Le Canada, chef de file du traitement par remplacement des valvules cardiaques



    QUEBEC, le 21 oct. /CNW Telbec/ - Le Canada est le chef de file mondial
d'une nouvelle technique chirurgicale qui transforme la vie des patients trop
affaiblis pour subir une intervention conventionnelle destinée à remplacer les
valvules aortiques endommagées.
    "Une centaine de patients ont déjà été traités de cette façon et les
résultats sont excellents", dit le Dr John Webb, dont l'équipe joue le rôle de
pionniers de cette nouvelle technique chirurgicale à l'Hôpital St. Paul's de
Vancouver.
    "Cette intervention est toute nouvelle. Au début, les gens ne croyaient
pas qu'elle puisse fonctionner, raconte le Dr Webb. Alors, nous nous sommes
limités aux patients qui auraient couru trop de risques avec une chirurgie
conventionnelle."
    Plus de 13 000 patients canadiens subissent chaque année une intervention
chirurgicale destinée à remplacer la valvule aortique devenue partiellement
obstruée ou affaiblie, a expliqué Dr Robert Boone, membre de l'équipe du 
Dr Webb, devant le Congrès canadien de santé cardiovasculaire 2007, organisé
conjointement par la Fondation des maladies du coeur et la Société canadienne
de cardiologie.
    "Les travaux du Dr Webb donnent un nouvel espoir aux Canadiens et aux
Canadiennes aux prises avec une maladie du coeur, et démontrent clairement la
place de chef de file qu'occupe le Canada en matière de traitement
révolutionnaire des maladies valvulaires", déclare Dr George Honos,
porte-parole de la Fondation des maladies du coeur et cardiologue.
    La valvule aortique permet au sang de passer de la cavité inférieure
gauche du coeur à l'aorte, et vers le reste de l'organisme. La valvule
aortique peut fuir ou s'obstruer, provoquant possiblement de l'angine ou de
l'insuffisance cardiaque. Entre 75 % et 80 % des personnes qui éprouvent ces
symptômes y succomberont au cours des trois à cinq années suivantes si leur
valvule n'est pas remplacée.
    La méthode conventionnelle utilisée pour le remplacement des valvules
consiste à scier le sternum en deux, à interrompre les battements cardiaques,
à brancher le patient sur une machine coeur-poumon, à retirer la valvule
défectueuse et à la remplacer par une nouvelle.
    Peu importe sous quel angle on la considère, il s'agit d'une chirurgie
importante chez cette population à risque élevé", a affirmé le Dr Josep Rodés
Cabau devant le Congrès. Dr Rodés Cabau a pratiqué des interventions de
remplacement des valvules pulmonaire et aortique par voie percutanée à
l'Institut de cardiologie de l'Hôpital Laval, à Québec.
    La nouvelle intervention utilise la chirurgie aortique percutanée afin de
remplacer la valvule défectueuse.
    La chirurgie percutanée s'effectue en perforant un vaisseau sanguin à
l'aide d'une aiguille et en y insérant un cathéter à ballonnet, sur lequel la
nouvelle valvule est installée. Le ballonnet sert à déployer la nouvelle
valvule à l'intérieur de l'ancienne, cette dernière se retrouvant écartée du
passage du sang.
    Cette technique s'effectue sous anesthésie locale ou sous sédation.
    "On avait déjà refusé la chirurgie à ces patients parce qu'ils avaient 
1 chance sur 3 de ne pas y survivre. Nous les avons donc recrutés, et après
30 jours, notre taux de mortalité était de 1 patient sur 10, soit beaucoup
moindre que prévu", dit le Dr Webb.
    "A ce jour, les résultats obtenus à la suite de chirurgies percutanées
sont supérieurs à ceux escomptés pour les patients à risque trop élevé pour
une chirurgie conventionnelle."
    Le concept de remplacement de la valvule aortique a été proposé pour la
première fois au Danemark, au cours des années 1990. La première intervention
chirurgicale effectuée au Canada, quant à elle, fut l'oeuvre du Dr Webb, en
2004.
    Dr Honos, de la Fondation des maladies du coeur, déclare : "Cette
technique minimalement invasive est remplie de promesses et on l'espère, aura
un impact sur la pratique clinique, non seulement au Canada, mais partout dans
le monde. Le plus impressionnant, c'est le court délai requis pour voir ces
patients retourner à une vie normale."

    Des images vidéo et des illustrations de cette intervention sont à la
disposition des médias.

    Les déclarations et conclusions sont uniquement celles des auteurs de
cette étude et ne reflètent en aucune façon la politique ou la position de la
Fondation. La Fondation des maladies du coeur du Canada ne fait aucune
représentation et ne garantit ni leur exactitude, ni leur fiabilité.

    Organisme bénévole de bienfaisance en santé, la Fondation des maladies du
coeur (www.fmcoeur.ca) mène la lutte vers l'élimination des maladies du coeur
et des accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la réduction de leur impact,
en contribuant activement à l'avancement de la recherche et sa mise en
application, la promotion de modes de vie sains, et la représentation auprès
des instances responsables des politiques de santé.




Renseignements :

Renseignements: et (ou) des entrevues, communiquez avec: le bureau des
médias du Congrès (entre le 21 et le 24 octobre), (418) 649-5215;
Marie-Christine Garon, Massy-Forget relations publiques, (514) 842-2455 poste
23, mcgaron@mfrp.com; Après le 24 octobre 2007, rejoindre: Jane-Diane Fraser,
Fondation des maladies du coeur du Canada, (613) 569-4361, poste 273,
jfraser@hsf.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.