L'Alberta, la Colombie-Britannique et l'Ontario sont les principales destinations des travailleurs de la santé



    Les caractéristiques de la mobilité varient selon la profession de la
    santé

    OTTAWA, le 27 sept. /CNW Telbec/ - De 1996 à 2001, la province de
l'Alberta a attiré plus de travailleurs de la santé que toute autre province
ou tout autre territoire du Canada. Elle a ainsi détrôné la
Colombie-Britannique pour la première fois en dix ans. En plus de l'Alberta et
de la Colombie-Britannique, l'Ontario et l'Ile-du-Prince-Edouard étaient les
seules autres provinces qui ont gagné plus de travailleurs de la santé qu'ils
en ont perdu au cours de la même période de cinq ans, soit de 1996 à 2001.
L'Institut canadien d'information sur la santé (ICIS) vient de lancer une
nouvelle série de rapports Répartition et migration interne des professionnels
de la santé au Canada. Cette série est la première du genre à utiliser les
données du recensement pour étudier les caractéristiques liées au nombre et à
la migration de la majorité des travailleurs de la santé au Canada, y compris
un certain nombre de professions de la santé, entre autres les dentistes, les
pharmaciens, les physiothérapeutes, les médecins et les infirmières
autorisées.
    "Les Canadiens comptent sur une main-d'oeuvre nombreuse et variée pour
répondre à leurs besoins en matière de santé", affirme Francine Anne Roy,
directrice, Information sur les ressources de santé de l'ICIS. "Il est
essentiel d'améliorer nos connaissances et de savoir où se trouvent ces
travailleurs et comment ils se déplacent. Nous serons ainsi en mesure
d'élaborer des stratégies de recrutement et de maintien en poste afin
d'assurer une main-d'oeuvre de la santé solide pour l'avenir."
    Selon des comparaisons de la migration des professionnels de la santé au
cours des périodes de 1986 à 1991 et de 1996 à 2001, la plupart des provinces
ont connu plus de pertes que de gains de travailleurs de la santé en raison de
la migration. Au cours des deux périodes d'étude, Terre-Neuve-et-Labrador, le
Manitoba et la Saskatchewan ont déclaré les taux les plus élevés de migration
nette négative des professionnels de la santé qui ont quitté une province pour
une autre. L'Ontario et la Colombie-Britannique étaient les seules provinces
qui ont enregistré des augmentations au cours des deux périodes de migration,
même si ces augmentations étaient beaucoup moins considérables au cours de la
dernière période (1996 à 2001). L'Ile-du-Prince-Edouard et l'Alberta ont connu
une perte au cours de la première période et une augmentation au cours de la
deuxième; l'Alberta qui a d'ailleurs enregistré la croissance de la
main-d'oeuvre de la santé la plus élevée de toutes les provinces, 4 % de 1996
à 2001.
    Les travailleurs de la santé suivent des tendances de migration
semblables à celles de la main-d'oeuvre canadienne en général, en ce qui a
trait aux provinces d'arrivée et de départ. En 2001, le Canada comptait un peu
moins de 750 000 personnes dans la catégorie des professionnels de la santé,
ce qui représente une croissance de 8 % de 1991 à 2001, période au cours de
laquelle la population générale a augmenté de 10 %. De 1991 à 2001, le ratio
des professionnels de la santé à 100 000 habitants au Canada a baissé de 2 %.

    Les travailleurs de la santé plus mobiles que la plupart de la main-
    d'oeuvre canadienne

    Selon les données les plus récentes sur la période de migration de 1996 à
2001, les dispensateurs de soins étaient généralement plus mobiles que la
main-d'oeuvre canadienne globale, même si le taux de migration le plus élevé
était constaté entre les collectivités d'une même province plutôt qu'entre les
provinces. Les ergothérapeutes, les inhalothérapeutes et les audiologistes et
orthophonistes étaient les plus susceptibles de se déplacer d'un lieu à
l'autre, alors que les dentistes, les infirmières auxiliaires autorisées et
les techniciens de laboratoire médical étaient les moins enclins à se
déplacer.

