La Réduction des méfaits en péril



    MONTREAL, le 26 oct. /CNW Telbec/ - La nouvelle stratégie antidrogue du
gouvernement Harper, que le GRIP Montréal considère déjà désuète, est le point
culminant d'une tendance nationale à négliger la réduction des méfaits qui a
pourtant amplement fait ses preuves.
    La réduction des méfaits est une approche qui a émergé dans les années 80
face au flagrant constat d'échec des approches classiques de réduction de
l'offre et de la demande pour prévenir l'épidémie du VIH/SIDA et ses coûts
associés. Cette approche pragmatique et humaniste a depuis fait ses preuves
dans plusieurs sphères de la santé publique. Elle doit faire partie du
continuum de services et d'approches pour couvrir tous les besoins de la
population. Elle fait d'ailleurs partie des quatre piliers
(prévention/promotion, traitement, répression et réduction des méfaits) des
politiques des gouvernements les plus efficaces en la matière. Sans la
réduction des méfaits, toute stratégie ressemble à une table bancale.
    Néanmoins, la réduction des méfaits est en net recul au Canada et au
Québec. D'abord, malgré le fait que le ministère de la santé et des services
sociaux du Québec (MSSS) affirme qu'elle est son approche privilégiée, il n'a
pas réussi à l'intégrer dans le plan d'action interministériel en toxicomanie
adopté au printemps 2006 (contrairement au précédent plan du MSSS qui reposait
principalement sur cette approche). Les autres ministères (Sécurité publique,
Justice, Education, Transport, etc.) sont, semble-t-il, trop frileux à cet
égard. Au Canada, la nouvelle stratégie canadienne antidrogue ne prévoit
aucune mesure ni argent pour la réduction des méfaits. M. Harper a même
affirmé que la réduction des méfaits est au mieux une stratégie de second
ordre. Il songe même à ne pas renouveler la licence de In Site, un lieu
d'injection supervisée qui a fait ses preuves à un point tel que la police de
Vancouver endosse maintenant ce projet, contrairement à sa position initiale,
après en avoir constaté les bienfaits dans Vancouver Eastside. Est-ce par
idéologie ou ignorance? La réduction des méfaits touche pourtant deux éléments
centraux de l'idéologie conservatrice : réduction de la criminalité et
réduction du fardeaux fiscal des contribuables. Les conservateurs doivent donc
se questionner sur l'incohérence entre certaines de leurs valeurs : morale
contre sécurité et économie.
    Si la tendance se maintien, nous assisterons à une augmentation des
problèmes et des coûts (individuels et sociaux) liés à la toxicomanie incluant
l'augmentation du VIH et du VHC, l'augmentation des emprisonnements et plus
encore. Nous devons faire un choix : soigner les personnes selon les
connaissances ou construire des prisons et ruiner les finances publiques (et
des vies). Ne suivons pas les traces des E-U qui en sont arrivés à un échec
avec leur fameuse guerre à la drogue. En effet, à en croire Richard Stevenson
du Fraser Institute (think tank conservateur), depuis que Nixon a déclenché la
guerre à la drogue, les E-U n'ont jamais cessé de voir le problème grossir à
pratiquement tous les niveaux (augmentation du nombre de consommateurs,
d'incarcérations, des coûts, de la corruption, etc.). La prohibition en
matière de drogues cause plus de dommages individuels et sociaux que les
drogues illégales elles-mêmes.

    Le GRIP Montréal, avec ses dix années d'expérience en matière de
réduction des méfaits auprès des jeunes consommateurs de drogues de synthèse,
est convaincu que la réduction des méfaits, en son sens large, devrait être la
pierre d'assise et la philosophie des politiques publiques en matière de
drogues. Les politiciens doivent avoir le courage de choisir des approches qui
fonctionnent malgré le vent de droite et de conservatisme qui souffle sur
l'électorat et qui suggère des solutions coercitives toutes aussi inefficaces
et problématiques les unes que les autres. Sinon, nous nous dirigeons vers un
échec.




Renseignements :

Renseignements: Jean-Sébastien Fallu, (514) 777-5948; Barbara Jomphe,
(514) 467-4616, coordination@gripmontreal.org

Profil de l'entreprise

GRIP - MONTREAL

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.