La SCHL diffuse un rapport exhaustif sur le logement au Canada



    OTTAWA, le 22 oct. /CNW Telbec/ - Pour réduire l'impact environnemental
du secteur de l'habitation et diminuer les émissions de gaz à effet de serre,
il faut bâtir des habitations écologiques dans des quartiers denses qui sont
bien desservis par les moyens de transport en commun, plutôt que dans des
banlieues de plus en plus étalées. C'est ce que révèle l'édition 2007 de
L'Observateur du logement au Canada, diffusé aujourd'hui par la Société
canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL).
    "L'examen approfondi dont fait l'objet la question du logement durable
cette année dans L'Observateur du logement au Canada tombe à point nommé, vu
l'intérêt grandissant que suscite l'environnement", a indiqué Karen Kinsley,
présidente de la SCHL. "L'Observateur est une source fiable d'analyses
exhaustives et actuelles sur les tendances en habitation et les conditions de
logement au Canada".
    L'édition 2007 de L'Observateur du logement au Canada présente une
analyse des liens qui existent entre la construction d'habitations
écologiques, l'aménagement des quartiers et le transport. On y découvre que
vivre au centre-ville - où lieux de travail, écoles et commerces sont
facilement accessibles -, ou encore vivre à proximité des réseaux de transport
en commun, contribue à réduire le recours à l'automobile. En outre, les
banlieues bien conçues aident à diminuer l'utilisation de la voiture sur de
courtes distances et à atténuer les émissions de gaz à effet de serre.
    Sont également examinées dans l'édition 2007 de L'Observateur les
tendances récentes concernant le logement abordable, le financement de
l'habitation et l'évolution du marché de l'habitation. Par ailleurs, une
conclusion importante est tirée au sujet des conditions de vie des Canadiens.
En effet, selon de nouvelles informations obtenues par la SCHL, la proportion
de ménages aux prises avec des besoins impérieux en matière de logement(1) a
légèrement diminué : de 13,9 % en 2002, elle est passée à 13,6 % en 2004.

    Voici d'autres découvertes importantes dont il est question dans
L'Observateur :

    
    - En 2006, les dépenses liées au logement ont augmenté de 6,1 % et
      apporté à l'économie canadienne plus de 275 milliards de dollars;
    - Toujours en 2006, l'encours du crédit hypothécaire a atteint une
      moyenne annuelle de 694 milliards de dollars, en hausse de 10,7 % en
      regard de 2005. Le principal facteur ayant contribué à l'expansion du
      crédit hypothécaire est la valeur accrue des propriétés, qui a fait
      augmenter le montant moyen des prêts hypothécaires approuvés;
    - Grâce à des initiatives comme celle de la maison EQuilibrium de la
      SCHL, les logements éconergétiques qui sont sans danger pour
      l'environnement devraient devenir la norme au Canada.
    - A l'exception de Moncton, au Nouveau-Brunswick, et de Sherbrooke, au
      Québec, toutes les régions métropolitaines ayant présenté les plus
      hauts taux de croissance au cours des dernières années se trouvent en
      Alberta, en Ontario ou en Colombie-Britannique.

    "Pour les études économiques de Desjardins, L'Observateur constitue la
référence ultime en matière d'analyse du marché de l'habitation au pays. Toute
personne s'intéressant de près ou de loin au marché de l'habitation au Canada
devrait garder une copie à portée de main", d'affirmer François Dupuis,
vice-président et économiste en chef, Mouvement des caisses Desjardins.
    La version imprimée de L'Observateur du logement au Canada 2007
s'accompagne de plusieurs sources d'informations détaillées sur le marché de
l'habitation et les conditions de logement. On peut les consulter en ligne, au
www.schl.ca. Notamment, le Logement au Canada en ligne (LACEL) est un outil
interactif puissant qui donne accès gratuitement à des chiffres sur les
conditions de logement - y compris les besoins impérieux en matière de
logement - à l'échelle nationale, régionale ou locale, hors des réserves.
    Le document d'information ci-joint donne un aperçu des faits déterminants
dont il est question dans L'Observateur du logement au Canada 2007.

