L'accord commercial conclu par l'Alberta et la C.-B. minera l'autorité des municipalités



    CALGARY, le 1er juin /CNW Telbec/ - L'avis juridique de Sack Goldblatt
Mitchell peint un portrait sombre de l'Accord sur le commerce,
l'investissement et la mobilité de la main-d'oeuvre (TILMA) récemment conclu
par l'Alberta et la Colombie-Britannique.
    Steven Shrybman, associé du cabinet d'avocats Sack Goldblatt Mitchell,
affirme qu'une des conséquences très réelles du TILMA est attribuable non
seulement à l'étendue de sa mise en application "mais particulièrement à
l'efficacité des procédures d'exécution qui y sont enchâssées". Selon
M. Shrybman, "Le TILMA habilite des parties privées à demander des
dommages-intérêts lorsqu'il est allégué qu'une mesure municipale enfreint les
règles du TILMA. Par exemple, si une municipalité refuse d'abroger une mesure
qui enfreint les règles du TILMA, la province peut être condamnée à verser des
dommages-intérêts jusqu'à concurrence de 5 millions $ à la partie privée
lésée."
    L'avis juridique produit par M. Shrybman pour le Syndicat canadien de la
fonction publique met en doute l'indépendance des gouvernements municipaux,
selon le président national du SCFP, Paul Moist. "Cet avis juridique ne laisse
plus de doute que le TILMA minera l'autorité des municipalités.
    Bientôt, les règles du TILMA seront invoquées pour contester les
règlements, les programmes et les accords de financement dont dépendent les
services publics et sociaux. Les citoyens auront vent que les règlements, les
programmes et les accords de financement créés pour encourager les services
publics lèsent les prestataires privés ou discriminent contre eux",
d'expliquer M. Moist.
    "Enfin, puisque le TILMA crée un précédent en ouvrant toute grande la
porte à l'affirmation des intérêts d'entreprises privées qui vendent des
services, il est fort probable que cet accord devienne l'outil privilégié des
promoteurs de la privatisation des services publics", d'ajouter M. Moist.
    D'ailleurs, M. Moist s'explique mal pourquoi le Canada a besoin d'accords
commerciaux distincts alors que le commerce interprovincial est déjà une
réalité au pays. "Le TILMA est inutile. Le commerce interprovincial existe
déjà au Canada. Comme la plupart des Canadiens le reconnaissent d'office, le
Canada est une société dans laquelle les gens sont libres d'habiter, de vivre
et d'investir où ils veulent dans le pays. Aucun poste douanier n'est érigé à
nos frontières provinciales et le commerce interprovincial n'est soumis à
aucun système tarifaire.
    La question qui demeure sans réponse pour les municipalités est celle-ci
: A la lumière de la logique douteuse sur laquelle repose le TILMA et des
coûts incertains mais considérables qui y sont associés, l'accord
représente-t-il un exercice du pouvoir exécutif du gouvernement provincial que
les municipalités auraient intérêt à mettre en doute et contester?", de
conclure M. Moist.




Renseignements :

Renseignements: Paul Moist, président national du SCFP, (613) 558-2873
(cell.); Steven Shrybman, associé au cabinet d'avocats Sack Goldblatt
Mitchell, (613) 858-6842 (cell.); Catherine Louli, SCFP-communications, (613)
851-0547 (cell.)

Profil de l'entreprise

Syndicat canadien de la fonction publique

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.