La Ville de Montréal fait fausse route dans le projet de règlement concernant le chauffage au bois - L'APC en faveur d'une vraie solution : une réglementation EPA



    MONTREAL, le 5 févr. /CNW Telbec/ - A la suite de l'annonce faite par la
Ville de Montréal sur l'adoption d'un projet de règlement qui vise à interdire
l'installation d'un appareil à combustibles solides, sauf un appareil à
granules, à l'intérieur d'une construction neuve ou existante, l'Association
des professionnels du chauffage (APC) réitère sa demande aux municipalités et
au gouvernement provincial afin de réglementer, d'une façon sensée et dans les
meilleurs délais possible, la vente et l'utilisation du chauffage au bois.
    Selon l'APC, ce projet de réglementation n'a aucune utilité en ne
touchant pas les milliers de poêles à bois et de foyers existants. De plus, la
réglementation enlève toute initiative à l'industrie de proposer des solutions
viables et applicables rapidement en incitant les utilisateurs de ces
appareils à utiliser ceux qui répondent aux normes EPA plutôt que d'attendre
des décennies avant la fin de vie de leur poêle à bois.

    Le chauffage au bois : une alternative propre et renouvelable

    "Comme nous l'avions déjà mentionné lors de la décision prise par la
municipalité de Hampstead d'interdire l'utilisation du chauffage au bois, une
telle prise de position démontre une incompréhension absolue de la
problématique reliée aux émissions de particules fines", a déclaré Ghyslain
Bélanger, directeur général de l'APC. "La Ville de Montréal se lance dans une
direction qui ne règle en rien, à notre avis, la problématique existante.
Selon nous, les élus devraient plutôt voter une réglementation canadienne de
type EPA comme celle adoptée aux Etats-Unis, adopter des politiques qui visent
à balancer l'équilibre entre les bénéfices du chauffage à combustible solide
et la protection de la santé et de la sécurité publique, interdire
l'utilisation des appareils qui ne rencontrent pas les normes (EPA) pour
inciter les utilisateurs à adopter les nouvelles technologies et établir un
partenariat public privé centré sur l'éducation du public et des programmes de
changement d'appareils" a-t-il ajouté.

    Programme de remplacement des vieux poêles à bois

    L'APC encourage les Québécois à contribuer à l'assainissement de l'air
par un geste concret : le remplacement des vieux poêles à bois ou des foyers
désuets. Jusqu'au 31 mars 2009, l'APC et ses partenaires offrent une réduction
de 300$ à quiconque achètera, en échange de son vieux poêle à bois, un
appareil conforme à la certification EPA phase II (norme de l'Agence de
protection environnementale des Etats-Unis) chez un marchand membre APC
participant. Les consommateurs peuvent également avoir droit à une remise
additionnelle de 300$ par le biais du programme écoENERGIE Rénovation de
Ressources naturelles Canada.
(www.oee.nrcan.gc.ca/residentiel/personnel/renovation-maisons/renovez-admissib
le-subvention.cfm?attr=4)
    Cette initiative constitue la meilleure façon d'améliorer l'efficacité
d'un système de chauffage à bois. En plus de procurer des économies de temps,
de bois et d'argent, les nouveaux appareils diminuent les effets nocifs sur la
qualité de l'air.
    L'utilisation des nouveaux appareils respectant les normes
environnementales américaines (EPA) réduit jusqu'à 90 % les émissions de
particules et de fumée tout en consommant 33 % moins de combustible pour la
même production de chaleur. Une réglementation sérieuse devrait
obligatoirement se pencher sur l'utilisation des vieux appareils qui ont une
durée de vie de 30 à 40 ans. Comme cela se fait couramment au Canada et aux
Etats-Unis, une partie de la solution se trouve dans l'instauration de
programmes efficaces qui incitent le changement de ces vieux poêles à bois par
des appareils de nouvelles technologies répondant aux normes EPA.
    La qualité de l'air et les défis environnementaux sont au coeur des
préoccupations de plus en plus de québécois. Lorsqu'ils sont utilisés de façon
responsable, l'APC croit qu'il y a des bénéfices environnementaux, sociaux et
énergétiques significatifs à l'utilisation d'appareils de chauffage à
combustible solide. Malgré le fait que toutes les sources de chauffage ont un
impact sur l'environnement, le bois est une source d'énergie renouvelable qui,
contrairement aux combustibles fossiles, n'a pas cette incidence très
inquiétante sur le réchauffement de la planète et les gaz à effet de serre.
Les meilleures sources d'énergie sont donc celles qui sont renouvelables, tels
le bois, l'énergie solaire et éolienne.
    Utilisé efficacement, le bois est un combustible approprié et l'APC juge
qu'il devrait être reconnu comme une composante de la stratégie d'utilisation
des sources alternatives proposées par l'ensemble des résidents désireux de
s'en servir.
    "Il est totalement paradoxal que les Etats-Unis et certains pays d'Europe
offrent des crédits d'impôt substantiels aux utilisateurs du chauffage au bois
alors que nous, qui vivons dans une région ressource, mettons le bois au banc
des accusés", a souligné monsieur Bélanger.

    L'Association des professionnels du chauffage est un regroupement de
fabricants, distributeurs et détaillants de l'industrie du chauffage au
Québec.
    www.poelesfoyers.ca




Renseignements :

Renseignements: Relations médias: Isabelle Fafard et Denise Deveau,
(514) 865-8157, isabelle.fafard@videotron.ca

Profil de l'entreprise

Association des professionnels du chauffage (APC)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.