Le Canada favorise un rôle accru de la société civile dans la politique antidrogue internationale



    OTTAWA, le 12 mars /CNW Telbec/ - Accroître le rôle de la société civile
dans la politique antidrogue internationale, tel est l'objectif d'une
rencontre historique organisée par le Comité de Vienne des ONG sur les
stupéfiants tenue à Vienne cette semaine, affirme Michel Perron, directeur
général du Centre canadien de lutte contre l'alcoolisme et les toxicomanies.
M. Perron organise, pour le compte du Comité de Vienne des ONG, un Forum
international des ONG qui devrait avoir lieu l'an prochain et coincidera avec
l'examen des progrès réalisés au cours des 10 dernières années par les Etats
membres de l'Organisation des Nations Unies relativement au contrôle de la
production et de la consommation de drogues.
    Des représentants de 18 ONG internationales de premier plan sont
rassemblés à Vienne à l'occasion de la 50e Commission des stupéfiants (CS) de
l'ONU afin d'annoncer officiellement les plans pour le Forum international des
ONG, " Beyond 2008 ", et six consultations régionales prévues plus tard cette
année. Le Forum et les consultations devraient favoriser une plus grande
participation de la société civile et des ONG dans la politique antidrogue
internationale. La CS, autorité politique pour l'appareil de contrôle des
stupéfiants des Nations Unies, a officiellement donné son appui l'année
dernière à une résolution canadienne à ce sujet.
    Lors d'une séance extraordinaire de l'Assemblée générale des Nations
Unies tenue en juin 1998, on a fixé à 2008 l'échéance pour atteindre des "
résultats probants et mesurables " quant au contrôle mondial des drogues. Pour
M. Perron, président du comité directeur de " Beyond 2008 ", cette date-butoir
offre aux ONG une occasion unique de mettre en lumière le rôle important joué
par la société civile en matière de drogue.
    "Il faut absolument que la société civile se réunisse pour réfléchir à
nos expériences et partager la richesse de notre savoir collectif, de notre
expertise technique et de notre vision politique sur les répercussions de
l'abus de substances dans le monde, affirme M. Perron. La société civile ne
s'exprime pas d'une même voix, mais elle joue incontestablement un rôle clé
dans l'amélioration de la santé et du bien-être de la population mondiale.
Nous avons atteint un consensus sur de nombreux points et nous prévoyons en
tirer profit pour le bien de tous."
    Les discussions de "Beyond 2008" porteront principalement sur trois
grands objectifs. Tout d'abord, il s'agit de souligner les réalisations
concrètes accomplies par les ONG en matière de contrôle antidrogue. Dans le
cadre de ce processus, on compilera des données sur les ONG et la société
civile au moyen d'un questionnaire en ligne disponible dans les six langues
officielles de l'ONU (www.vngoc.org).
    Le deuxième objectif concerne l'examen des pratiques exemplaires liées
aux mécanismes de collaboration entre les ONG, les gouvernements et les
organismes de l'ONU dans divers domaines, le but global étant de créer un
modèle de collaboration continue qui va au-delà des représentants
gouvernementaux à l'ONU et favorise le dialogue et la coopération avec la
société civile.
    Enfin, le troisième objectif vise à passer en revue les conventions
internationales relatives aux drogues, à en cerner les principes clés et à
définir de quelle façon ces principes et la terminologie utilisée dans ces
conventions influencent la manière dont la politique antidrogue est appliquée
tous les jours à l'échelle locale, partout dans le monde. Des recommandations,
formulées par l'entremise du forum "Beyond 2008", permettront d'orienter les
futures discussions sur la politique antidrogue.
    Avant la tenue du forum "Beyond 2008" au printemps 2008, trois importants
organismes de la société civile réaliseront six consultations régionales. Les
séances, d'une durée de deux jours, se tiendront entre septembre 2007 et
février 2008 en Amérique latine et dans les Caraibes, en Afrique
subsaharienne, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, en Asie du Sud, en Asie
du Sud-Est et la région du Pacifique, ainsi qu'en Europe de l'Est et en Asie
centrale.
    Les données obtenues grâce aux consultations régionales et au
questionnaire en ligne seront compilées, analysées et examinées lors du forum
"Beyond 2008", où 300 représentants de la société civile devraient s'entendre
sur les recommandations clés qu'ils présenteront à l'Office des Nations Unies
contre la drogue et le crime (ONUDC) et à la Commission des stupéfiants de
l'ONU. L'ONUDC et le Comité de Vienne des ONG ont récemment signé un protocole
d'entente qui reconnaît le rôle décisif joué par les ONG dans la lutte
efficace contre les stupéfiants.
    Le forum "Beyond 2008" est rendu possible grâce aux généreuses
contributions de plusieurs bailleurs de fonds, notamment la Commission
européenne et le gouvernement du Royaume-Uni.

    Au sujet du CCLAT

    Le CCLAT est l'organisme national canadien de renseignements sur les
toxicomanies et est subventionné par Santé Canada dans le cadre de la
Stratégie canadienne antidrogue. Le CCLAT a pour mandat législatif d'assurer
un leadership à l'échelle nationale et de fournir des analyses et des conseils
factuels afin de mobiliser les efforts de collaboration visant à réduire les
méfaits liés à l'alcool et aux autres drogues.




Renseignements :

Renseignements: Brooke Bryce, Centre canadien de lutte contre
l'alcoolisme et les toxicomanies (CCLAT), (613) 235-4048, poste 243,
bbryce@ccsa.ca

Profil de l'entreprise

CENTRE CANADIEN DE LUTTE CONTRE L'ALCOOLISME ET LES TOXICOMANIES

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.