans certains cas, accroissent les dépenses. Ces pays voient la modernisation de leurs infrastructures comme cruciale pour leur compétitivité économique future ou essentielle pour l'accueil de populations croissantes dans des agglomérations en voie d'expansion.»

Il existe des moyens de faire de réels progrès dans un contexte où le financement se fait rare. Le rapport suggère les approches suivantes :

  • Porter d'abord l'attention sur les réparations et les revalorisations critiques;
  • Élaborer une stratégie nationale à l'égard des infrastructures, en favorisant le financement de projets au mérite qui soutiennent les priorités économiques générales du pays;
  • Orienter les dépenses vers les grandes agglomérations canadiennes et les points d'accès internationaux;
  • Assurer la stabilité du financement fédéral-provincial à long terme pour favoriser la planification des projets d'investissement;
  • Créer des banques qui favoriseront le financement d'infrastructures sous l'égide du gouvernement pour appuyer le financement de projets publics et privés;
  • Introduire graduellement des frais d'utilisation pour aider à financer la modernisation et l'entretien des infrastructures de façon continue.

À propos d'Ernst & Young

Ernst & Young est un chef de file mondial des services de certification et fiscalité, services transactionnels et services consultatifs. À l'échelle mondiale, les 141 000 membres de notre personnel sont unis par nos valeurs partagées et un engagement indéfectible envers la qualité. Nous nous distinguons en aidant nos gens, nos clients et nos collectivités à réaliser leur potentiel.

Pour plus de renseignements, visitez le site ey.com/ca.

Ernst & Young désigne tous les membres de l'organisation mondiale Ernst & Young Global Limited, chacun étant une entité juridique distincte. Ernst & Young Global Limited, société à responsabilité limitée par garanties du Royaume-Uni, ne fournit aucun service aux clients.

SOURCE ERNST

Renseignements :

Julie Fournier
julie.fournier@ca.ey.com
514 874 4308


Brooke Morris
brooke.morris@ca.ey.com
604 899 3597


Amanda Olliver
amanda.olliver@ca.ey.com
416 943 7121

 


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.