La situation des exportateurs empirera avant de s'améliorer



    OTTAWA, le 30 oct. /CNW Telbec/ - D'après les Prévisions à l'exportation
trimestrielles  que publie aujourd'hui Exportation et développement Canada
(EDC), la vigueur du dollar canadien et le ralentissement des dépenses de
consommation aux E.-U. et dans le reste du monde rendront la situation encore
plus difficile pour de nombreux exportateurs canadiens en 2008.
    "Pour la troisième année consécutive, en 2008, les expéditions à
l'exportation resteront pratiquement inchangées", a déclaré Stephen Poloz,
premier vice-président, Affaires générales, et économiste en chef. "Mais même
cela ne dit pas tout, à savoir que bien des exportateurs canadiens essaient de
maintenir leurs ventes à l'exportation à un moment où la hausse du dollar
réduit leurs marges bénéficiaires."
    Après la croissance par les prix de 3,7 % enregistrée en 2007, la valeur
des ventes globales à l'exportation devrait augmenter de 1,5 % en 2008. La
faiblesse américaine gagnant les grands marchés comme les marchés émergents,
la croissance économique mondiale fléchira encore, retombant à 4,5 %, contre
4,9 % en 2007 et 5,4 % en 2006.
    Les consommateurs américains subissent davantage le contrecoup sur
l'ensemble de l'économie de la récession dans le secteur de l'habitation. Les
turbulences sur les marchés financiers de la mi-2007, elles-mêmes symptômes
d'une faiblesse dans le secteur de l'habitation aux E.-U., ajoutées au recul
du dollar américain entraînent un ralentissement des dépenses de consommation
en Europe et au Japon.
    Malgré leur nette croissance des dernières années, les marchés émergents
continuent de dépendre fortement des exportations de biens de consommation
vers les grandes économies. L'incidence du ralentissement de la demande
mondiale ne sera pas immédiate, mais elle sera de plus en plus évidente tout
au long de 2008. Les turbulences sur les marchés mondiaux se ressentiront plus
ou moins sur tous les marchés émergents, mais les marchés les plus risqués
seront les plus touchés, car les créanciers réévalueront les risques et
reverront leurs engagements en conséquence.
    Les chiffres de l'économie canadienne restent solides pour l'instant et
la forte demande mondiale de produits de base, de biens intermédiaires à base
de matières premières et de produits agroalimentaires a fait augmenter les
prix et la valeur des exportations canadiennes en 2007. L'économie mondiale
s'essoufflant, les cours des produits de base reculeront et, avec eux, le
dollar canadien tout au long de 2008. Les perspectives en ce qui concerne les
cours pétroliers et, donc, le dollar canadien restent très incertaines, mais
des cours pétroliers en baisse et des risques mondiaux en hausse devraient
entraîner un raffermissement général du dollar américain et une baisse du
dollar canadien, qui devrait repasser sous la barre des 90 cents d'ici la fin
de 2008.
    Les perspectives demeurent bonnes pour certains secteurs exportateurs
canadiens. En 2008, la croissance des exportations se maintiendra, par
exemple, dans le secteur agroalimentaire, le secteur des engrais, le secteur
de l'énergie, le secteur de l'aéronautique et celui des machines. En revanche,
elle devrait fléchir dans celui des biens de consommation, des minerais, des
métaux, des produits chimiques, des plastiques, du matériel ferroviaire, du
matériel de télécommunications et des produits automobiles. La diversification
géographique croissante des exportations canadiennes devrait se poursuivre
durant toute la période de référence. Les exportations vers les pays
développés devraient augmenter de moins de 1 % en 2008, tandis qu'à
destination des marchés émergents, elles augmenteront de 11 %, contre 24 % en
2007.
    En 2007, la croissance des exportations variait considérablement d'une
province à l'autre. Les provinces où l'énergie, l'exploitation minière ou
l'agroalimentaire représentent une part importante des exportations affichent
des résultats nettement supérieurs à la moyenne nationale. Dans celles qui
dépendent plus des produits manufacturés, en particulier de l'automobile, du
matériel de télécommunications et des biens de consommation, la croissance des
exportations a sensiblement marqué le pas l'an dernier.
    La croissance provinciale des exportations variera encore beaucoup en
2008. La Saskatchewan se classera en tête, avec une augmentation de 12 %. Des
taux de croissance convenables sont prévus pour le Manitoba (7 %), le
Nouveau-Brunswick (6 %) ainsi que pour Terre-Neuve-et-Labrador et
l'Ile-du-Prince-Edouard (5 %). Une augmentation de 4 % est prévue pour
l'Alberta, et de 3 % pour la Nouvelle-Ecosse. La Colombie-Britannique
n'enregistrera un taux de croissance de 1,7 % seulement. Les exportations de
l'Ontario devraient baisser de 1 % et celles du Québec, de 1,4 %.
    "Il n'est jamais facile de se préparer à un ralentissement ou d'en
prévoir la durée, a ajouté M. Poloz. Mais il existe fondamentalement de bonnes
raisons de croire que l'économie mondiale évitera une récession. En fait,
l'assise structurelle mondiale est bien plus solide que dans le passé, ce qui
fait qu'il sera beaucoup plus facile de se redresser après une période de
faiblesse et de redémarrer en 2009. Il reste à savoir, et c'est là la grande
inconnue, si la consommation américaine va se stabiliser, car si elle ne se
stabilise pas, les exportateurs canadiens risquent d'être confrontés à une
situation plus difficile que nous ne le prévoyons."
    Les Prévisions à l'exportation semestrielles d'EDC portent sur la
situation mondiale à l'exportation, y compris les perspectives en ce qui
concerne les taux d'intérêt, les taux de change, ainsi que sur des stratégies
d'exportation propres à aider les entreprises canadiennes à réduire les
risques au minimum. Elles analysent aussi divers risques de détérioration
auxquels les exportateurs devraient être préparés. Les Prévisions sont
diffusées sur le site Web d'EDC, à http://www.edc.ca/gef_f.

    EDC, organisme de crédit à l'exportation du Canada, offre des solutions
commerciales novatrices pour aider les exportateurs et les investisseurs
canadiens à réussir sur les marchés mondiaux. Chaque année, quelque
6 400 entreprises canadiennes et leurs clients étrangers tirent profit de ses
connaissances et de ses partenariats pour faire des affaires sur environ
200 marchés. EDC, qui est financièrement autonome, est un chef de file reconnu
dans l'établissement de rapports financiers et l'analyse économique et elle
figure depuis sept ans parmi les 100 premiers employeurs canadiens.




Renseignements :

Renseignements: Philippe Taylor, Affaires publiques, Exportation et
développement Canada, (613) 598-2904, ptaylor@edc.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.