Le budget fédéral compromet la sécurité des patients dans les collectivités les plus pauvres des Premières nations canadiennes



    OTTAWA, le 20 mars /CNW Telbec/ - "Le budget fédéral dévoilé hier
perpétue le traitement discriminatoire quant à l'accès aux soins médicaux pour
les tranches les plus pauvres de la population au Canada", a déclaré le chef
régional Katherine Whitecloud, présidente du Comité des chefs sur la santé de
l'Assemblée des Premières Nations. "Le budget national pour la santé des
Premières nations sera gelé à un taux ne représentant que 50 % de ce que les
autres Canadiens recevront en général.
    "Pourquoi ce déséquilibre fiscal n'est-il pas une priorité pour ce
gouvernement puisque les Premières nations sont sous la responsabilité directe
du fédéral?"
    Au 1er avril 2007, les services de base aux collectivités des Premières
nations, comme les soins infirmiers et le transport des malades, seront gelés
à un taux de 3 % alors que les provinces et les territoires recevront
1,2 milliard de dollars en nouveau financement des soins de santé. Le manque à
gagner devrait atteindre près de 200 millions de dollars en 2007-2008 et plus
de 600 millions de dollars pour les trois prochaines années.
    "En investissant dans Inforoute Santé Canada et dans le fonds
d'investissement de garantie des délais d'attente, le gouvernement
conservateur a reconnu l'importance des incitatifs pour encourager
l'innovation pour l'ensemble du Canada", a remarqué le chef régional
Whitecloud. "L'APN a conclu avec le ministre fédéral Tony Clement un pacte de
six mois pour innover dans le système de santé des Premières nations, mais ce
budget ne prévoit aucune ressource qui permettrait d'entreprendre ce travail."
    En lieu et place, les gouvernements des Premières nations seront aux
prises avec l'un des budgets de santé les plus austères des cinq dernières
années. "Cette austérité aura des incidences réelles sur la sécurité des
patients et entraînera une détérioration du transport des malades ainsi que
des disparités importantes dans les salaires versés aux infirmières et aux
autres professionnels de la santé. Les Premières nations sont pénalisées, sans
l'ombre d'un doute, malgré leur volonté de collaborer avec ce gouvernement."
    "Nous ne pouvons innover dans le système de santé si nous, les Premières
nations, devons travailler dans un cadre très contraignant et faire face à des
déficits croissants et à des coupures dans les services. Nous ne pouvons pas
non plus amener les provinces à négocier pour mieux coordonner leurs services
aux nôtres si elles sont convaincues qu'en ce faisant, le fédéral se décharge
de ses responsabilités", a conclu le chef régional Whitecloud.
    Bien que le ministre Clement ait annoncé que les garanties de délai
d'attente seront mises à l'essai dans le cas des soins prénataux et du diabète
chez Premières nations, une telle politique de compression des coûts rend fort
peu probable le respect de ces garanties. Offrir des soins de santé qui
respectent des normes plus élevées est un exercice futile si des pressions
fondamentales comme l'inflation et la croissance de la population ne sont pas
prises en compte.

    L'Assemblée des Premières Nations est l'organisme national qui représente
les citoyens des Premières nations au Canada.




Renseignements :

Renseignements: Bryan Hendry, Directeur intérimaire des communications,
(613) 241-6789, poste 229, cell.: (613) 293-6106, bhendry@afn.ca; Nancy Pine,
conseillère en communications - bureau du chef national, (613) 241-6789, poste
243, ou (613) 298-6382, npine@afn.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.