L'ajout de miettes de pain aux prêts et bourses ne réparera pas l'injustice du dégel des frais de scolarité



    MONTREAL, le 28 juin /CNW Telbec/ - Lors d'un point de presse tenu cet
après-midi, Jean-Patrick Brady, président de la Fédération étudiante
universitaire du Québec (FEUQ) a déclaré inacceptables et irresponsables les
annonces faites aujourd'hui par la Ministre de l'éducation du Québec
concernant ses engagements en enseignement supérieur. Rappelons que le
gouvernement annonçait aujourd'hui les détails du dégel des frais de scolarité
ainsi que des mesures de bonification de l'aide financière aux études.
    Alors que le gouvernement du Québec, dans son dernier budget, n'a pas
respecté ses engagements électoraux en ne réinvestissant pas d'argent neuf
dans les universités, il annonce aujourd'hui une augmentation sur 5 ans de
30 % de la facture des étudiants universitaires. Comme le gouvernement fera
assumer directement aux universités les hausses de coûts automatiques du
régime de prêts et bourses causés par ce dégel, les universités ne disposeront
que de 75 M $ supplémentaires à terme.
    "Non seulement les étudiants sont les seuls à injecter de l'argent neuf,
mais il est maintenant clair que cet argent ne comblera pas le
sous-financement des universités québécoises" souligne Jean-Patrick Brady,
président de la FEUQ. Il est de plus à craindre que le gouvernement, comme il
l'avait fait lors du dernier dégel entre 1989 et 1994, diminue son propre
financement et que les universités ne disposent en fait à terme d'aucun revenu
supplémentaire.

    Insuffisance de l'investissement dans le régime de prêts et bourses

    En contrepartie de la hausse des frais de scolarité, le gouvernement
annonce une "bonification" du régime des prêts et bourses, en prétendant qu'il
permet ainsi aux étudiants les plus pauvres de ne pas être affectés par le
dégel. Il investit environ 26 M $ d'argent neuf dans le régime.
    "Alors que la Ministre Courchesne reconnaissait, à l'étude des crédits en
commission parlementaire le 14 juin dernier, que le déficit d'indexation des
dépenses admises atteignait 71 M $ par année, elle nous annonce aujourd'hui
une indexation de 2,1 % des frais de subsistance, ce qui ne représente que
11 M $" affirme Jean-Patrick Brady. "Les étudiants bénéficiaires des prêts et
bourses devront donc encore vivre avec une aide qui ne répond pas à leurs
besoins, en plus d'assumer le fardeau du dégel des frais de scolarité."
ajoute-t-il.
    La bonification des exemptions accordées au calcul de la contribution
parentale est un geste intéressant du gouvernement. Cependant, il ne répond
pas à la principale problématique liée à une hausse des frais de scolarité. On
sait que plus de 50 % des étudiants ne bénéficient pas réellement de la
contribution parentale qu'ils sont présumés recevoir. Le gouvernement ne peut
donc affirmer que son annonce d'aujourd'hui garantit une meilleure
accessibilité aux études. Il devrait accepter d'entamer une réflexion beaucoup
plus large sur la qualité du régime de prêts et bourses.

    Vers une réglementation des frais afférents ?

    Les frais afférents imposés directement aux étudiants par les universités
ont augmenté de 300 % au cours des 12 dernières années, causant une
augmentation moyenne de la facture assumée par l'étudiant de plus de 20 % et
contournant ainsi le supposé gel des frais de scolarité décrété en 1994. Alors
que le gouvernement libéral s'engageait en 2003 à déposer une loi-cadre pour
limiter ces frais, il nous annonce aujourd'hui une simple consultation.
    "Il est inacceptable que les étudiants se fassent imposer unilatéralement
un dégel des frais de scolarité pendant que les directions universitaires
pourront être consultées au sujet d'une réglementation éventuelle des frais
afférents." rappelle Jean-Patrick Brady.

    Quel avenir pour le réseau universitaire ?

    A la lumière de ces conclusions, il convient de dénoncer le manque de
vision du gouvernement actuel en matière d'éducation postsecondaire.
    "Alors qu'il ne règle pas le sous-financement des universités, qu'il
s'attaque à l'accessibilité aux études et qu'il ne parvient pas à assurer à la
population que la gestion des établissements est responsable, le gouvernement
libéral refuse toujours la création d'une commission parlementaire itinérante
sur l'éducation postsecondaire" conclut Jean-Patrick Brady. Les étudiants, les
travailleurs de l'éducation, les deux partis d'opposition lui réclament cet
exercice et il refuse encore.
    La Ministre de l'éducation a fait des efforts auprès de ses collègues et
du Premier ministre pour obtenir les minces marges de manoeuvre qui permettent
les annonces d'aujourd'hui. Son gouvernement doit cependant comprendre dès
maintenant que ses actions demeurent profondément injustes, irresponsables et
inacceptables. N'oublions pas que l'annonce d'aujourd'hui attaque aussi
injustement les étudiants internationaux, qui pourraient subir des hausses de
10 % des montants forfaitaires payés en plus des frais de scolarité.
    Bien entendu, toutes les associations étudiantes québécoises soumettront
sans doute les intentions gouvernementales à leurs membres dès la rentrée
d'automne. Les étudiants décideront alors de la nature de leur réaction et des
moyens de pression jugés nécessaires. On peut s'attendre à une année
mouvementée.

    Depuis 17 ans, la FEUQ représente les étudiantes et les étudiants
universitaires du Québec. Composée de 15 associations membres et forte de plus
de 120 000 membres, la FEUQ est le plus important groupe jeunesse au Québec.
www.feuq.qc.ca




Renseignements :

Renseignements: Dany St-Jean, attaché de presse FEUQ, (514) 396-3380,
Cell.: (514) 212-5457

Profil de l'entreprise

Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.