L'Assemblée des Premières Nations annonce les gagnants du voyage au Sommet national des jeunes des Premières nations à Winnipeg



    OTTAWA, le 30 oct. /CNW Telbec/ - L'Assemblée des Premières Nations et le
Conseil national des jeunes de l'APN sont ravis de communiquer les noms des
neuf jeunes membres des Premières nations gagnants du concours national
d'écriture qui ont ainsi remporté un voyage toutes dépenses payées pour
assister à la troisième édition annuelle du Sommet national des jeunes des
Premières nations, qui se déroule à Winnipeg du 30 octobre au 1er novembre
2007.
    "Les jeunes qui mettent leur passion et leur énergie au service des
objectifs de nos nations et qui expriment leur confiance en l'avenir sont une
source d'inspiration pour nos dirigeants, nos Aînés et les citoyens de nos
nations", a déclaré le Chef national Phil Fontaine. "Au nom de l'Assemblée des
Premières Nations, je les félicite chaleureusement pour leur composition qui
leur ont permis de remporter ce prix."
    "Notre conseil comprend le défi que devait relever les participants. Nous
avons été galvanisés de lire ces compositions décrivant ce que nous pouvons
représenter en tant que jeunes et en tant que membres des Premières nations,
et comment nous pouvons travailler à bâtir un avenir prospère", a ajouté
Travis Boissoneau, représentant de l'Ontario du Conseil national des jeunes.
Il est de plus en plus important d'écouter le point de vue des jeunes et de
les faire participer, et les dirigeants des Premières nations et les autres
dirigeants en sont conscients. Nous félicitons les participants et nous nous
réjouissons à l'idée de rencontrer les gagnants."
    L'Assemblée des Premières Nations a lancé ce concours en septembre, en
demandant aux jeunes de 18 à 29 ans de rédiger une courte composition
exprimant l'idée qu'ils se font du thème du Sommet, "Reconstruire nos nations
- Unité nationale, voix de la communauté".

    Voici les neufs gagnants

    Daniel McKennitt, Première nation ojibway de Sandy Bay

    Rachel Sangwais, Première nation Sakimay, Saskatchewan

    Janice Makokis, Première nation crie de Saddle Lake, nord-est de
    l'Alberta

    Joseph Dore, Première nation de Ginoogaming, Nord ontarien

    Jessica Veinot, Nation dénée de Lutsel K'e, Territoires du Nord-Ouest

    Ben Powless, Mohawk du Territoire des Six-Nations de Grand River, sud-
    ouest de l'Ontario

    Mahogany McGuire, Première nation ojibway de Gull Bay, Nord ontarien

    Martial Pinette, Nation naskapie, Nord-Est du Québec

    Dakota Brant, Mohawk du Territoire de Six-Nations de Grand River, sud-
    ouest de l'Ontario

    Des centaines de jeunes de 18 à 29 ans sont attendus au 3e Sommet
national des jeunes, animé par le Conseil national des jeunes de l'APN. Cet
événement permet aux jeunes de donner suite à la Journée nationale de
protestation, qui a eu lieu le 29 juin.
    Les participants au Sommet élaboreront un plan d'action afin de lutter
contre les problèmes auxquels sont confrontées les Premières nations et de
saisir les occasions qui s'offrent à elles, y compris la prévention du suicide
et des toxicomanies, la préservation de la culture des Premières nations et
les perspectives économiques.
    Par ailleurs, les jeunes rempliront un bulletin pour évaluer la
performance des dirigeants des Premières nations et des administrations
provinciales, territoriales et fédérale en réponse au premier plan d'action
produit il y a dix ans.

