La Ville de Montréal termine l'année 2006 avec un excédent budgétaire de 140,4 millions de dollars



    Plus de 90 % de ce surplus est déjà engagé

    MONTREAL, le 24 avril /CNW Telbec/ - La Ville de Montréal a terminé
l'année 2006 avec un excédent budgétaire de 140,4 millions de dollars, ce qui
équivaut à 3,6 % du budget de 3,855 milliards de dollars qui a été déposé et
adopté pour cet exercice financier.
    Il s'agit d'un ratio qui est similaire à celui des années antérieures et
qui se compare très bien à celui de plusieurs autres grandes villes du Québec.
"Ce surplus, compte tenu de la taille et du budget de la Ville, n'est pas du
tout disproportionné. C'est comme si un ménage qui a un revenu annuel de
60 000 $ avait réussi à économiser 2 160 $ à la fin de l'année", souligne le
président du comité exécutif et responsable des finances à la Ville,
M. Frank Zampino.
    Pour M. Zampino, l'excédent budgétaire de 2006 est une autre preuve que
l'administration municipale montréalaise gère les finances publiques avec une
très grande prudence et une très grande rigueur.
    Le président du comité exécutif rappelle, entre autres, que la Ville de
Montréal a fait le ménage dans sa propre cour en menant durant l'année 2006 un
grand exercice pour revoir l'ensemble de ses activités, services, opérations
et programmes, ce qui devrait amener la Ville à réduire ses dépenses de
300 millions de dollars et ses effectifs de 1000 postes par attrition d'ici
les trois prochaines années.
    M. Zampino rappelle aussi que l'administration municipale a procédé, à
l'été 2006, à un gel de l'embauche, et incité, à l'automne 2006, les
arrondissements et les services centraux à réévaluer et limiter leurs dépenses
au strict minimum, et ce, afin de dégager des marges de manoeuvre pour
atteindre l'équilibre budgétaire en 2007.
    En plus d'être imputable à ces mesures qui visaient à recentrer la Ville
sur ses missions essentielles et à mieux contrôler les dépenses municipales,
cet excédent budgétaire est attribuable également à une croissance des revenus
liée à la vitalité économique, à une gestion serrée de la dette, à une
meilleure planification des placements, aux économies qui ont été engendrées
en matière de déneigement en raison de conditions climatiques plus clémentes,
au report de certains projets, dont l'implantation du service des premiers
répondants qui ne se fera qu'à compter de 2007, à l'étalement de divers
programmes de subventions et à une diminution des provisions prévues pour les
contestations de taxes et les réclamations.

    Plus de 90 % de cet excédent est déjà engagé

    Cet excédent budgétaire est déjà en très grande partie affecté.
    Comme prévu, par une décision du conseil de ville et du conseil
d'agglomération, en décembre 2006, une somme de 53,1 millions de dollars a
déjà été affectée au budget 2007.
    Les arrondissements ont généré un peu plus de 25 % de cet excédent en
enregistrant des surplus de gestion qui ont totalisé, au terme de 2006,
37,1 millions de dollars. Ces surplus resteront dans les arrondissements.
    Une somme de 33 millions de dollars, soit 24 % de l'excédent, servira à
renflouer la réserve qui a été créée en 2005 pour faire face à des imprévus
d'ordre financier. Cette réserve, qui s'élevait à 25 millions de dollars à la
fin de 2006, sera donc ramenée à sa mise de fonds initiale qui était de
58 millions.
    Enfin, une somme de 8,6 millions de dollars sera retournée au Fonds de
l'eau qui a été créé en 2003 et dont les revenus servent à articuler et
réaliser un ambitieux programme de réhabilitation et de restructuration des
services de l'eau sur tout le territoire de l'île de Montréal.

    Des résultats qui n'effacent en rien les réels besoins financiers de
    Montréal

    Même s'il en est très fier, Frank Zampino estime que les résultats de
l'année 2006 n'effacent en rien les réels besoins financiers de Montréal. "La
situation financière de Montréal demeure malgré tout précaire, insiste-t-il.
Il nous est bien difficile de planifier à long terme, de parler de
développement, quand nos ressources financières sont essentiellement
dépendantes de l'impôt foncier".
    L'administration Tremblay-Zampino entend donc poursuivre ses démarches
auprès du gouvernement du Québec pour accroître l'autonomie de Montréal en
matière d'administration et de fiscalité. "Nous demandons deux choses au
gouvernement : un meilleur partage de la richesse qui est créée sur le
territoire montréalais et l'obtention de sources de financement prévisibles et
permanentes, rappelle le président du comité exécutif. Nous l'avons dit et
nous le répétons : Montréal a besoin, plus que jamais, de revenus additionnels
pour se conformer aux règles gouvernementales et pour investir davantage dans
son réseau de l'eau et son réseau routier, dans ses équipements sportifs et
culturels, dans le transport en commun, dans l'environnement et dans la
sécurité publique. Nous voulons le meilleur pour Montréal et nous continuerons
à y consacrer tous nos efforts".
    Les états financiers 2006 de la Ville de Montréal ont été déposés, hier
soir, au conseil municipal. Ils seront aussi déposés ce jeudi, le 26 avril, au
conseil d'agglomération. Ces états financiers ont été préparés par le Service
des finances et vérifiés par la firme de comptables agréés Samson Bélair /
Deloitte & Touche et par le Vérificateur général de la Ville de Montréal. Les
états financiers peuvent être consultés sur le site Internet de la Ville de
Montréal à l'adresse : www.ville.montreal.qc.ca/finances .




Renseignements :

Renseignements: Richard Caron, Bureau du président du comité exécutif,
(514) 872-9859, (514) 702-3538


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.