La prière au conseil municipal de Trois-Rivières - La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse en appelle à une discussion respectueuse des opinions diverses



    MONTREAL, le 20 janv. /CNW/ - La Commission des droits de la personne et
des droits de la jeunesse en appelle à une discussion respectueuse des
opinions diverses dans le débat sur la prière au conseil municipal de
Trois-Rivières. Cet appel a été transmis sous la forme d'une lettre ouverte de
M. Marc-André Dowd, vice-président de la Commission, transmise au quotidien Le
Nouvelliste cet après-midi.

    Nous la reproduisons ci-dessous :

    "Il y a quelques semaines, la Commission des droits de la personne et des
droits de la jeunesse a recommandé au maire de Trois-Rivières de cesser de
réciter une prière en début d'ouverture des séances du conseil municipal.
Cette décision faisait suite à une plainte reçue de la part d'une citoyenne.
Dans sa décision, la Commission réfère à l'argumentation retenue par le
Tribunal des droits de la personne, dans une cause très similaire : l'affaire
Ville de Laval.
    "La recommandation se fonde sur le principe de la séparation entre
l'Eglise et l'Etat. Dans l'exercice de ses fonctions, un représentant de
l'Etat ne peut imposer un rituel de nature religieuse, quel qu'il soit, à une
personne qui ne partage pas ces croyances. Dans un tel cas, cette personne
pourrait établir qu'elle est victime de discrimination fondée sur la religion.
C'est le sens qu'il faut donner à la décision Ville de Laval. Ici, la
Commission ne fait qu'appliquer ce principe.
    "Une solution très simple existe et a été retenue par de nombreux
conseils municipaux et par l'Assemblée nationale du Québec : remplacer la
prière par un moment de recueillement. Cette solution est respectueuse des
droits de chacun : la personne qui désire prier peut alors utiliser ce moment
pour le faire. D'autres préféreront méditer, réfléchir ou simplement attendre
le début de la séance. C'est leur choix et il doit aussi être respecté.
    "La Commission est consciente des réactions divergentes qui entourent sa
recommandation. Il peut y avoir matière à débat et la Commission est
disponible pour y participer. Cependant, il est inacceptable qu'une citoyenne
soit huée ou bousculée en séance de conseil municipal, simplement pour vouloir
faire respecter un droit qu'un tribunal a déjà reconnu.
    "Notre objectif commun devrait être d'apprendre à mieux vivre ensemble,
dans le respect de nos différences. Cela suppose une attitude d'ouverture et
surtout de respect des opinions divergentes. Cela fait partie des idéaux
démocratiques qu'un conseil municipal, comme celui de Trois-Rivières, doit
toujours viser à atteindre. Souhaitons que les prochains événements se
déroulent sous le signe de la maturité et du respect de tous."

    
    Source:    M. Robert Sylvestre
               (514) 873-5146 ou 1-800-361-6477, poste 253
    
    -%SU: CPN
    -%RE: 38




Renseignements :

Renseignements: M. Robert Sylvestre, (514) 873-5146 ou 1-800-361-6477,
poste 253


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.