La première cigarette est loin d'être inoffensive



    Dépendance dès la première bouffée, prédispositions génétiques et aucune
    différence de poids chez les jeunes filles

    Lancement de la Semaine québécoise pour un avenir sans tabac 2009

    MONTREAL, le 15 janv. /CNW Telbec/ - Selon une vaste étude longitudinale,
les jeunes qui fument peuvent devenir dépendants de la nicotine dès leur
première cigarette. Ils sont plus à risques selon certains facteurs génétiques
et, contrairement à la croyance populaire, les jeunes filles qui fument ne
sont pas plus minces que celles qui ne fument pas. Ces données révélatrices
ont été présentées aujourd'hui à l'occasion du lancement de la Semaine
québécoise pour un avenir sans tabac qui propose à la population de réaffirmer
son désir d'un monde sans fumée par amour pour un être cher.

    Liaison fatale

    Désirer un monde sans fumée par amour pour les autres, pour soi ou pour
la vie peut faire une réelle différence dans la lutte contre le tabagisme.
C'est ce que confirme l'étude NICO, une recherche menée auprès d'une cohorte
de 1 293 jeunes Québécois de 1999 à 2012, qui nous apprend que la dépendance à
la nicotine peut frapper les individus dès la première bouffée. "Pendant
plusieurs années, la communauté scientifique a cru que l'accoutumance à la
nicotine se développait seulement après deux ou trois ans de consommation
régulière. Notre étude révèle au contraire que les symptômes de dépendance à
la nicotine, y compris les états de manque, apparaissent rapidement, bien
avant la consommation hebdomadaire et quotidienne" explique le Dr Jennifer
O'Loughlin, chercheure principale de l'étude NICO rattachée à l'Université de
Montréal.
    Cette étude démontre également qu'une fois que les jeunes deviennent
accros, il leur est très difficile d'arrêter de fumer. Sur 68 % des jeunes qui
tentent de cesser de fumer, 92 % rechutent après un an d'essai. Plutôt que
d'être une activité inoffensive sans conséquences graves, la première bouffée
de cigarette pourrait bien être la pire puisqu'elle initie une dépendance dont
il devient très difficile de se départir.
    L'étude NICO révèle aussi que les filles qui fument n'ont pas un poids
moindre que celles qui ne fument pas. "Ces données contribuent à défaire la
croyance populaire que fumer peut aider à rester mince" indique Mario Bujold,
directeur général du Conseil québécois sur le tabac et la santé. L'étude nous
apprend également que le tabagisme ralentit la croissance des garçons, et, par
conséquent, leur taille à l'âge adulte. Les recherches effectuées ont pu
montrer qu'un adolescent, qui fume de 10 à 12 cigarettes par jour depuis le
secondaire I, sera moins grand de 5 cm (2 po) à la fin de ses études
secondaires qu'un adolescent qui ne fume pas ou qui fume peu. "Ce résultat
révélateur aide à déconstruire le mythe que fumer est un comportement viril",
conclut Mario Bujold.
    Les recherches de l'étude NICO ont aussi identifié des facteurs
génétiques qui contribuent à un risque élevé de conversion à la dépendance à
la nicotine. En effet, les individus qui possèdent les marqueurs génétiques
CYP2A6 métabolisent plus lentement la nicotine, ce qui les rend plus
rapidement dépendants du tabac. L'étude NICO est financée par l'Institut
national du cancer du Canada grâce au soutien financier de la Société
canadienne du cancer. Les résultats de cette étude longitudinale contribuent à
l'amélioration des connaissances pour prévenir le tabagisme.

