La stratégie canadienne sur les changements climatiques ; en faire le moins possible le plus tard possible - Ottawa prend les contribuables canadiens et leur avenir en otages



    SAINT-LEON-DE-STANDON, QC, le 11 mars /CNW Telbec/ - Les mesures
annoncées hier par Ottawa en matière de réduction des gaz à effet de serre
(GES) dans le secteur industriel sont inefficaces et trop tardives. Par
exemple, en ne visant que la réduction de l'intensité des émissions plutôt que
la réduction du volume total, les émissions de GES continueront d'augmenter au
lieu de diminuer. "En s'attaquant à l'intensité, le gouvernement ne règle
rien. Entre 1990 et 2005, l'intensité des émissions au Canada a baissé de 17%,
pendant que les émissions totales ont augmenté des 25%. Un peu moins de
boucane par cheminée, mais beaucoup plus de cheminées!" a déclaré monsieur
Arthur Sandborn de Greenpeace Québec.
    "Au moment où la communauté scientifique mondiale reconnaît l'urgence et
la gravité de la situation liée aux changements climatiques, la stratégie
canadienne propose d'en faire le moins possible le plus tard possible, Ottawa
prend donc les contribuables canadiens et leur avenir en otages, mais tôt ou
tard nous en subirons les graves conséquences écologiques et économiques. Si
le Canada ne respecte pas les principes du Protocole de Kyoto comme le
démontre l'annonce d'hier, nous devrons quand même procéder aux réductions de
GES prévues au Protocole mais la facture sera décuplée, plus on attend plus le
prix à payer sera élevé et plus les dommages seront graves, déjà on peut
s'attendre à des amendes de plus de 30 milliards de dollars à compter de
2012." indiqua André Bélisle porte-parole de Québec Kyoto et président de
l'AQLPA.
    La Coalition Québec Kyoto exige que l'année 1990 convenue dans le
Protocole de Kyoto demeure la base de référence des objectifs de réduction et
non 2006 comme le propose Ottawa. La coalition réitère sa demande pour
l'établissement de la Bourse du carbone à Montréal, établir un prix sur les
émissions de GES d'un minimum de 30$ la tonne, un système de quotas et
d'échange de crédits de carbone et des programmes de conversion massive à
l'énergie renouvelable, ce qui peut être fait dès maintenant.
    La Coalition Québec Kyoto juge par ailleurs inacceptable que le Québec,
ses contribuables et ses industries fassent les frais d'une stratégie visant à
éviter aux compagnies pétrolières et aux provinces productrices de pétrole et
de gaz de participer financièrement à la réduction des émissions de GES dont
elles sont pourtant responsables. Rappelons que le Québec a investi beaucoup
d'argent depuis 1990 pour réduire ses émissions de GES notamment dans le
secteur de l'aluminium.




Renseignements :

Renseignements: André Bélisle, Président, Association québécoise de
lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA), Porte-parole, Coalition
Québec-Kyoto, (418) 642-1322, Cellulaire : (418) 386-6992; Arthur Sandborn,
Responsable de la campagne climat et énergie, Greenpeace Québec, (514)
933-0021, Cellulaire: (514)235-5955


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.