    Mettant à contribution plus de 60 ans d'expérience à titre d'organisme
national responsable de l'habitation au Canada, la Société canadienne
d'hypothèques et de logement (SCHL) aide les Canadiens à accéder à un éventail
de logements durables, abordables et de qualité, favorisant ainsi la création
de collectivités et de villes dynamiques et saines partout au pays.

    (1) On dit d'un ménage qu'il éprouve des besoins impérieux en matière
        de logement s'il occupe une habitation qui ne satisfait pas aux
        normes de qualité, de taille ou d'abordabilité et si, pour payer le
        loyer médian des logements acceptables situés dans sa localité, il
        était obligé de verser au moins 30 % de son revenu avant impôt.


         Document d'information - L'Observateur du logement au Canada
                           2007 - Faits saillants


    Une habitation nouveau genre pour un monde en évolution (chapitre 2)
    --------------------------------------------------------------------

    - Les habitations consomment beaucoup d'énergie, de terres, d'eau et de
      matières premières. En effet, 60 % de l'eau consommée et 17 % de
      l'énergie utilisée sert au secteur résidentiel.
    - L'initiative de la maison EQuilibrium de la SCHL encourage le marché à
      adopter les principes de l'habitation saine, abordable, durable et
      éconergétique, tout en contribuant au développement du savoir-faire de
      l'industrie en la matière.
    - Divers moyens peuvent permettre de réaliser des économies d'énergie et
      d'eau à domicile : panneaux photovoltaiques, chauffage solaire, pompes
      géothermiques, appareils sanitaires et ménagers à faible consommation
      d'eau, recyclage et réutilisation des eaux ménagères (provenant du
      lave-vaisselle et de la douche).
    - Aux Pays-Bas, au Japon, en Allemagne, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis,
      des promoteurs s'affairent déjà à construire et à vendre des
      habitations qui sont conçues de façon à ce que la consommation nette
      d'énergie puisse égaler zéro.
    - On s'attend à ce que les pratiques de conception et de construction
      résidentielles durables - un tout nouveau créneau - finissent par
      devenir la norme.

    Facteurs démographiques et socio-économiques influant sur la demande de
    -----------------------------------------------------------------------
    logements (chapitre 3)
    ----------------------

    - Ces dernières années, la population canadienne a pris un peu plus
      d'expansion qu'à la fin des années 1990, en raison surtout d'un
      accroissement de l'immigration. Le nombre d'aînés, d'immigrants et
      d'Autochtones augmente plus rapidement que l'ensemble de la population.
    - Les gains démographiques enregistrés entre 2001 et 2006 ont été
      réalisés en majeure partie (à 86 %) dans des régions métropolitaines.
    - En 2005, 1,1 million de ménages canadiens possédaient une résidence
      secondaire (un logement de villégiature ou un chalet, par exemple),
      soit environ 200 000 de plus qu'en 1999.
    - Entre 1990 et 2004, les ménages gagnant un revenu élevé ont bénéficié
      de hausses de revenu beaucoup plus importantes que ceux occupant le bas
      de l'échelle.
    - De 1999 à 2005, la valeur nette moyenne des ménages canadiens corrigée
      en fonction de l'inflation a progressé à un rythme annuel supérieur à
      4 %. L'appréciation de l'avoir propre foncier y a grandement contribué.

    Evolution récente du marché de l'habitation (chapitre 4)
    --------------------------------------------------------