    Mireille Deyglun offre un monde sans fumée à ses enfants

    Cette année, la Semaine québécoise pour un avenir sans tabac vibre plus
que jamais sur une belle note d'amour et d'ouverture aux autres. La campagne
invite la population à dire "je t'aime" à toutes les personnes qui ont cessé
de fumer ou qui ont essayé d'arrêter, à ceux et celles qui n'ont jamais
commencé, qui évitent d'exposer les autres à la fumée secondaire ou qui
encouragent les jeunes à ne pas commencer. Mireille Deyglun, la porte-parole
de cette campagne, nous confie avec émotion les raisons qui l'incitent à créer
un monde sans fumée autour d'elle. "Lorsque j'avais 12 ans, mon père est
décédé d'avoir trop fumé. Quand mes enfants sont nés, j'ai décidé de cesser de
fumer pour les voir grandir et les avoir avec moi le plus longtemps possible.
C'est par amour pour eux et pour moi que j'ai décidé de leur offrir un monde
sans fumée" affirme Mireille Deyglun.

    Janette Bertrand participe à la réalisation

    Grâce au soutien et à l'engagement des télédiffuseurs, TVA, SRC, TQS,
CFCF, RDS, Télé-Québec, Musique Plus et VRAK, 16 personnalités de la
télévision se joignent à la porte-parole pour livrer des témoignages émouvants
tout au long de la Semaine. Avec sa vaste expérience et sa fougue légendaire,
Janette Bertrand a dirigé Dominic Arpin, Christian Bégin, François Bernier,
Vincent Bilodeau, Roxanne Bourdages, Annie Brocoli, Jacques Demers, Benoit
Gagnon, Pierre Houde, Joel Legendre, Rob Lurie, Mathieu Marcotte, François
Maranda, Chéli Sauvé Castonguay, Marie-Claude Savard, Pascale Tremblay et
Mireille Deyglun, de façon à ce que ces personnalités rendent avec émotion
leur histoire personnelle avec le tabagisme. Jack Hackel, le réalisateur de
ces messages publicitaires, remercie la collaboration inestimable de madame
Bertrand qui donne une portée vibrante au slogan de la campagne, "Parce que je
t'aime, je veux t'offrir un monde sans fumée".

    Mondesansfumee.ca

    On peut visionner ces messages publicitaires sur le site
www.mondesansfumee.ca, spécialement conçu pour la campagne. Des actions
simples à réaliser y sont suggérées et la population est également invitée à y
ajouter son nom à la liste virtuelle des personnes qui désirent voir grandir
notre monde sans fumée. Ce site fournit aussi de l'information sur le
tabagisme et des trucs pour aider son enfant ou un proche à ne pas fumer. Tout
au long de la Semaine, ce site publiera les actions d'adultes et de jeunes qui
auront décidé de poser un geste concret auprès d'un être cher. Une version
anglaise de ce site est accessible au www.smokefreeworld.ca. On peut aussi se
procurer gratuitement la carte de souhaits de la Semaine, à offrir à un être
cher, dans la plupart des pharmacies, bibliothèques municipales et les centres
Energie Cardio.

    Le Conseil québécois sur le tabac et la santé est un organisme à but non
lucratif qui oeuvre depuis 32 ans à mobiliser les intervenants québécois pour
réduire et prévenir la consommation de tabac au Québec. Il coordonne plusieurs
programmes de prévention et d'abandon du tabac en milieu scolaire, dans les
entreprises et auprès de la population, ainsi que des campagnes sociétales de
promotion de la santé, dont la Semaine québécoise pour un avenir sans tabac.
Cette campagne est réalisée grâce au soutien financier du ministère de la
Santé et des Services sociaux. Elle compte aussi sur l'appui inestimable de
centaines d'organismes, d'entreprises et de médias partenaires.




Renseignements :

Renseignements: Entrevues: la porte-parole, Mireille Deyglun, le
directeur général du CQTS, Mario Bujold ainsi que d'autres intervenants sont
disponibles pour des entrevues; Relations médias: Nathalie Juteau, (514)
948-5317, poste 229; cellulaire: (514) 513-4565, njuteau@cqts.qc.ca; Sylvie
Lavoie, (514) 999-3401; Source: Conseil québécois sur le tabac et la santé


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.