La situation à l'Office de la protection du consommateur: Ce n'est que la pointe de l'iceberg selon le SPGQ



    MONTREAL, le 27 fév. /CNW Telbec/ - Réagissant au reportage de l'émission
La facture diffusée sur les ondes de la Société Radio Canada le 26 février, le
président du Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du
Québec, Gilles Dussault, estime que la situation à l'Office de la protection
du consommateur illustre l'effritement constant des services publics. Selon
lui, "le cas de l'Office montre clairement comment la réduction des ressources
constitue une menace pour la protection des droits des citoyens".
    Les révélations faites par La facture sont en effet troublantes. Depuis
1995, dans la foulée des mesures mises en vigueur pour l'atteinte du déficit
zéro, l'Office a vu son budget coupé de moitié. Ainsi, le nombre d'employés de
l'Office a fondu comme neige au soleil : réduction du nombre d'enquêteurs de
26 à 5 pour surveiller les 54 000 commerces de détail du Québec et diminution
du nombre d'avocats au contentieux de 20 à 5 personnes. Ces maigres ressources
ne suffisent plus à la tâche pour répondre à l'ensemble des plaintes, encore
moins pour initier des enquêtes. Résultat : moins de poursuites, moins
d'amendes. Comme le constatait le vérificateur général du Québec en 2005,
l'Office de la protection du consommateur ne parvient pas à remplir
correctement son mandat de surveillance de l'application des lois en matière
de consommation. Cette situation inquiétante se produit malheureusement dans
un nombre de plus en plus grand de ministères et organismes qui, faute de
ressources, n'arrivent plus à faire respecter les lois votées pour garantir
les droits de la population.
    "Ce qui se passe présentement à l'Office de la protection du consommateur
n'est que la pointe de l'iceberg" a déclaré Gilles Dussault. Le SPGQ estime
que le pire est à venir, notamment depuis l'implantation de la politique du
remplacement d'un seul poste pour deux départs à la retraite, politique qui
engendre une grave pénurie d'effectifs, une situation qui occasionne une
surcharge de travail et cause une hausse de l'absentéisme pour raison de
maladie, une pénurie qui entrave les pratiques et responsabilités
professionnelles et heurte de front les missions de l'Etat. Selon M. Dussault,
"Des viaducs de la Concorde, il y en a partout dans la fonction publique".
    Pour combattre cette situation alarmante, le SPGQ a récemment adopté un
plan d'action pour la défense de l'intégrité des services publics et s'est
doté d'un budget extraordinaire de 100 000$ pour financer le coût des
opérations y étant associées. En plus d'un certain nombre d'activités
publiques, ce plan comporte entre autres la réalisation d'une étude concernant
la sous-dotation des postes dans les ministères et les organismes de la
fonction publique et ses impacts sur la détérioration des services publics.

    Le SPGQ est le plus grand syndicat de professionnelles et professionnels
du Québec. Il représente plus de 19 000 personnes dont 17 000 de la fonction
publique et 2000 provenant des sociétés d'Etat, des réseaux de l'éducation et
de la santé du Québec, rattachées à 35 unités de négociation.




Renseignements :

Renseignements: Sylvie Goupil, conseillère à l'information, cell.: (514)
213-4192


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.