La politique sur la diversité du CRTC: plus de pertes que de gains



    MONTREAL, le 15 janv. /CNW Telbec/ - Le Conseil de la radiodiffusion et
des télécommunications du Canada enfonce une porte ouverte et met fin à la
collecte séparée de l'information des salles de nouvelles de TVA et du Journal
de Montréal.
    Dans sa décision de ce matin qui établit sa nouvelle politique sur la
diversité des voix, le CRTC interdit quelque chose qui n'existe pas au Canada
de son propre aveu : la propriété par une même entité, dans un même marché,
d'une station de radio, d'une station de télévision et d'un journal local.
    Le CRTC règle ainsi une apparence de problème en imposant une limite à la
propriété croisée des médias mais ne touche pas à certains problèmes réels en
matière de diversité de l'information :

    - Le CRTC entérine avec quelques modifications le Code d'indépendance
journalistique proposé par le Conseil canadien des normes de la
radiodiffusion. Ce code, administré par une instance privée émanant de
l'industrie de la radiodiffusion, va désormais réguler l'indépendance entre
les salles de nouvelles appartenant à un même propriétaire. C'est une tâche
qui aurait dû relever d'une instance publique comme le CRTC.
    - Dans son mémoire au CRTC, la FPJQ avait critiqué le fait que ce code ne
prévoit aucune limite à la collecte commune de l'information dans les médias
d'un même propriétaire. Jusqu'à maintenant, par condition de licence, TVA et
le Journal de Montréal devaient maintenir des salles de nouvelles séparées
afin d'assurer une diversité de l'information. Le CRTC met fin à cette
exigence en entérinant le code du CCNR qui exclut spécifiquement la collecte
des nouvelles. Le CRTC convient que c'est le marché francophone qui est
particulièrement sensible à la collecte séparée de l'information, mais entend
se doter d'une politique "uniforme pour tous les radiodiffuseurs du Canada".
    - La politique du CRTC consacre la possibilité existante qu'un même
propriétaire puisse disposer d'un quotidien et d'une station de télévision
dans le même marché, soit les deux plus importants véhicules de nouvelles.
L'impossibilité de posséder aussi une station de radio, dans le contexte
actuel où la radio a perdu beaucoup d'importance comme source de nouvelles
autonomes, n'est pas un garantie significative d'un maintien de la diversité
des voix.

    Le CRTC établit cependant pour la première fois, comme le demandait la
FPJQ, un seuil au delà duquel il refusera une transaction en radiodiffusion.
Il est fixé à 45% de l'ensemble de l'écoute de la télévision, ce qui établit
un critère objectif.
    Pour la FPJQ, la nouvelle politique sur la diversité des voix aurait pu
comprendre maints autres éléments pertinents, notamment une exigence d'un
minimum de nouvelles locales et régionales tant en radio qu'en télévision.
C'est une occasion ratée.




Renseignements :

Renseignements: François Bourque, président de la FPJQ, (418) 686-3394

Profil de l'entreprise

Fédération professionnelle des journalistes du Québec

Renseignements sur cet organisme

Actualités - Médias

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.