L'administration Tremblay-Zampino veut revoir la question de la gouvernance du centre-ville dans le meilleur intérêt des Montréalaises et des Montréalais



    MONTREAL, le 19 nov. /CNW Telbec/ - A l'instar du maire de Montréal,
M. Gérald Tremblay, le président du comité exécutif, M. Frank Zampino, est
convaincu que la proposition de leur administration de revoir et de régler la
question de la gouvernance du centre-ville se fera dans le meilleur intérêt
des Montréalaises et des Montréalais.
    Rappelons que cette proposition de l'administration Tremblay-Zampino
consiste en les modifications suivantes :

    
    - le maire de la Ville de Montréal deviendrait aussi le maire de
      l'arrondissement de Ville-Marie;
    - trois conseillers - un par district - seraient élus pour siéger à la
      fois au conseil d'arrondissement de Ville-Marie et au conseil municipal
      de Montréal;
    - trois autres élus seraient nommés par le maire de Montréal pour siéger
      au conseil d'arrondissement de Ville-Marie;
    - le directeur général de la Ville de Montréal serait aussi le directeur
      de l'arrondissement de Ville-Marie.

    Toutes ces modifications n'entreraient en vigueur qu'après les prochaines
élections générales en novembre 2009.
    "Cette réflexion est amorcée depuis plus de cinq ans à la Ville de
Montréal et notre administration tient à la mener à terme. Depuis le début,
nous sommes inspirés par le fait que, dans la plupart des villes du monde et
particulièrement dans toutes les villes qui nous inspirent et avec lesquelles
nous sommes en compétition, le centre-ville et les grands projets demeurent
sous la responsabilité de l'administration centrale", plaide M. Zampino.
    Ici même, à Montréal, avant la constitution de la nouvelle Ville, en 2002,
le Comité de transition de Montréal avait tenté de proposer un régime de
gestion qui aurait permis de lier de façon plus évidente le pouvoir central de
la Ville à la gestion de cette zone stratégique.
    En 2003, dans le contexte de la réflexion sur le modèle organisationnel de
la Ville et dans un document intitulé Réussir Montréal, il avait été proposé
de revoir la gouvernance du centre-ville.
    Des échanges avec le ministère des Affaires municipales à ce sujet ont
aussi eu lieu en 2005 et la Ville a même créé une commission spéciale du
conseil de ville pour étudier la question de créer un statut particulier pour
le centre-ville.
    Puis, à la suite à la réélection de son équipe, en 2005, Gérald Tremblay a
confié à celui qui venait d'être élu maire de l'arrondissement de Ville-Marie,
M. Benoit Labonté, la responsabilité de poursuivre la tâche et de faire des
recommandations et des propositions sur le sujet de la gouvernance du
centre-ville.
    "Au moment où le maire Tremblay a décidé de reprendre les dossiers du
centre-ville à l'été 2007, la réflexion sur sa gestion n'était pas avancée et
aucune recommandation à cet égard n'avait été formulée, fait remarquer
M. Zampino. L'étape logique, après que le maire eut repris les dossiers du
centre-ville, était donc de conclure cette réflexion et de profiter du fait
que le gouvernement du Québec fait sa propre réflexion sur la gouvernance de
l'agglomération avec le dépôt du projet de loi 22."
    Frank Zampino rappelle par ailleurs que Benoît Labonté s'est publiquement
exprimé à diverses occasions depuis les dernières années pour la proposition
de confier la responsabilité des grands projets du centre-ville au maire de
Montréal et à l'administration centrale.

    Voici quelques exemples:

    Le 18 septembre 2007, à la suite de sa démission du comité exécutif,
Benoit Labonté déclarait :
    "Certains prétendront que le geste que je fais aujourd'hui répond à la
décision récente du maire de s'approprier la responsabilité des projets
majeurs du centre-ville. Ils auront tort. Je demeure en accord avec ce
principe."
    Le 11 septembre 2003, à titre de président de la Chambre de commerce du
Montréal métropolitain, lors d'une allocution devant la commission
parlementaire sur le projet de loi no 9 concernant la consultation des
citoyens sur la réorganisation de certaines municipalités, Benoit Labonté
déclarait :
    "Comme nous l'avons souligné, la réorganisation municipale a répondu,
notamment au besoin pressant de cohérence et de cohésion du développement
économique de Montréal et de Longueuil, et par le fait même de l'ensemble du
territoire de la CMM. Il en va de même pour la capacité d'initiative de la
ville-centre en matière de développement économique. Pour ce faire, la Chambre
recommande au gouvernement de modifier l'article 48 du projet de loi afin
d'inclure la compétence du développement économique parmi celles devant faire
l'objet d'une entente obligatoire entre la ville-centre et la municipalité
reconstituée. Ainsi, dans le cas de Montréal, la ville-centre continuerait
d'agir comme responsable :

    - de la planification et de la coordination des services aux commerces et
      aux entreprises;
    - de la planification et du développement des zones et des parcs
      industriels;
    - du développement des secteurs économiques stratégiques et;
    - et de la réalisation de grands projets économiques structurants."
    

    Le 11 juin 2003, Benoit Labonté, à titre de président de la Chambre de
commerce du Montréal métropolitain, a été un des signataires d'une lettre
intitulée : Pourquoi la nouvelle ville de Montréal doit réussir. En voici un
extrait :
    "Et du moment où l'on souhaite faire plus, on se rend vite compte que
c'est du côté de l'Hôtel de Ville que peut provenir l'impulsion nécessaire aux
initiatives les plus porteuses. Pensons au projet du Quartier des spectacles,
à la mise sur pied de la Société du Havre, à la concrétisation d'une Cité des
biosciences, à la création d'une Cité universitaire étudiante, à
l'amélioration du transport en commun, etc.".
    Puis, le 31 août 2007, dans un article publié dans le Journal de
Montréal, Benoit Labonté reconnaissait que la gestion du centre-ville déborde
souvent des responsabilités de l'arrondissement de Ville-Marie.
    "J'espère que M. Labonté a toujours la même idée sur ce sujet aussi
important pour l'avenir de notre métropole. Notre administration souhaite
obtenir du gouvernement des dispositions visant à s'assurer que la gestion du
centre-ville soit revue afin de servir les intérêts de l'ensemble de la ville
et non pas seulement des objectifs locaux définis en arrondissement", conclut
M. Zampino.




Renseignements :

Renseignements: Darren Becker, Attaché de presse, Cabinet du maire et du
comité exécutif, (514) 772-0122


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.