    Caractéristiques des professionnels de la santé migrants : répartition
    urbaine et rurale

    Une analyse annuelle de la migration des médecins réalisée à l'aide des
données de la Base de données médicales Scott's a permis de révéler qu'en
moyenne chaque année, 1,4 % des médecins actifs au Canada se déplacent d'une
province ou d'un territoire à l'autre, alors que 5 % d'entre eux se déplacent
d'une communauté à l'autre au sein de la même province. Les femmes médecins
étaient plus enclines à migrer à l'intérieur d'une province, toutefois les
taux de migration interprovinciale étaient assez semblables chez les hommes et
les femmes. Les médecins anglophones étaient plus nombreux à migrer vers une
autre province, alors que leurs confrères francophones étaient deux fois plus
susceptibles de migrer vers une collectivité au sein d'une province. Les
jeunes médecins étaient plus susceptibles de migrer que les médecins plus
âgés.
    Comme c'est le cas de bon nombre de professions énumérées dans la série
de rapports, les médecins en milieu rural sont plus mobiles que leurs
homologues en milieu urbain; ils ont tendance à s'éloigner des régions rurales
du pays. Chaque année, les régions rurales du pays perdent en moyenne 1,3 % de
leurs médecins au profit des régions urbaines du pays. En 2001, environ 21 %
de la population canadienne vivait dans les régions rurales et les petites
villes du pays, proportion qui a baissé de 2 % depuis 1991. La période de
recensement de 1996 à 2001 a été marquée par une augmentation globale du
nombre de pharmaciens, de dentistes et de physiothérapeutes ayant migré vers
les régions rurales ou les petites villes du Canada, alors qu'un plus grand
nombre de médecins, de techniciens de laboratoire médical et d'assistants
dentaires ont migré vers des régions urbaines, loin des régions rurales et des
petites villes.
    "Comme le Canadien moyen, les travailleurs de la santé migrent pour
diverses raisons, certaines personnelles, d'autres professionnelles", dit
l'auteur des rapports, M. Roger Pitblado. "Il est important de faire le suivi
de ces déplacements et d'en saisir les raisons, mais il est tout aussi
important de ne pas oublier que les besoins d'une grande ville ne sont pas
nécessairement ceux d'une petite ville rurale. Chaque collectivité doit être
en mesure de planifier la meilleure façon de servir ses citoyens en puisant
dans les ressources dont elle dispose."

    Toutes les professions sont aux prises avec le vieillissement de la main-
    d'oeuvre

    Dans l'ensemble, les travailleurs de la santé du Canada vieillissent plus
rapidement que la main-d'oeuvre générale. En 2001, l'âge moyen des groupes de
professionnels inclus dans la présente étude variait de 35 ans pour les
assistants dentaires à 48 ans pour les médecins. Il s'agit d'une augmentation
par rapport à 1991, année à laquelle ces professionnels étaient âgés en
moyenne de 32 ans à 45 ans. L'âge moyen d'une infirmière autorisée est passé
de 39 ans en 1991 à 43 ans en 2001.

    A propos de l'ICIS

    L'Institut canadien d'information sur la santé (ICIS) recueille de
l'information sur la santé et les soins de santé au Canada, l'analyse, puis la
rend accessible au grand public. L'ICIS a été créé par les gouvernements
fédéral, provinciaux et territoriaux en tant qu'organisme autonome sans but
lucratif voué à la réalisation d'une vision commune de l'information sur la
santé au Canada. Son objectif : fournir de l'information opportune, exacte et
comparable. Les données que l'ICIS rassemble et les rapports qu'il produit
éclairent les politiques de la santé, appuient la prestation efficace de
services de santé et sensibilisent les Canadiens aux facteurs qui contribuent
à une bonne santé.

    Le rapport ainsi que le tableau et les figures qui suivent sont affichés
sur le site Web de l'ICIS au www.icis.ca.

    
    Tableau 1. Provinces comptant le taux le plus élevé de migration
               interprovinciale nette positive, Canada, périodes de migration
               de 1986-1991, 1991-1996 et 1996-2001 (Tableau 2 dans le
               rapport)

    Figure 1.  Taux de migration interprovinciale nette de l'ensemble des
               groupes de professions  de la santé, en pourcentage, selon la
               province, pour les périodes de migration de 1986-1991 et 1996-
               2001 (Figure 11 dans le rapport)

    Figure 2.  Pourcentage de migrants au sein de la population totale, ou de
               la main-d'oeuvre (selon le lieu de résidence cinq ans
               auparavant) pour la population totale, la main-d'oeuvre
               canadienne et des groupes de professionnels de la santé
               choisis, Canada 2001 (Figure 9 dans le rapport)

    Figure 3.  Taux de migration nette de groupes de professions de la santé
               choisis et de l'ensemble des professions non liées à la santé
               vers les régions rurales et les petites villes (en
               pourcentage), Canada, périodes de migration de 1986-1991 et
               1996-2001 (Figure 12 dans le rapport)
    




Renseignements :

Renseignements: Christina Lawand, (613) 241-7860, poste 4310, Cell.:
(613) 299-5695, clawand@icis.ca; Véronique Perron, (613) 241-7860, poste 4143,
Cell.: (613) 725-4097, vperron@icis.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.