    Profils des gagnants

    Daniel McKennitt, âgé de 24 ans, est originaire de la Première nation
ojibway de Sandy Bay, dans le sud du Manitoba. Puisant son inspiration dans
l'expérience de sa mère, une survivante des pensionnats indiens et du cancer
du sein, Daniel a eu envie d'améliorer la santé et la réussite des jeunes
Autochtones dans tous les aspects de la vie. C'est pour cette raison qu'il
étudie la médecine à l'Université d'Alberta. Avant cela, Daniel a obtenu un
baccalauréat en sciences de l'Université d'Alberta, avec une double
spécialisation en mathématiques et sciences physiques. Ayant travaillé pour
diverses organisations, dont l'Université d'Alberta, Alberta Advanced
Education et Patrimoine canadien, Daniel possède de vastes connaissances sur
l'action auprès des jeunes Autochtones pour les aider à atteindre leurs
objectifs. Daniel est également l'un des douze modèles autochtones de
l'Organisation nationale de santé autochtone pour 2006-2007. Sa composition,
intitulée Community Capacity Building: Away to a New Future for First Nations
Youth (Renforcement des capacités communautaires : Vers un avenir nouveau pour
les Premières nations), se penche sur les solutions permettant aux Premières
nations d'accroître leur contrôle sur les questions de santé.
    Rachel Sangwais, âgée de 26 ans, vit dans la Première nation Sakimay en
Saskatchewan. Elle a travaillé comme conseillère de bande pour sa collectivité
au sein du Governance Justice Department, et oeuvre présentement après des
jeunes dans sa nation. Elle s'emploie à élaborer des programmes pour les
jeunes dans la collectivité et préside un comité consultatif sur la jeunesse.
Dans sa composition, intitulée Creating an Identity (Créer une identité), elle
soutient que les jeunes doivent connaître leur culture et leur histoire et
participer à la vie politique dès le plus jeune âge pour apprendre à interagir
avec les gens de toutes les générations et comprendre les mécanismes de
gouvernance.
    Janice Makokis est née et a grandi dans la Nation crie de Saddle Lake, du
nord-est de l'Alberta. Elle a travaillé étroitement avec des Aînés respectés
de la collectivité, des dirigeants politiques et des chercheurs autochtones
afin de créer son cadre épistémologique autochtone. Ses assises culturelles
guident ses activités personnelles, professionnelles et universitaires. Après
avoir terminé la rédaction de sa thèse, intitulée Cree Women and Self
Determination (Les femmes cries et l'autodétermination) pour sa maîtrise en
gouvernance autochtone à l'Université de Victoria, Janice s'est inscrite en
droit. Elle a détient également un B.A. en études autochtones et sciences
politiques de l'Université d'Alberta. Janice a participé à de nombreux
programmes communautaires, dont divers comités de jeunes locaux et nationaux,
afin de donner le point de vue des jeunes Autochtones sur les enjeux qui les
touchent directement. Sa composition, intitulée Seeking and Practicing 'Iyiniw
Pahminsowin': An Individual and Collective Journey (Recherche et pratique de
l'Iyiniw Pahminsowin : Un cheminement individuel et collectif"), entremêle sa
propre démarche de guérison avec l'histoire du Blue Quill's First Nation
College, un ancien pensionnat indien qui a été transféré aux Premières nations
en 1971. Janice vit présentement à Ottawa.
    Joseph Dore est originaire de la Première nation de Ginoogaming, dans le
Nord ontarien. Agé de 25 ans, il est fier d'être un jeune bi-spirituel. Joseph
vit présentement à San Francisco, en Californie, où il est participe à un
programme de bourses de recherche avec le Rainforest Action Network, une
organisation environnementale sans but lucratif qui oeuvre auprès des
collectivités pour protéger les forêts anciennes et les forêts tropicales
humides à travers le monde. Joseph a travaillé avec des jeunes des Premières
nations et des jeunes Autochtones dans des centres urbains du Canada, et il
est un ardent défenseur des droits et de l'égalité des bi-spirituels dans les
collectivités des Premières nations. Il anime également des séances
d'information sur la bi-spiritualité. Il est présentement co-président de
l'initiative "Le défi des jeunes aigles", qui regroupe de jeunes animateurs
des Premières nations offrant la formation relative au Manuel de formation des
pairs éducateurs des jeunes des Premières Nations sur le VIH/sida et diverses
questions s'y rapportant. La composition de Joseph se penche sur le rôle du
respect et la vérité dans le cheminement de guérison des jeunes des Premières
nations.
    Jessica Veinot est née dans la collectivité dénée de Lutsel K'e, dans les
Territoires du Nord-Ouest. Elle a été confiée aux services sociaux peu de
temps après sa naissance puis adoptée par une famille non autochtone qui a
déménagé en Nouvelle-Ecosse. Sa famille adoptive l'a élevée dans l'amour et
