La présidente du Conseil des femmes de l'Assemblée des Premières Nations ainsi que d'autres femmes chefs sont préoccupées par la procédure de mise en oeuvre du projet de loi C-21



    OTTAWA, le 4 déc. /CNW Telbec/ - Le Conseil des femmes de l'Assemblée des
Premières Nations affirme que le gouvernement fédéral devrait travailler en
collaboration avec les Premières nations pour évaluer les implications du
projet de loi C-21 (anciennement le projet de loi C-44) pour les populations
des Premières nations.
    "La Loi canadienne sur les droits de la personne doit être mise en oeuvre
d'une manière méthodique et responsable qui respecte les droits des femmes et
des enfants des Premières nations qui seront grandement touchés par ce projet
de loi", a expliqué Kathleen McHugh, présidente du Conseil des femmes de
l'APN. "Or, les femmes dirigeantes n'ont pas été invitées à donner leur point
de vue sur la façon de mettre en oeuvre cette loi pour répondre aux
préoccupations des gouvernements des Premières nations en matière
d'amélioration des capacités. De plus, nos droits inhérents ou issus de
traités ne peuvent être diminués ni affaiblis", a-t-elle ajouté.
    Le Comité permanent des affaires autochtones et du développement du Grand
Nord prévoit étudier clause par clause le projet de loi C-21 le 4 décembre
2007. Au printemps dernier, les députés fédéraux membres de ce comité ont
demandé à de nombreuses personnes de présenter leur point de vue sur le projet
de loi. Vingt des 21 présentations recommandaient certains amendements au
projet de loi. Parmi les présentateurs, on retrouvait la chef Marie Anne
Daywalker-Pelletier de la nation Okanese, de Saskatchewan, et présidente de la
Saskatchewan First Nations' Women's Commission of the Federation of
Saskatchewan Indian Nations.
    "Ce n'est un secret pour personne que de nombreux membres des Premières
nations qui vivent dans des réserves logent dans des maisons surpeuplées et
dans des conditions insalubres; de plus, certaines localités ne disposent pas
d'eau potable en quantité suffisante. Le gouvernement fédéral est responsable
de la situation déplorable de l'eau et du logement dans laquelle de nombreuses
Premières nations vivent. Tandis que le projet de loi C-21 représente une
importante occasion de régler cette crise, les gouvernements des Premières
nations se trouvent en première ligne et doivent également disposer de l'aide
nécessaire pour traiter ces types de plaintes", a réitéré aujourd'hui la chef
Daywalker-Pelletier.

    L'Assemblée des Premières Nations est l'organisme national qui représente
les citoyens des Premières nations au Canada.




Renseignements :

Renseignements: Joan McEwen, directrice des communications, (613)
241-6789, poste 242, (613) 324-3329 (cell.), jmcewen@afn.ca; Nancy Pine,
conseillère en communications, bureau du chef national, (613) 241-6789, poste
243, (613) 298-6382 (cell.), npine@afn.ca; Josée Bellemare, agente de
communications bilingue, (613) 241-6789, poste 336, (613) 327-6331
(cellulaire), jbellemare@afn.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.