L'Association des infirmières et infirmiers de l'Ontario porte en appel le règlement de la poursuite concernant le SRAS: L'AIIO affirme que le gouvernement doit être responsable de la sécurité du personnel infirmier



    TORONTO, le 6 août /CNW/ - L'Association des infirmières et infirmiers de
l'Ontario (AIIO) a demandé à la Cour suprême du Canada l'autorisation d'en
appeler de la décision de la Cour d'appel de l'Ontario qui a rejeté une action
au nom de 53 infirmières qui avaient contracté le SRAS pendant qu'elles
traitaient des patients atteints de cette maladie en 2003.
    La décision qu'a rendue la Cour d'appel le 7 mai stipule que le
gouvernement de l'Ontario n'a aucune obligation de diligence de droit privé
envers les infirmières autorisées de première ligne de la province. Cette
décision fait courir un risque aux infirmières autorisées qui soignent des
patients pendant la pandémie actuelle de grippe H1N1 ainsi que pendant
d'autres éclosions de maladies potentiellement mortelles, comme le SRAS.
    Les infirmières allèguent que la province a assumé la responsabilité de
leur santé et de leur sécurité lorsqu'elle a publié des directives détaillées
informant les travailleurs de la santé des mesures de précautions à prendre,
mesures qui se sont révélées inadéquates. L'infirmière Tecla Lin a perdu la
vie après avoir été exposée au SRAS. Les autres infirmières ont toutes
contracté le SRAS et, bien que certaines se soient suffisamment rétablies pour
reprendre le travail, plusieurs autres continuent d'éprouver des symptômes
persistants, comme une fatigue constante et une maladie respiratoire.
    Linda Haslam-Stroud, IA, présidente de l'AIIO, souligne qu'une enquête et
un rapport réalisés après l'épisode du SRAS par feu le juge Archie Campbell
comprenaient d'importantes conclusions faisant état de lacunes en matière de
santé et de sécurité des travailleurs dans nos établissements de soins de
santé et des répercussions pour ceux qui sont en première ligne.
    "Les conclusions du juge Campbell révèlent qu'il envisageait
particulièrement la possibilité d'une autre éclosion, ce qui s'est produit
avec la déclaration d'une pandémie de grippe mondiale", a déclaré Mme
Haslam-Stroud. "Nous savons que certains hôpitaux ne disposent pas de
l'équipement approprié, que le virus résiste au Tamiflu, que des inspecteurs
ont contracté le virus après avoir effectué une inspection en Alberta sans
respirateurs N95 bien ajustés et que nos membres craignent grandement pour
leur propre sécurité au travail."
    Elle souligne également que l'AIIO répond aux questions qui préoccupent
ses membres quant au fait que certains hôpitaux, établissements de soins de
santé et unités de soins publiques ne sont pas préparés pour la pandémie de
grippe. Ces membres constatent que le tri des patients n'est pas adéquat pour
ce qui est des symptômes de la grippe, que l'équipement de protection n'est
pas suffisant, que les employeurs ne fournissent pas de respirateurs, de
blouses, de gants ni de protection oculaire, que les respirateurs N95 ne font
pas l'objet d'essais d'ajustement avec les infirmières, qu'il y a un manque de
communication et que les plans en vue d'une pandémie sont incomplets ou
absents.
    "L'AIIO est malheureusement trop consciente que, encore une fois, nous
faisons face à une éclosion potentiellement mortelle et que de nombreux
établissements ne sont pas préparés et répéteront les mêmes erreurs que lors
de l'éclosion du SRAS", a affirmé Mme Haslam-Stroud. "Nous continuons de
penser que le gouvernement provincial est fondamentalement responsable de la
sécurité de nos membres qui prennent soins des patients et qu'il a une
obligation de diligence de droit privé envers ces professionnels dévoués."
    La partie requérante de cet appel est formée de 53 infirmières autorisées
et de membres de leur famille, y compris la succession d'une infirmière
autorisée décédée des suites du SRAS qu'elle avait contracté en prenant soin
des patients. L'AIIO est le syndicat qui représente 54 000 infirmières et
infirmiers autorisés et membres des professions paramédicales et plus de 10
000 étudiantes et étudiants en soins infirmiers qui travaillent en milieu
hospitalier, dans les établissements de soins de longue durée, en santé
publique, dans les organismes communautaires, dans les cliniques et en
entreprise. L'AIIO célèbre 35 années à défendre les intérêts du personnel
infirmier - un passé fier, un avenir porteur.





Renseignements :

Renseignements: Association des infirmières et infirmiers de l'Ontario,
Sheree Bond, (416) 964-8833, poste 2430, Cellulaire: (416) 986-8240

Profil de l'entreprise

Association des infirmiers et des infirmières de l'Ontario

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.