l'affection, mais Jessica savait peu de choses sur son patrimoine ou son
identité jusqu'à ce qu'elle reçoive un appel qui allait changer sa vie : sa
soeur biologique voulait la rencontrer. La composition de Jessica relate ce
qu'elle a vécu en essayant de retrouver son identité de femme dénée, jusqu'à
ses retrouvailles avec sa mère biologique, en train de mourir. Même si Jessica
ne pouvait pas parler directement avec la femme qui lui a donné naissance, car
elles ne parlaient pas la même langue, cette expérience a été "le plus beau
jour de sa vie, qui restera gravé à jamais dans mon âme" . Aujourd'hui,
Jessica a 24 ans et étudie les soins à l'enfance et à la jeunesse au Nova
Scotia Community College. Elle espère oeuvrer auprès des jeunes Autochtones
pour lutter contre le suicide, la toxicomanie et la pauvreté, et elle est
convaincue que les programmes destinés aux jeunes Autochtones doivent intégrer
les principes de la sensibilisation aux réalités culturelles. Jessica vit à
Halifax.
    Ben Powless, âgé de 21 ans, est un Mohawk des Six-Nations, en Ontario. Il
est présentement en deuxième année du programme d'études sur les droits de
l'homme, les Autochtones et l'environnement à l'Université Carleton. Il a fait
sa première année dans un programme d'échange international où il a étudié le
développement rural durable entre l'Alberta et le Mexique. Il participe à la
vie communautaire autochtone par l'intermédiaire du centre d'amitié autochtone
Odawa et des groupes universitaires, et il a beaucoup travaillé avec le
mouvement environnemental des jeunes. Il espère un jour travailler sur les
dossiers nationaux et internationaux qui font intervenir les droits des
Autochtones, les droits de l'homme et leur interaction avec l'environnement.
La composition de Ben, intitulée A Sustainable Vision for Future Generations
(Un projet durable pour les générations futures), décrit une approche globale
de la pérennisation de l'environnement, des cultures et des droits des
Premières Nations. Ben vit à Ottawa.
    Mahogany McGuire, âgée de 22 ans, est une Ojibway du clan Caribou, de la
Première nation de Gull Bay, dans le Nord ontarien. Elle oeuvre souvent comme
bénévole pour soutenir des activités dans sa collectivité, ainsi qu'au sein du
conseil des étudiants autochtones de l'Université Lakehead. Mahogany a grandi
à l'extérieur de la réserve près de Thunder Bay, et elle a compris qu'il était
important d'intégrer la culture et l'histoire des Premières Nations dans le
programme scolaire régulier. C'est ce qui amené Mahogany à s'inscrire au
programme d'éducation des professeurs autochtones de l'Université Lakehead.
Mahonany est une pianiste accomplie, qui a remporté des prix, et elle pratique
la danse de la robe à franges. Sa composition, intitulée Vision of the
Future/The Future Generation (Projet d'avenir/Génération future), combine ses
idées personnelles et la défense des droits politiques, de la justice sociale
et de l'éducation valorisant la compétence culturelle
    Martial Pinette, âgé de 22 ans, est originale de la réserve
Kawawachikamach, du nord-est du Québec, qui fait partie de la Nation naskapie.
Martial a vécu dans la réserve et à l'extérieur de la réserve. En décembre
2006, il a été élu représentant jeunesse du conseil d'administration du centre
d'amitié autochtone de Sept-Iles. En mars 2007, lors de l'assemblée
extraordinaire du conseil de bande naskapie, il a été élu représentant
jeunesse du conseil d'administration du conseil de gestion locale et de
l'organisation de développement économique de la Nation naskapie. Martial
pense qu'il faut absolument augmenter l'estime de soi pour prévenir la
toxicomanie et l'alcoolisme..
    Dakota Brant, âgée de 20 ans, est une Mohawk de la Nation du clan de la
Tortue du Territoire des Six-Nations de Grand River. Elle est étudiante en
deuxième année à la Trent University et Tsi Tyonnheht Onkwawenna, dans un
programme immersif d'études Mohawk. Elle étudie en vue d'obtenir un B.A. en
études autochtones et en études environnementales autochtones, avec une
spécialisation en langue Mohawk. Dans sa composition, intitulée Onkwawenna ne
Onkwasastenhsera, Dakota explique qu'elle était incapable de parler sa propre
langue il y a trois ans. Elle souligne l'importance de la langue pour son
peuple, des cérémonies et de sa propre vie. "Je suis fidèle à mes croyances,
et mon expérience personnelle m'a montré que l'apprentissage de sa propre
langue donne automatiquement accès à la moitié de la culture et permet de la
comprendre parfaitement". Dakota vit à Deseronto.




Renseignements :

Renseignements: Karyn Pugliese, communications relatives à la santé,
(613) 241-6789, poste 210, (613) 292-1877, kpugliese@afn.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.