    - Le marché de l'habitation a été dynamique en 2006; il a eu pour
      principal moteur la vive demande observée dans les provinces de
      l'Ouest.
    - La proportion du produit intérieur brut consacrée au logement a
      augmenté; elle s'est établie à 19,1 % en 2006, comparativement à 18,9 %
      l'année précédente.
    - En 2006, le nombre de mises en chantier d'habitations au Canada s'est
      hissé à 227 400, son deuxième sommet parmi les plus élevés depuis 1987.
    - Le prix S.I.A.(R) moyen des habitations a grimpé de 11,1 % et atteint
      277 000 $ en 2006; ce rythme de croissance sans précédent depuis 1989
      résulte de la conjoncture grandement favorable aux vendeurs dans les
      provinces de l'Ouest.
    - Entre octobre 2005 et octobre 2006, le loyer moyen estimatif des
      appartements de deux chambres situés dans des immeubles existants s'est
      accru dans 27 des 28 grands centres urbains du pays, ce qui s'est
      traduit par une hausse moyenne de 3,2 %.
    - Les dépenses totales destinées à la rénovation, à la réparation ou à
      l'entretien des habitations se sont chiffrées à 43,9 milliards de
      dollars en 2006, progressant de 9,0 % par rapport à 2005.

    Financement de l'habitation (chapitre 5)
    ----------------------------------------

    - Après avoir touché un creux record de 5,99 % en 2005, le taux affiché
      moyen des prêts hypothécaires d'une durée de cinq ans s'est élevé à
      6,66 % en 2006, un niveau encore assez faible.
    - Selon les résultats de l'enquête menée en 2006 par la SCHL auprès de
      demandeurs de prêts hypothécaires, la majorité des emprunteurs (84 %)
      ont été satisfaits du service qu'ils ont obtenu au moment de négocier
      les modalités de leur prêt hypothécaire actuel.
    - Environ 70 % des emprunteurs hypothécaires préfèrent faire appel à l'un
      des grands établissements de crédit.
    - En 2006, les émissions d'Obligations hypothécaires du Canada et de
      titres hypothécaires prévues par la Loi nationale sur l'habitation se
      sont chiffrées à 36 milliards de dollars, en hausse de 19 % par rapport
      à 2005.

    Le transport : pour des collectivités saines et durables (chapitre 6)
    ---------------------------------------------------------------------

    - L'emplacement des habitations et l'aménagement des quartiers aident à
      déterminer dans quelle mesure les ménages se servent de la voiture pour
      leurs déplacements.
    - On pourrait réduire l'utilisation de l'automobile en concentrant les
      aménagements le long des corridors empruntés par les véhicules de
      transport en commun et dans les zones situées à proximité du noyau
      urbain plutôt qu'en marge des villes.
    - Les municipalités et les promoteurs ont de plus en plus recours aux
      aménagements axés sur le transport en commun.
    - On a constaté que les aménagements intercalaires qui accroissent la
      densité résidentielle permettaient davantage de réduire les émissions
      de gaz à effet de serre liées au transport que les aménagements sur
      terrains vierges (en banlieue) spécialement conçus pour diminuer la
      dépendance à l'automobile.

    Tendances récentes concernant l'abordabilité et les besoins impérieux en
    ------------------------------------------------------------------------
    matière de logement (2002-2004) (chapitre 7)
    --------------------------------------------

    - Entre 2002 et 2004, la proportion de ménages aux prises avec des
      besoins impérieux en matière de logement est restée élevée dans les
      villes de la Colombie-Britannique et de l'Ontario.
    - Dans les centres urbains du Canada, les ménages composés d'une seule
      personne représentaient presque la moitié (46,7 %) des ménages qui
      avaient des besoins impérieux en matière de logement; c'est davantage
      qu'en 2002 (43,7 %).
    - En 2002, le taux de ménages urbains dirigés par un aîné et ayant des
      besoins impérieux atteignait 15,4 %. En 2004, il n'était plus que de
      13,9 %.
    - Chez les locataires immigrants vivant en milieu urbain, le pourcentage
      de ménages éprouvant des besoins impérieux en matière de logement est
      passé de 34,4 %, en 2002, à 36,3 %, en 2004.
    - En 2004, les 20 % de ménages ayant les revenus les plus faibles
      représentaient à peu près 81 % des ménages urbains en situation de
      besoin impérieux; en 2002, la proportion se chiffrait à environ 78 %.
    




Renseignements :

Renseignements: Kristen Scheel, SCHL, Relations avec les médias, (613)
748-4632; Pour en savoir davantage, veuillez consulter le site www.schl.ca ou
composer le 1-800-668-2642


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.